vendredi 31 décembre 2010

Poussés par la pauvreté, des Grecs émigrent en Turquie

YENİ ŞAFAK

-- ISTANBUL, DOOR OF HOPE FOR NEIGHBOR

Many Greek people started to migrate to Turkey after the economic crisis. Once one of the first stops of Turks who wanted to migrate to Europe, the people of Greece are coming to Turkey to have better living standards. The citizens of the country we were at the brink of a war in the past now have the opportunity to be employed in many areas in Turkey from tourism to academic career. Istanbul is the main city where Greek people want to work. Eleni Varmazi, who started to work in a private university, said she was happy to be in Turkey. "It is easier to live here than trying to live in London or Berlin," she said.
 Source : http://www.hurriyetdailynews.com/n.php?n=turkish-press-scan-for-dec.-30-2010-12-30

jeudi 30 décembre 2010

Chypre : la question du patrimoine culturel de l'île (2)

Rapport d'information sur le patrimoine culturel de Chypre pour l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, présenté par la commission de la culture et de l'éducation (rapporteur général pour le patrimoine culturel : Mme Vlasta Stepová), 7 mai 2002, document 9460 :

http://web.archive.org/web/20130309170902/http://assembly.coe.int/ASP/Doc/XrefViewHTML.asp?FileID=9721&Language=FR

(site de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe)

Voir également : Chypre : la question du patrimoine culturel de l'île (1) 

Le soi-disant génocide des Grecs micrasiatiques

The So-Called Genocide of the Greeks of Asia Minor

by Dr. George Nakratzas

February, 2007

E-mail: info@nakratzas.com
www.nakratzas.com

On around 15th September Greek television revived the issue of the Asia Minor catastrophe; once again, the leading players were stars of the patriotic PASOK party, such as Mr. G. Kapsis. This is a politician whose record includes the proposal which he laid before the Greek Parliament on 12th May 1997, together with MPs G. Haralambous and G. Diamantidis, that the 15th September be made an official day of remembrance in commemoration of the genocide of the Greeks of Asia Minor.

Speaking on television Mr. Kapsis had much to say about his own version of history, but forgot, of course, to mention the crimes perpetrated by the Greek army before the Turkish troops occupied Smyrna, where - it is true - terrible crimes were committed (among the victims of these crimes were members of the author's family).

One might also mention the crime of genocide committed by Greek troops against the civilian Turkish population of Aydin on 28th and 29th June 1919.

To quote from the author's own work, Asia Minor and the origins of the refugees, page 123: While the Turkish forces counter-attacked against the Greeks, their successful approach to the bridge over the River Maiandros was the signal the Greeks had been awaiting. They first of all set fire to the four corners of the Turkish quarter, and then placed machine guns and armed soldiers and civilians at street corners, in high buildings and on the minarets. From these positions they opened fire on the local people, who attempted in terror to flee their burning houses. Injured people lying in the streets were compelled to return to their homes, where many poor people - old people, women and children - were burned alive.

In all 4400 people died - 4000 Muslims and only 400 non-Muslims. An act of genocide perpetrated by the Greek army against the entire Turkish population of the city of Aydin.

When it came to genocide and ethnic cleansing in the Balkans, it was in fact the Greek army, which led the way.


The first example was the slaying of 32,000 unarmed Turks and Jews in Tripoli in 1821, and the ethnic cleansing of the entire Slav-speaking population of Kilkis in 1913.

It is time Mr. Kapsis remembered the old proverb: People in glass houses...

OPEN LETTER

(After receipt of this letter, and after certain articles and letters in the newspaper Avyi Simitis withdrew from the National Printing Office the decree, already signed, and - having replaced the word 'genocide' with the word ' memory', sent it to the Council of State for their opinion.)

To:

The Right Honorable Kostas Simitis
Prime Minister of Greece
Athens

Dr. Georgios Nakratzas
Chest physician

Rotterdam, 20th February 2001

Subject: Presidential Decree on the Genocide of the Greeks of Asia Minor

I have followed with interest the reaction of the Greek press to the proposal by Mr. Venizelos, Minister for Culture in the Greek government, concerning the signing of a Presidential Decree on making the 15th September an official day of remembrance of the genocide of the Greeks of Asia Minor by the Turks in 1922. The articles in the newspaper Avyi on 18th February 2001 were particularly impressive and informative.

As a writer and the descendant of refugees from Asia Minor, I believe it is incumbent on me to comment on the articles mentioned above, in order to fill in certain gaps in historical memory, especially that of the younger generation in Greece.

The draft law laid before Greek Parliament on 12th May 1997 by the Members of Parliament G. Haralambous, G. Diamantidis and G. Kapsis, on the introduction of the aforesaid official day of remembrance, contains the following words: ...in a geographical region which saw the magnificent achievement of the idea of the multi-ethnic state with Greek culture and consciousness, either at the time of the heirs of Alexander, or during the Roman era, the years of Byzantium or the age of the Ottomans...

This nationalistic text submitted by the three MPs reflects a conscious or unwitting absence of historical knowledge in respect of the issue of the ethnic consciousness of the Greek-speaking people of Asia Minor during the period of the Roman Empire of the East (Byzantium) or the Ottoman Empire.

During the Byzantine era and the early part of the Ottoman Empire the Greek-speaking but actually multiethnic populations of Asia Minor did not regard themselves as Greeks but Romaioi, a word later corrupted to Romioi.

National identities were invented by the theoretical thinkers of the western Renaissance, and mainly used after the French Revolution to combat theocracy and feudalism, systems which characterized the social structure of the various empires.

Concepts such as multinational state with Greek ethnic consciousness are a stark contradiction, in themselves contradicting the views of the MPs introducing this bill.

At another point in their text the 3 MPs claim that the backbone of Greek civilization was uprooted, together with all its traditions and a rich three-thousand year Greek presence, with no attempt made to save them...

The text is an attempt to present the Greek presence in western Asia Minor and Smyrna as continuing uninterrupted over the last three thousand years. This is a notion quite at odds with historical reality - a reality of which the three MPs are probably ignorant.

