jeudi 27 janvier 2011

Trafic de bébés tsiganes en Grèce

Opération policière
Trafic de bébés bulgares démantelé en Grèce
Les autorités ont constaté 14 cas où des femmes enceintes, notamment d’origine Rom, vendaient leurs enfants, a déclaré le procureur.

Mardi, les polices bulgare et grecque ont mis à jour un réseau de trafic de bébés adoptés en Grèce. Les mères sont en partie issues de familles roms plongées dans la misère.

le 25 janvier 2011, 14h13
LeMatin.ch & les agences

Les polices bulgare et grecque ont démantelé mardi un trafic de bébés bulgares en Grèce, a annoncé le ministre de l’Intérieur Tsvetan Tsvetanov à Sofia.

Cinq personnes ont été arrêtées à Varna, dans l’est de la Bulgarie, et neuf en Grèce dans cette opération préparée depuis six mois par les autorités des deux pays, a-t-il précisé.

Le procureur régional de Varna, Vladimir Tchavdarov, cité par l’agence BTA, a indiqué que les arrestations avaient été effectuées dans la ville grecque de Lamia (sud-est), ainsi que dans trois villes de l’est de la Bulgarie - Varna, Bourgas et Yambol.

Les autorités ont constaté 14 cas où des femmes enceintes, notamment d’origine Rom, vendaient leurs enfants, a déclaré le procureur. La police grecque a découvert un nouveau-né offert à l’adoption illégale lors d’une perquisition dans un logement de Bulgares à Lamia, a-t-il ajouté.

De 18.000 à 25.000 euros

Les enfants étaient mis au monde dans un hôpital à Lamia pour être vendus dans cette même ville, ainsi qu’à Athènes, à Thessalonique (nord) et à Patra (sud-ouest).


"Le prix des bébés dépendait de leur sexe et de la couleur de leur peau", selon le procureur. Un garçon coûtait 25.000 euros aux parents adoptifs désirant contourner la procédure légale et une fille de 18.000 à 20.000 euros. Dans la plupart des cas les mères ne touchaient qu’une part minime de cette somme, a-t-il ajouté.

La Bulgarie a demandé l’extradition de six des personnes arrêtées en Grèce dont une avocate bulgare qui y travaillait, selon le procureur Tchavdarov. Des cas de trafic de bébés, issus de familles roms bulgares plongées dans la misère, sont régulièrement révélés en Grèce.

En octobre la police bulgare avait démantelé dans la région de Sliven (est) un autre réseau de trafic de nouveaux-nés vers la Grèce. Six femmes enceintes de la région avaient été conduites en Grèce pour y donner naissance à leur bébé. L’enfant était alors reconnu par un père fictif grec pour court-circuiter la procédure d’adoption internationale.

Par ailleurs onze cas de trafic de bébés roms de la région de Pechtera (sud de la Bulgarie) avaient été dévoilés en 2005 en France.
Source : http://www.lematin.ch/actu/monde/trafic-bebes-bulgares-demantele-grece-378063