lundi 30 mai 2011

La "Grécaille"

Pierre Loti, Suprêmes visions d'Orient, Paris, Calmann-Lévy, 1921, p. 290 :

"Dans le chapitre sur Andrinople, je m'étais associé aux indignations des Grecs contre les brutes de Bulgarie, mais je me suis aperçu aujourd'hui que la Grécaille était pire encore comme férocité, fourberie et mensonges. Ce n'est pas d'hier du reste qu'elle s'est révélée telle. Voltaire, si je ne me trompe, fut le premier de chez nous qui célébra (en alexandrins d'une envolée vraiment mirlitonnesque) ses vertus guerrières et sa loyauté :

Les descendants d'Hercule et la race d'Homère 
Sans cœur et sans esprit, se vautrant sur la terre, 
Sont des fripons rampants qu'un aga fait trembler."