It is well known from historical sources that in 1333 Smyrna was a city in ruins, while in 1390, the date of the fall of the last Byzantine bastion in Asia Minor, Philadelpheia (Alasehir) the whole region, both Smyrna and its hinterland, was literally depopulated of Christians. In 1402 the Han of Mongolia, Tamerlaine, slaughtered or enslaved all the remaining Christian inhabitants of Smyrna and its hinterland, who had fled there for refuge, in order to punish the Sultan Vayazit. In a recent academic study Ms. Anagnostopoulou informs us that in 1520 in the villayet of Aydin the Christian population amounted to just 0.9% of the total population, increasing by the end of the same century to 1.55%. Even as late as 1717 the city of Smyrna had 19 mosques, 18 synagogues and just 2 Orthodox churches.

A wholesale migration of Orthodox Christians into the villayet of Aydin took place after 1839, following the publication of the Tanzimat - a decree promulgated by the Sultan to the effect that both Christian and Muslim serfs were now free to leave the feudal estates.

The Orthodox economic migrants of the villayet of Aydin came from the islands or the Balkan lands of the empire, settling there to seek work. It is for the descendants of these migrants that the three Greek MPs are now claiming a three-thousand year presence in the region!

In 1912, according to the statistics compiled by Sotiriadis, and used officially by the government of Eleftherios Venizelos, in the villayet of Aydin - a huge region consisting of the sadzak of Magnesia, Smyrna, Aydin, Denisli and Mendese - out of a total population of 1,659,529 the Orthodox Christians accounted for 622,810, or 37.75% of the population, while Anagnostopoulou puts the figure lower at 435,398 or 26.2%. Of the 622,810 Greeks cited by Sotiriadis as inhabitants of the villayet of Aydin, 395,559, or 63.5%, lived in six coastal districts of the sadzak of Ismir, i.e. in a relatively small strip along the shore. The remaining Orthodox Christians were submerged in the great sea of Muslim populations.

The Presidential Decree also contains the following statement:

...Thus more than 1.5 million Greeks of Asia Minor were forced, mainly after the dramatic events of 1922, to abandon the homes of their forebears in Asia Minor and settle, as refugees, in Greece and in other regions...

Despite the fact that the text of the Presidential Decree now awaiting signature is intended to make the 15th September an official day of remembrance, as a physician - even though my special area is the lungs, rather than the mind - I have to point out that the authors of the text are showing definite clinical symptoms of historical amnesia!

How little the homes of the Greeks of Asia Minor were really the 'homes of their forefathers' we have made clear in the preceding paragraph.

What the authors of the text fail to mention is the question of what the Greek army was doing in the regions of Proussa, Kutahya, Afion Kara-Hisar and the Sangari River - regions where the Greek population was either an insignificant minority or entirely non-existent.

Greeks were a minority only in the sadzak of Proussa, where, according to Sotiriadis, of a total population of 353,976, Orthodox Christians numbered 85,505, or 23.3%, mainly settled in the coastal areas.

According to Anagnostopoulou, the Romioi of the sadzak of Proussa numbered not 85,505 but just 56,233, while in the other regions mentioned above the number of Greeks was negligible, if indeed there was a Greek presence at all.

In 1922 the Greek army in this region was no more than an army of occupation, conducting an imperialist-expansionist campaign within the heart of Turkish national territory.


The text of the Presidential Decree also states that the Greeks were compelled - mainly after the dramatic events of 1922 - to leave their homes, but it is silent on two important details, i.e. what was the behaviour of the Greek populations before the battle of Ankara in 1922, and who imposed the compulsory exchange of populations.

To examine the first of these questions we might take as an example the behaviour of the Greek population of Proussa, who - according to Anagnostopoulou - amounted to 5100 individuals out of a population of 85,600.

The writer Adamantiadis, descended from a Proussa family, describes how the occupation of Eski-Sehir by the Greek army was celebrated by the Greeks of Proussa with a torch lit procession, while the Greek inhabitants of military age, although they were Ottoman subjects, joined the ranks of the Greek army of occupation and fought against the Turkish army of liberation, led by Kemal Attaturk, on the nearby front.

To really appreciate the importance of the events narrated by Adamantiadis, one needs to ask oneself how the Greek authorities would have reacted after the Second World War if - during the Bulgarian occupation of eastern Macedonia - the Slav-speaking Macedonians of Serres and Drama had welcomed with torch lit processions the Bulgarian troops, and if some of them had donned Bulgarian uniform and fought against the Greek army at some point of a hypothetical battlefront.

We are well aware of the moral contempt felt by the Greek people for those security squads wearing German uniforms during the Occupation of our own country. That the people of Proussa should have fled before the imminent onslaught of the Turkish army is all too understandable.

It is well known that the Greeks in areas not close to the battlefields were forced to flee as refugees, like, for example, the people of Cappadocia and eastern Thrace.

In the study by Svolopoulos - published by the extreme nationalist Society for Macedonian Studies in Thessaloniki - it is explicitly stated that the compulsory exchange of populations was not proposed, and insisted on, by the Turkish government, but by the Greek government of Eleftherios Venizelos. Svolopoulos states that since the Turkish government was opposed to the exchange, there was a widespread feeling within the Greek government that 500,000 Turks from northern Greece should be forcibly removed from their homes and taken to somewhere on the Turkish coastline. Svolopoulos writes that this idea was abandoned because of the very poor impression it would have made on the Europeans. In the end the Turkish government was obliged to consent to the Greek proposal for a compulsory exchange of populations.

It is not my purpose in writing this letter to hurl allegations of crimes committed in other times, in different social systems with different moral standards.

My purpose is instead to support the statement made by Professor Antonis Bredimas of the University of Athens, in an article he wrote for the Avyi newspaper on 18th February 2001, as follows:

But if one wants to look ahead and not back into the past, one must take to heart the recommendation made recently by a fellow academic of mine: The two peoples should recognize what they have suffered at each other's hands, and ask forgiveness for what they have done to one another.

Dr. Georgios Nakratzas

BIBLIOGRAPHY
GEORGIOS NAKRATZAS
ASIA MINOR AND THE ORIGINS OF THE REFUGEES
The imperialist Greek policy of 1922 and the Asia Minor catastrophe

BATAVIA PRESS, Thessaloniki, 2000
Central Distribution in Greece
Thessaloniki: tel. 031 237463
Athens: tel. 01 3639336
ISBN: 960-85800-6-4

GEORGIOS NAKRATZAS

Anadolu ve Rum Gocmenlerin Kokeni
The imperialist Greek policy of 1922 and the Asia Minor catastrophe
Central Distribution in Turkey

KITABENI, Catalcesme No 54/a, Istanbul
Istanbul Tel : 212.5124328 212.5112143
Source : http://www.maknews.com/html/articles/nakratzas/nakratzas_genocide_asia_minor.html

Voir également : Le mensonge de l'expulsion d'1,5 million de Grecs d'Anatolie par les kémalistes

lundi 27 décembre 2010

L'Eglise orthodoxe grecque : richesse et avarice

samedi 22 mai 2010
Grèce: l'Eglise priée de payer l'écot

À une heure et demie du Pirée, par hydroglisseur, Hydra. Une île, entre Attique et Péloponnèse, que la bourgeoisie athénienne investie chaque week-end. Une sorte de Porquerolles, si l’on veut, si Mykonos est le Saint-Tropez grec. Ici, le prix du m2 est l’un des plus élevés du pays : difficile de trouver une maison à moins d’un million d’euros, surtout près du port, les prix diminuant au fur et à mesure que l’on grimpe vers le haut de la ville, l’île étant interdite aux voitures et motos... Même s’il est difficile de savoir qui est propriétaire de quoi, les habitants d’Hydra estiment que 60 à 70 % des maisons du port, justement les plus chères, celles qui sont situées de part et d’autre de l’église et du monastère qui trône en plein centre du quai en forme de fer à cheval, appartiennent à l’Église orthodoxe. « C’est elle qui a les plus gros comptes dans les deux banques de l’île », assure Aristide qui a ses habitudes sur l’île. La preuve ? « J’ai croisé plusieurs fois une amie qui dirige l’une des agences sortant de la messe. Je lui ai fait part de mon étonnement, ne la sachant pas aussi croyante. Elle m’a expliqué que le pope l’avait menacé de retirer ses avoirs s’il ne la voyait pas à la messe chaque dimanche… »

Riche et puissante, l’Église orthodoxe grecque l’est assurément dans un État dont elle n’est pas séparée. Ce qui ne l’empêche pas d’être pingre. Un vent de révolte souffle depuis que le gouvernement de Georges Papandréou, désespérément à la recherche d’argent frais, a annoncé, début mars, que les revenus de l’Église seraient imposés. Pourtant, on est très loin de la nationalisation sans indemnité de ses biens envisagée en 1987 par le père de l’actuel Premier ministre, Andreas, projet qui fut abandonné sur pression d’une rue qu’elle a su mobiliser : il s’agit, cette fois, de soumettre les revenus de l’exploitation de biens fonciers à un impôt de 20 % et de taxer de 10 % les legs immobiliers (5 % seulement pour les dons en espèces, la quête du dimanche). Seuls les monastères du Mont Athos, une presqu’île au nord de la Grèce, échapperont à cette réforme, leur territoire bénéficiant d’un « statut spécial ».

Un bon tiers des métropolites, dont celui de Thessalonique, Anthimos, proche de l’extrême droite, a demandé au président du Saint Synode, l’Archevêque d’Athènes Hiéronimos II, de convoquer une session plénière de l’épiscopat afin de débattre du sujet. Des négociations sont en cours. Mais il est douteux que le gouvernement recule sur cette réforme symbolique alors que des sacrifices importants sont demandés au reste de la population.

On peut cependant se demander si cette bronca n’est pas largement symbolique, l’État grec ayant déjà démontré dans le passé qu’il était incapable de percevoir un impôt sur l’Église, faute d’instrument de contrôle efficace. C’est d’ailleurs pour cette raison que le gouvernement du socialiste Konstantinos Simitis a carrément supprimé, début 2004, à quelques mois d’élections qu’il allait perdre, l’impôt qui frappait les revenus de l’Église depuis 1945. À l’époque, alors qu’éclatait la guerre civile contre les communistes qui allait durer jusqu’en 1949 et faire quelque 150.000 morts, « le gouvernement a voulu s’assurer la fidélité des prêtres en prenant en charge le paiement de leurs salaires en échange d’une taxe de 25 % sur le revenu des paroisses », raconte Yannis Ktistakis, maitre de conférence en droit international public et spécialiste des questions religieuses. « Mais cet échange de bons procédés n’a pas fonctionné : l’Église a déclaré de moins en moins de revenus et les 25 % n’ont plus rapporté grand-chose. Pendant la dictature des colonels, entre 1967 et 1974, l’impôt est même passé à 35 %, mais cela n’a rien changé », poursuit Yannis Ktistakis.

Résultat : alors que les 11.000 prêtres coûtaient en 2003 au budget de l’État, plus précisément à celui de l’éducation nationale, leur ministère de rattachement, 255 millions en salaires et pensions, l’impôt sur les biens de l’Église ne rapportait que 17,6 millions d’euros. D’où le « cadeau » de Simitis. Reste qu’en 2010, le coût pour l’État est passé à 315 millions d’euros, soit à peu près le budget du ministère de l’Environnement (369 millions d’euros). Même si les Popes sont touchés par les restrictions frappant les fonctionnaires (suppression des 13e et 14e mois, notamment), la charge est importante.

Reste à savoir à quoi s’appliquera ce nouvel impôt et combien il rapportera, en imaginant que les services fiscaux deviennent enfin efficaces. Car il n’existe aucun chiffre fiable sur la fortune de l’Église qui ne publie pas de bilan. En 1987, lorsque le gouvernement avait préparé une loi d’expropriation, le chiffre de 3 milliards d’euros (chiffre actualisé) avait été avancé. Mais, à vrai dire, on n’en sait rien. « Faute de chiffres certains, on peut seulement remarquer qu’il y a des monastères, comme ceux du Mont Athos, qui sont vraiment très riches, et d’autres qui possèdent seulement des terres sans valeur », tempère Yannis Ktistakis. Quant aux revenus, c’est aussi le flou artistique. Le quotidien Kathimerini a publié, en novembre dernier, un rapport interne de l’Église portant su 2008 : 11,5 millions d’euros de revenus (locations, investissements) et 20 millions de legs.

« C’est sous l’occupation ottomane que s’est bâti la fortune de l’Église : si on n’avait pas d’héritier, on lui donnait sa fortune pour éviter qu’elle revienne à l’État ottoman, », explique Nicos Alivizatos, professeur de droit constitutionnel. Mais les biens de l’Église ont régulièrement fondu depuis 1830, date de l’indépendance. « Aux alentours de 1850, le nouvel État grec a décidé de distribuer aux paysans une partie des terres cultivables de l’Église. On peut dire qu’il y a eu expropriation, même si en échange l’Église a obtenu la non-taxation de ses revenus, un privilège fiscal qui durera donc jusqu’en 1945 ». En 1952, nouvel accrochage avec l’Église, lorsque l’État décide de saisir à nouveau une partie de ses terres agricoles. Mais, cette fois, elle sera indemnisée sous forme d’immeubles situés dans les villes. Ainsi, le siège du ministère de l’Agriculture, à Athènes, appartient-il à l’Église…
Quoi qu'il en soit, une majorité de métropolites estime qu’il sera difficile à l’Église d’échapper à la solidarité nationale. À l’issue de la fête de Sainte Irène, à Palea Fokea, au sud-est de l’Attique, le métropolite Nikolaos de Mesagaias a expliqué à Libération que « l’Église ne devrait pas être exemptée d’impôt au moment où tout le monde est accablé de taxes ». Il a, pour montrer l’exemple, renoncé à son salaire qu’il estime à 30.000 euros par an, afin de « montrer que l’Église veut aider le peuple ». Elle l’aidera encore plus en ouvrant ses livres de comptes…

NB: Il s'agit de la version longue de mon reportage paru jeudi dans Libération
Source : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2010/05/gr%C3%A8ce-leglise-pri%C3%A9e-de-payer-l%C3%A9cot.html

Amusant : la judéophobie profonde de l'Eglise orthodoxe mettra-t-elle en difficulté le rapprochement entre Israël et la Grèce ?

Grèce: les prélats antisémites
24 Décembre 2010 Par albert herszkowicz

Le Métropolite (équivalent d'un évêque ) orthodoxe Seraphim du Pirée  s'est lancé le 21 Décembre  dans une violente diatribe antisémite, antimaçonnique et négationniste sur  la principale chaîne de télévision du pays, Mega TV, lors d'une interview matinale.

Il a accusé le sionisme international d'être à l'origine des problèmes financiers de la Grèceet et  a dénoncé un « complot judéo-maçonnique » destiné  à asservir la Grèce et l'orthodoxie chrétienne.

Il a aussi accusé le « sionisme international » de chercher à détruire la cellule familiale en encourageant les familles monoparentales et le mariage homosexuel (voir  pour la même thématique Y. Gouasmi dans   Interdire les listes de Dieudonné ? ).

Lorsque l'animateur de l'émission lui a demandé : « Pourquoi êtes-vous en désaccord avec la politique d'Hitler ? S'ils font tout cela, n'était-ce pas une raison de les brûler ?, » le Métropolite a répondu : « Adolf Hitler n'était un instrument du sionisme international et a été financé par la célèbre famille Rothschild dans le seul but de convaincre les Juifs de quitter les terres d'Europe et d'aller en Israël pour établir le nouvel Empire. » Le prélat reprend ainsi les formules négationnistes les plus extrêmes, qui englobent la nazisme et ses chefs dans le "complot sioniste".

Il a ensuite déclaré que des Juifs comme « Rockefeller, Rotchschild et Soros dominent le système bancaire international qui contrôle la mondialisation. »

Le Métropolite Anthimos de Salonique a aussi fait des déclarations dans ce sens, ce qui dans cette ville produit une résonnance particulière

Salonique, que l'on nommait la « Jérusalem des Balkans » , capital du judaïsme sépharade et du ladino,, comptait plus de  55000 Juifs avant la Shoah ;  54000  furent expédiés dans les camps d'extermination nazis. Près de 98 % de la population juive totale de cette ville connut ainsi la mort durant la guerre. Seul le judaïsme polonais connut un taux de destruction plus important.

Depuis des années en Grèce la littérature antisémite et néo-nazie circule librement; c'est le cas notamment des «  Protocoles des sages de Sion ».

La tradition antisémite de la droite nationaliste grecque s'appuye sur l'Eglise orthodoxe et a aussi contaminé une partie de la gauche de ce pays (voir Grèce: première condamnation d'un néo-nazi

Grèce : défaite contre le négationnisme )

La religion orthodoxe est la religion d'Etat. Son puissant clergé est au premier rang de l'exclusion des minorités religieuses (juifs, musulmans, catholiques) et nationales (Albanais, Macédoniens...) ainsi que du soutien aux criminels de guerre serbes, au nom de la fraternité orthodoxe.

Les immigrés sont particulièrement maltraités et privés de droits. L'exercice du culte musulman est quasiment impossible.

 A travers ses déclarations antisémites, le  clergé orthodoxe tente de dénaturer la mobilisation du peuple grec contre l'austérité qui lui est  imposée.
Source : http://www.mediapart.fr/club/blog/albert-herszkowicz/241210/grece-les-prelats-antisemites

Haine anti-catholique au sein du clergé grec-orthodoxe

Monde 04/05/2001 à 00h46
Jean Paul II intrus en terre orthodoxe

En Grèce, le gouvernement a encouragé la visite papale, malgré les ultras.

GIANNAKA Sophia

Athènes de notre correspondante

«Pape, persona non grata», clamait une banderole brandie par quelques centaines de fidèles et de moines qui manifestaient, mercredi soir dans les rues d'Athènes, contre la visite du pape qui arrive aujourd'hui dans la capitale grecque. Aux cris de: «L'orthodoxie ou la mort», «Pope go home», la petite foule brandissant des pancartes qui imputent à Jean Paul II les «bombes contre la Serbie» ou portant des autocollants proclamant que l'«ennemi est le judéo-sionisme» s'est ensuite dirigée jusqu'à l'archevêché orthodoxe. C'est le premier voyage d'un pape en terre grecque, et Jean Paul II n'est pas vraiment le bienvenu. Le ministère de l'Ordre public a pris des mesures draconiennes de sécurité pour éviter tout incident.

Des manifestations se sont succédé depuis plusieurs jours dans tout le pays, organisées par des intégristes grecs et les cercles les plus conservateurs de l'Eglise orthodoxe. Les moines de vingt monastères du mont Athos ont participé, la semaine dernière, à une veillée nocturne de prières au pied du mont Olympe pour demander l'annulation de la visite. Mercredi, le patriarche oecuménique de Constantinople, Mgr Bartholomée Ier, chef spirituel de l'orthodoxie, appelait les fidèles grecs au calme: «La confiance en soi des fidèles orthodoxes doit être suffisamment forte pour ne pas être mise en danger par la présence du pape.»

Pas de prière commune. Depuis longtemps, Jean Paul II voulait se rendre à Athènes, puis à Damas, sur les traces de l'apôtre Paul. L'archevêque orthodoxe d'Athènes, Mgr Christodoulos, s'était opposé il y a deux ans à une telle visite. En janvier, le chef de l'Etat grec Costis Stephanopoulos a modifié la donne en invitant officiellement le pape et en assurant qu'il serait «le bienvenu». Le saint-synode de l'Eglise de Grèce s'est incliné. «Je ne vais quand même pas lui fermer la porte, après tout. Même si c'était le mufti de Téhéran, je l'accepterais», affirmait à son tour Mgr Christodoulos.

Mais ce sera une visite en demi-teinte. Aucune prière commune n'est prévue. Le pape dira la messe dans un stade couvert devant 18 000 fidèles, et seuls quelques extraits de sa visite seront diffusés par la télévision publique. L'Alléluia de Haendel devait être joué sur l'Aréopage, près de l'Acropole; l'Eglise orthodoxe s'y est finalement opposée, le jugeant «trop occidental».

Révélatrice des relations tendues entre le Vatican et l'Eglise orthodoxe grecque, la visite du Saint-Père permettra de relancer la question des droits des quelque 60 000 catholiques du pays, toujours victimes de discriminations.

«L'Eglise catholique n'existe pas juridiquement en tant qu'Eglise»,
affirme le porte-parole du synode de la hiérarchie catholique de Grèce, Mgr Nicos Gasparakis. «Il y a un racisme religieux en Grèce et on le voit partout. Je me sens fusillé chaque fois que je dois défendre ma religion devant la presse ou les médias grecs, qui autorisent souvent nos détracteurs orthodoxes à nous accuser avec haine et dans l'erreur», a déclaré Mgr Gasparakis lors d'une conférence de presse, la semaine dernière.

Opinion divisée. La visite du pape, en fait, divise l'opinion. Jean Paul II est le bienvenu pour les autorités politiques. «Le gouvernement attend avec respect et joie le pape, chef spirituel et religieux, au rayonnement international», déclarait récemment le porte-parole du gouvernement, Dimitris Reppas.

Presque tous les Grecs sont de religion orthodoxe (98 %) et l'Eglise n'est pas séparée de l'Etat. Accusée de xénophobie et de racisme religieux, y compris en Grèce, par la gauche et le centre gauche, l'Eglise autocéphale locale voit peu à peu son influence limitée par les initiatives du gouvernement socialiste.
Source : http://www.liberation.fr/monde/0101372672-jean-paul-ii-intrus-en-terre-orthodoxe

mercredi 22 décembre 2010

Important réseau de stupéfiants en Grèce

Grèce : démantèlement d’un important réseau de stupéfiants
Crimorg.com | Kathimerini - Grèce | 21.12.10

C’est sur information de la DEA (agence antidrogue américaine) que la police grecque a pu démanteler une filière de trafic de drogue. Le réseau importait et revendait de la cocaïne, de l’ecstasy et du cannabis hydroponique. Une centaine de clients, issus principalement du monde du spectacle, ont été entendus par la police. 9 personnes (un grec-canadien, un grec-américain, un français et 6 grecs) ont été arrêtées. Ils utilisaient un commerce de vente de voitures comme couverture : certaines véhicules importés du Canada servaient à transporter la drogue. Une autre voie d’importation venait des Pays-Bas. De la drogue, des armes et 250.000 euros en liquide ont été saisis.
Source : http://crimorg.com/billet/?cat=12

Nicosie : une équipe de basket turque victime du hooliganisme chypriote-grec

Chypre: des basketteurs turcs pris à partie par des supporters chypriotes
NICOSIE, 22 déc 2010 | Trois personnes ont été arrêtées après des violences perpétrées mardi soir à Nicosie par des supporters Chypriotes contre une équipe de basket-ball turque à l'issue d'un match comptant pour la Coupe de l'Eurochallenge, a indiqué mercredi la police.


AFP | 22.12.2010 | 12:17

Trois personnes ont été arrêtées après des violences perpétrées mardi soir à Nicosie par des supporters Chypriotes contre une équipe de basket-ball turque à l'issue d'un match comptant pour la Coupe de l'Eurochallenge, a indiqué mercredi la police.

Trois jeunes gens de 15 ans ont été interpellés après des actes de vandalisme, qui ont fait des blessés légers, survenus dans le stade Eleftheria après la rencontre entre le club chypriote Apoel de Nicosie et celui de Pinar Karsiyaka d'Izmir, qui a vu la victoire des Chypriotes-grecs 82 à 80.

La police a dû faire usage de gaz pour disperser la foule.

"Dès la fin du match, une partie des supporters d'Apoel a commencé à lancer des objets sur l'équipe turque", a déclaré le porte-parole de la police Michalis Katsounotos à l'agence chypriote CNA, estimant que rien "n'a provoqué l'attaque" pendant le match, joué dans une "ambiance sportive".

"Les joueurs turcs ont été escortés vers les vestiaires sans que personne n'ait été blessé", alors que "des supporters d'Apoel tentaient de pénétrer dans les vestiaires", a poursuivi M. Katsounotos.

Les quelque 500 supporters s'en sont ensuite pris aux forces de l'ordre, leur lançant des pierres, et ont commencé à saccager le stade.

Cinq policiers ont été hospitalisés pour des blessures légères.

L'entraîneur de Karsiyaka, Hakan Demir, a indiqué à la presse Chypriote-turque avoir eu "très peur, car ils voulaient nous tuer tous".


"Un millier de spectateurs sont descendus sur le parquet et nous ont chassés jusqu'aux vestiaires avec des bâtons, des matraques et des pierres. Ils ont aussi lancé des grenades lacrymogènes. La police a été largement débordée", a indiqué le technicien.

Le porte-parole du club Gökhan Sensan a eu un doigt fracturé dans l'attaque des supporteurs d'Apoel et six policiers ont été blessés.

L'ambassadeur de Turquie Kaya Türkmen a saisi la force onusienne à Chypre pour lui demander d'assurer la sécurité des joueurs et de l'encadrement de Karsiyaka.

Les rencontres sportives entre formations turques et grecques-chypriotes ne sont pas fréquentes, la Turquie occupant plus d'un tiers de l'île depuis l'invasion menée en juillet 1974 en réponse à un coup d'Etat fomenté par des nationalistes chypriotes-grecs, soutenus par Athènes, et visant à rattacher le pays à la Grèce.

Lors des rares rencontres entre les deux pays, qu'il s'agisse de matches de foot, de basket ou de handball, la violence n'a jamais atteint le niveau de mardi soir.

Le hooliganisme reste toutefois monnaie courante dans les stades chypriotes et la réputation des ultras d'Apoel, connus pour leur nationalisme, est déjà établie.
Source : http://www.tdg.ch/node/289984

mardi 21 décembre 2010

L'Iliade, un texte barbare et soporifique

Anatole France, Le jardin d'Epicure, Paris, Calmann-Lévy, 1925, p. 176 :

"L'Iliade nous charme aujourd’hui par un caractère barbare et primitif que nous y découvrons de bonne foi. Au XVIIe siècle, on louait Homère d’avoir observé les règles de l’épopée. « Soyez assuré, disait Boileau, que si Homère a employé le mot chien, c’est que le mot est noble en grec. » Ces idées nous semblent ridicules. Les nôtres paraîtront peut-être aussi ridicules dans deux cents ans, car enfin on ne peut mettre au rang des vérités éternelles qu’Homère est barbare et que la barbarie est admirable."

Gustave Le Bon, Psychologie des foules, Teddington, The Echo Library, 2008, p. 73-74 :

"Le prestige dont je viens de parler est celui qu'exercent les personnes ; on peut placer à côté le prestige qu'exercent les opinions, les oeuvres littéraires ou artistiques, etc. Ce n'est le plus souvent que de la répétition accumulée. L'histoire, l'histoire littéraire et artistique surtout, n'étant que la répétition des mêmes jugements que personne n'essaie de contrôler, chacun finit par répéter ce qu'il a appris à l'école, et il y a des noms et des choses auxquels nul n'oserait toucher. Pour un lecteur moderne, l’œuvre d'Homère dégage un incontestable et immense ennui mais qui oserait le dire ? Le Parthénon, dans son état actuel, est une ruine dépourvue d'intérêt ; mais il possède un tel prestige qu'on ne le voit plus qu'avec tout son cortège de souvenirs historiques. Le propre du prestige est d'empêcher de voir les choses telles qu'elles sont et de paralyser tous nos jugements. Les foules toujours, les individus le plus souvent, ont besoin, sur tous les sujets, d'opinions toutes faites. Le succès de ces opinions est indépendant de la part de vérité ou d'erreur qu'elles contiennent ; il dépend uniquement de leur prestige."

Il suffit pour s'en convaincre de lire cet extrait significatif de l'oeuvre d'Homère.

samedi 18 décembre 2010

Les Grecs-orthodoxes, des Européens ? Leur engagement historique au sein des nationalismes arabe et grand-syrien

Philippe Conrad, article : "Le Baas, parti de la « résurrection arabe » ", Clio.fr, janvier 2003 :

"Les années de l'entre-deux guerres voient se développer diverses expériences militantes et s'approfondir la réflexion doctrinale autour de l'idée nationale arabe. Né en 1904, le Libanais grec orthodoxe Antoun Saadé crée ainsi en 1932 le Parti Syrien National et Social, plus communément désigné sous le nom de Parti Populaire Syrien. Cette organisation clandestine dénonce la séparation du Liban et de la Syrie, voulue par les Français et les Chrétiens maronites du Liban. Auteur d'une Genèse des nations publiée en 1938, emprisonné à plusieurs reprises, émigré un temps en Amérique du Sud, revenu au Liban en 1946 puis engagé dans la guerre de Palestine de 1948-1949, cet activiste partisan de la « Grande Syrie » et théoricien laïque des « nations terminales » sera arrêté et exécuté en juillet 1949 pour avoir préparé un coup d'État au Liban, en liaison avec le régime syrien du colonel Husni Zaïm. (...)

Michel Aflak et la naissance du Baas

Né à Damas en 1912 dans une famille de la petite bourgeoisie grecque orthodoxe, Michel Aflak est le fils d'un nationaliste arabe convaincu, opposé à l'Empire ottoman puis à la présence française. Étudiant à la Sorbonne à partir de 1928, il s'y passionne pour l'histoire des idées politiques. C'est l'occasion pour lui de découvrir qu'un projet nationaliste global doit dépasser la seule revendication de l'indépendance pour envisager une reconstruction profonde de la nation arabe dans les domaines politique, économique, social et culturel. Le chrétien Michel Aflak rencontre à Paris son compatriote Salaheddine al Bitar, un musulman sunnite qui partage les mêmes préoccupations que lui, ce qui les conduit à fonder l'Union des Étudiants Arabes en France. Rentrés tous deux en Syrie, ils enseignent au lycée de Damas, l'un l'histoire et l'autre les sciences naturelles. Méfiant vis-à-vis des idéologies européennes, hostile au marxisme qui privilégie les interprétations économiques et accorde une trop grande place à la lutte des classes, opposé aux « sous-nationalismes » qui, encouragés par les puissances coloniales, ne servent qu'à perpétuer la division de la nation arabe, ennemi d'un fondamentalisme religieux qui entend dissoudre dans l'umma l'ensemble des masses musulmanes sans tenir compte de l'identité propre aux Arabes, Michel Aflak entend proposer une doctrine et des méthodes adaptées aux Arabes. Il perçoit clairement que la formulation d'une telle doctrine constitue l'une des conditions nécessaires de leur émancipation. Aflak et Bitar s'expriment tout d'abord dans les colonnes de la revue At Taliya – L'Avant-Garde –, qui rassemble des auteurs de diverses tendances opposées au maintien du régime des mandats français et anglais dans le Proche-Orient arabe. Cependant, dès 1936, ils constatent, lors de la victoire remportée en France par le Front Populaire, que leurs amis communistes se font beaucoup plus modérés, obéissant en cela aux consignes venues de Moscou. Cette constatation conduit rapidement à une rupture et à une clarification qui débouche, en 1939, à la création du Cercle de la Renaissance Arabe – al ihya al arabi. C'est l'occasion pour Aflak et Bitar d'être rejoints par Zaki al Arzouzi, un Alaouite d'Alexandrette qui s'est également imposé depuis plusieurs années, avec son Cercle de l'Arabisme, comme l'un des intellectuels capables de formuler les idées nécessaires à la résurrection de la nation arabe. La lutte engagée par les Palestiniens contre l'occupation anglaise et l'immigration juive orchestrée par le mouvement sioniste, la défaite subie par la France en 1940 puis la tentative de coup d'État de Rachid Ali en Irak en 1941 semblent créer des conditions favorables. La révolte irakienne est brisée en mai 1941 ; cependant, la mobilisation qu'elle a suscitée en Syrie a permis de nouveaux rapprochements, notamment avec Djamil as Sayid qui dirige la Ligue Nationale du Travail. Devenu un militant permanent à partir de 1943, Aflak se dépense sans compter pour développer le parti en gestation ; ce dernier réussit à canaliser la colère que déchaîne dans l'opinion arabe la prise de position de Roosevelt en faveur de la création d'un État juif en Palestine. La fondation de la Ligue Arabe, qui apparaît comme un instrument visant à pérenniser la domination britannique sur le Proche-Orient, amène aussi au parti de nouveaux militants. Le mouvement est interdit mais le soulèvement de Damas de mai 1945 renforce encore son audience et, le 3 juillet 1946 à nouveau autorisé, il peut publier le premier numéro du journal intitulé Al Baas qui revendique « la réalisation de l'unité arabe, la liberté et le socialisme ». Aflak y écrit qu'il faut « maintenant créer les conditions de la grande révolution arabe du vingtième siècle, qui permettra aux Arabes de réintégrer l'histoire ». Si le parti existe déjà dans les faits, son congrès fondateur officiel a lieu du 4 au 7 avril 1947 dans la grande salle du Café Rachid de Damas, en présence de deux cents délégués syriens et de nombreux observateurs venus de Palestine, du Liban, d'Irak et de Jordanie. Aflak est nommé secrétaire général du parti ; il exercera cette fonction jusqu'à sa mort à Paris en 1989."

Source : http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/le_baas_parti_de_la_resurrection_arabe.asp

François Boëdec, "Chrétiens d'Orient", Etudes, 11/2006 (Tome 405), p. 496-506 :

"Sans remonter à la place essentielle des intellectuels chrétiens lors de la Renaissance arabe (Nahda) au xixe siècle, il faut rappeler la part éminente prise par les communautés chrétiennes d’Orient dans le grand mouvement national qui a marqué la région. Tel fut le cas, par exemple, de Antoun Saadé, fondateur du Parti social national syrien en 1936, ou de Michel Aflak, l’un des fondateurs en 1947 du parti Baas, tous deux grecs-orthodoxes. Que ce soit en Syrie ou en Irak, de nombreux intellectuels chrétiens ont cru, du moins en ses débuts, au projet politique d’associer toutes les communautés au même mouvement de revendication nationale, de lutte anticolonialiste, d’émancipation à la fois sociale et nationale."

Source : http://www.cairn.info/revue-etudes-2006-11-page-496.htm

mercredi 15 décembre 2010

Le colonel Papadopoulos et l'hellénoturquisme

Pierre Milza, Les fascismes, Paris, Le Seuil, 2001, p. 524 :

"Que la CIA n'ait pas été étrangère à l'affaire, ou qu'il y ait eu chez les partisans de Papadopoulos des motivations « hellénoturquistes » visant à l'union de la Grèce et de la Turquie, ne change pas grand-chose à la nature profonde du coup d'Etat [des colonels en 1967], (...)."

lundi 13 décembre 2010

Le mensonge de l'expulsion d'1,5 million de Grecs d'Anatolie par les kémalistes

Dimitri Kitsikis, Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, volume 20, n° 5, 1965, p. 1076-1077 :
Le cas des réfugiés grecs 1.

Autour de 1923 la Grèce, Etat qui ne possédait alors que cinq millions d'habitants, reçut un flot de plus de 1,3 million de réfugiés, tandis que seulement 350 000 Turcs et 90 000 Bulgares la quittaient. Ainsi, en 1928, ce pays se retrouva avec une population de 6,2 millions. Cette augmentation brutale représentait le 1/5e de sa population. imaginons la France recevant neuf millions de réfugiés après la perte de l'Algérie !

Ce formidable déplacement de population constitue la clef de l'évolution de ce pays depuis les années vingt. Une nouvelle Grèce a vu le jour, celle d'après la débâcle d'Asie mineure. On comprend dès lors l'importance de cette question pour la compréhension de l'histoire grecque des dernières quarante années.

L'échange de minorités, volontaire en principe entre la Bulgarie et la Grèce, forcé entre cette dernière et la Turquie, est un sujet qui a déjà été étudié en tant que premier exemple, dans l'histoire contemporaine, pouvant servir à d'autres échanges du même genre. On se souvient notamment de l'étude détaillée de M. Stephen P. Ladas, parue à New York (Macmillan Co.) en 1932, et intitulée The Exchange of Minorities. Bulgaria, Greece and Turkey. La partie originale du livre de M. Pentzopoulos est celle où il nous montre ce que sont devenus ces réfugiés en Grèce (mais en Grèce seulement).

Après avoir rappelé que la décision grecque d'accepter un échange forcé des minorités entre la Turquie et la Grèce n'était nullement un acte téméraire, puisque au moment de la conférence de Lausanne il ne restait que 200 000 Grecs en Turquie (moins Constantinople), les autres ayant fui pendant la débâcle, et qu'il s'agissait par conséquent, devant le fait accompli, de forcer les 350 000 Turcs de Grèce (moins la Thrace occidentale exclue avec Constantinople de l'échange) à évacuer le pays, contre les 200 000 Grecs qui n'avaient pas encore fui l'Anatolie, l'auteur aborde dans la dernière partie de son ouvrage le problème de l'influence considérable qu'exercèrent les réfugiés sur la vie politique, sociale et économique de la Grèce.

Viennent d'abord les conséquences ethnologiques de leur installation : le pays devient ethniquement homogène. En 1920, 20 % de sa population n'était pas grecque (en y incluant la Thrace orientale mais sans le district de Smyrne). Après l'échange, en 1928, ce pourcentage tombe à 6 %. En 1913 la Macédoine grecque n'avait que 42 % de Grecs, en 1926, 88 %. L'élément grec de la Thrace occidentale passe de 17 % à 62 % après l'échange. L'afflux des réfugiés apporte un sang nouveau à l'agriculture, au commerce et à l'industrie grecques. On a comparé cette migration à celle des huguenots français en Europe. Dans la vie politique les réfugiés d'Asie Mineure introduisent un élément d'instabilité par leurs positions radicales, passant du soutien farouche donné au vénizélisme au communisme. Sur le plan social l'intégration se fait difficilement à cause de la persistance d'une « conscience de réfugié ». La classe ouvrière est renforcée par la prolétarisation d'une partie d'entre eux. Enfin sur le plan culturel et linguistique leur influence est également importante, notamment en hâtant la consécration du démotique en tant que langue littéraire.

On aurait aimé que l'auteur fit une étude plus poussée de ce problème capital de l'influence des réfugiés sur l'évolution intérieure de la Grèce depuis quarante ans. Bien que celui-ci présente clairement les différents aspects de cette influence, il nous laisse souvent sur notre faim. Un usage trop grand est fait de sources secondaires dans les explications données. L'étude est de valeur mais elle n'est certainement pas définitive.
Dimitri Kitsikis

1. Dimitri Pentzopoulos, The Balkan Exchange of Minorities and its Impact upon Greece, Paris, The Hague, Mouton & Co., 1962, 293 p., tabl., cartes, bibliogr. (Publications du Centre de Sciences sociales d'Athènes, avec la collaboration de l'Ecole pratique des Hautes Etudes).

mardi 7 décembre 2010

Les Grecs plus slavophobes que turcophobes ?

Hervé Georgelin, "Réunir tous les « Grecs » dans un Etat-nation, une « Grande Idée » catastrophique", Romantisme, n° 131, 2006/1, p. 35 :
"Lors des guerres balkaniques de 1912-1913, les Nouveaux territoires, Neai Chôrai, qui sont annexés, doublent pratiquement la surface territoriale de l’Etat et sa population, tout en la rendant plus hétérogène aussi : la Salonique ottomane est une ville majoritairement sépharade, la Macédoine est aussi peuplée de slavophones, la population musulmane est conséquente en Macédoine et en Epire. Une partie, mais une partie seulement, des musulmans partent. Il s’agit des muhacirs, des migrants musulmans qui se réfugient dans l’Empire ottoman presque chassé hors d’Europe. Le panhellénisme a ainsi ses laissés pour compte. La conquête d’un territoire national sur une aire impériale provoque des changements de populations sur ces espaces, que ceux-ci s’effectuent par des départs volontaires, des expulsions plus ou moins officielles par la terreur, par des massacres ou des arrivées de colons, parfois assumés comme tels. De façon déconcertante, on ne s’intéressait dans les milieux nationalistes grecs qu’au problème slave jusqu’en 1913. Il s’agissait alors d’un grand danger dans les écrits nationalistes, si bien que, finalement, on se serait plutôt accommodé des Turcs."

Dimitri Kitsikis, La montée du national-bolchevisme dans les Balkans. Le retour à la Serbie de 1830, Paris, Avatar Editions, 2008, p. 28 :

"Le 21 octobre 1908, Alexandris [député grec et envoyé spécial du gouvernement d'Athènes] déclara à l'homme fort du triumvirat, Enver pacha : « La nation hellène souhaite de tout cœur un succès total à l'œuvre des Jeunes Turcs. Une Turquie forte libérera l'hellénisme de Turquie de l'oppression des Slaves. Si jamais la Turquie s'effondre, ce que nous ne souhaitons pas, ni ne le croyons, bien que les intentions de Dieu soient insondables, c'est nous qui souhaitons lui succéder, car c'est de nous qu'elle obtint ses territoires européens. Par contre, si les Slaves s'en emparent, ce rêve national s'effacera pour toujours » (p. 23). Ces déclarations d'Alexandris situent exactement le dilemme de la Grèce en 2008, prise entre ses intérêts stratégiques qui la poussent à soutenir les Albanais et l'indépendance du Kosovo, qui affaiblissent les Slaves et ses préférences religieuses, ses appels du cœur, qui rallient son peuple derrière le frère orthodoxe serbe et le grand frère orthodoxe russe. Il s'agit-là d'un déchirement permanent de la personnalité grecque qui a toujours été exploité par l'impérialisme anglo-saxon, puissance maritime, contre la puissance continentale slave. La Grèce et la Turquie, en tant que puissances maritimes du monde égéen, de par leur situation géopolitique, ne peuvent faire autrement que se ranger, à chaque fois, du côté des Anglo-Saxons et de l'OTAN." 

Joëlle Dalègre, La Grèce depuis 1940, Paris, L'Harmattan, 2006, p. 19 :

"C'est aussi une nation [la Grèce] qui se sait en danger. Les politiques ont progressivement réduit après 1924 les différends qui opposaient leur pays à la Serbie et à la Turquie et garanti leurs frontières, mais "le danger bulgare" subsiste. La Bulgarie fait partie des Etats révisionnistes et ne s'en cache pas, elle regrette à la fois la Grande Bulgarie dessinée en 1878 à San Stefano, la Thrace occidentale, bulgare de 1913 à 1918 et la Macédoine orientale qu'elle a occupée pendant la première guerre mondiale ; en 1936 comme en 1916, Métaxas [général et Premier ministre grec] voit dans ce voisin l'ennemi le plus dangereux et lance donc sur la frontière nord la construction d'une ligne de fortins, la ligne Métaxas inspirée de la ligne Maginot, destinée à couper les axes menant vers la côte égéenne distante de 40 kms de la frontière. Face au commun danger bulgare, fidèles à leurs accords, Grecs et Turcs observent la frontière."

Georgios Papadopoulos (colonel et Premier ministre grec) :

"Les puissances slaves ont délibérément lancé la « guerre des bandits » de 1946 et feraient la même chose de nouveau si la Révolution [le coup d'Etat] n'était pas là pour les en empêcher." (déclaration en 1967, cité par Symeon A. Giannakos dans "NATO and the EU in the Eastern Mediterranean : Conflict Preventers or Conflict Managers ?", in David Carment et Albrecht Schnabel (dir.), Conflict prevention from rhetoric to reality : Organizations and institutions, volume 1, Lanham, Lexington Books, 2004, p. 49)

"Si j'avais un pouvoir magique, je ferais tout mon possible pour parvenir à une fédération [unissant la Grèce et la Turquie] et entraînerais immédiatement notre peuple dans cette direction." (interview à Milliyet, 28 juin 1968)

"Nos deux pays doivent convaincre nos communautés à Chypre que nous ne sommes pas disposés à gâcher les relations entre nous et à se disputer à cause d'eux ; par conséquent, ils doivent régler leurs différends d'une manière acceptable pour nous aussi." (interview à Milliyet, 30 mai 1971)