jeudi 30 juin 2011

Contrebande grecque : saisie de 2 millions de cigarettes à la frontière bulgaro-grecque

Grèce: 2 M de cigarettes saisies à la frontière

Par Europe1.fr avec AFP

Publié le 13 juin 2011 à 13h17 Mis à jour le 13 juin 2011 à 13h17

Près de 2 millions de cigarettes de contrebande en provenance de Grèce ont été saisies dimanche soir à la frontière bulgaro-grecque, a annoncé l'agence des douanes lundi. Les cigarettes étaient cachées dans un camion frigorifique à destination de "Budapest, Roumanie", selon les documents du chargement.

C'est cette confusion entre la capitale roumaine, Bucarest, et hongroise, Budapest, qui ont éveillé les soupçons des douaniers.

Le camion, immatriculé en Bulgarie, était conduit par un ressortissant grec de 40 ans accompagné d'un autre Grec de 60 ans. Le directeur des douanes, Vanio Tanov, a estimé à 600 millions de leva (plus de 300 millions d'euros) le chiffre d'affaires annuel dans la contrebande de cigarettes via la Bulgarie.
Source : http://www.europe1.fr/International/Grece-2-M-de-cigarettes-saisies-a-la-frontiere-584947/

mercredi 29 juin 2011

Stupidité superstitieuse et typiquement "levantine" des clergés grec-orthodoxe et arménien : ils se battent comme des chiffonniers au Saint-Sépulcre


"Et qu'adviendra-t-il en Palestine, quand on n'aura plus, comme gardiens aux portes du Saint-Sépulcre, les bons Turcs toujours prêts à mettre le holà, quand les représentants des différentes sectes chrétiennes levantines qui s'exècrent les uns les autres, commencent d'ensanglanter les basiliques, en s'y battant comme des chiens, à coups de croix d'argent ou d'encensoirs d'or !" (Pierre Loti, Les alliés qu'il nous faudrait, Paris, Calmann-Lévy, 1919, p. 52-53)

"Vous savez que je dis vrai ! vous le savez, vous qui avez vu, à Jérusalem, nos soldats musulmans mettre la paix parmi les furieux pèlerins des sectes chrétiennes et les forcer au respect du tombeau de ce Christ que, soi-disant, elles adorent, mais qu'elles ne savent honorer que par des querelles hargneuses, par des coups et par du sang..." (Claude Farrère, L'extraordinaire aventure d'Achmet pacha Djemaleddine, Paris, Flammarion, 1921, p. 173-174)

La culture grecque moderne : gloutonnerie, évasion fiscale et gaspillage

The Big Fat Greek Gravy Train: A special investigation into the EU-funded culture of greed, tax evasion and scandalous waste

By Andrew Malone

Last updated at 9:09 AM on 25th June 2011

Even on a stiflingly hot summer's day, the Athens underground is a pleasure. It is air-conditioned, with plasma screens to entertain passengers relaxing in cool, cavernous departure halls - and the trains even run on time.

There is another bonus for users of this state-of-the-art rapid transport system: it is, in effect, free for the five million people of the Greek capital.

With no barriers to prevent free entry or exit to this impressive tube network, the good citizens of Athens are instead asked to 'validate' their tickets at honesty machines before boarding. Few bother.

This is not surprising: fiddling on a Herculean scale — from the owner of the smallest shop to the most powerful figures in business and politics — has become as much a part of Greek life as ouzo and olives.

Indeed, as well as not paying for their metro tickets, the people of Greece barely paid a penny of the underground’s £1.5 billion cost — a ‘sweetener’ from Brussels (and, therefore, the UK taxpayer) to help the country put on an impressive 2004 Olympics free of the city’s notorious traffic jams.

The transport perks are not confined to the customers. Incredibly, the average salary on Greece’s railways is £60,000, which includes cleaners and track workers - treble the earnings of the average private sector employee here.

The overground rail network is as big a racket as the EU-funded underground. While its annual income is only £80 million from ticket sales, the wage bill is more than £500m a year — prompting one Greek politician to famously remark that it would be cheaper to put all the commuters into private taxis.
‘We have a railroad company which is bankrupt beyond comprehension,’ says Stefans Manos, a former Greek finance minister. ‘And yet, there isn’t a single private company in Greece with that kind of average pay.’

Significantly, since entering Europe as part of an ill-fated dream by politicians of creating a European super-state, the wage bill of the Greek public sector has doubled in a decade. At the same time, perks and fiddles reminiscent of Britain in the union-controlled 1970s have flourished.

Ridiculously, Greek pastry chefs, radio announcers, hairdressers and masseurs in steam baths are among more than 600 professions allowed to retire at 50 (with a state pension of 95 per cent of their last working year’s earnings) — on account of the ‘arduous and perilous’ nature of their work.

This week, it was reported that every family in Britain could face a £14,000 bill to pay for Greece’s self-inflicted financial crisis. Such fears were denied yesterday after Brussels voted a massive new £100bn rescue package which, it insisted, would not need a contribution from Britain.

Even if this is true — and many British MPs have their doubts — we will still have to stump up £1billion to the bailout through the International Monetary Fund.

In return for this loan, European leaders want the Greeks’ free-spending ways to end immediately if the country is to be prevented from ‘infecting’ the world’s financial system. Naturally, the Greek people are not happy about this.

In Constitution Square this week, opposite the parliament, I witnessed thousands gathering to campaign against government cuts designed to save the country from bankruptcy.

After running battles with riot police, who used tear gas to disperse protesters, thousands are still camped out in the square ahead of a vote by Greek politicians next week on whether to accept Europe-imposed austerity measures.

Yet these protesters should direct their anger closer to home — to those Greeks who have for many years done their damndest to deny their country the dues they owe it.

Take a short trip on the metro  to the city’s cooler northern suburbs, and you will find an enclave of staggering opulence.

Here, in the suburb of Kifissia, amid clean, tree-lined streets full of designer boutiques and car showrooms selling luxury marques such as Porsche and Ferrari, live some of the richest men and women in the world.

With its streets paved with marble, and dotted with charming parks and cafes, this suburb is home to shipping tycoons such as Spiros Latsis, a billionaire and friend of Prince Charles, as well as countless other wealthy industrialists and politicians.

One of the reasons they are so rich is that rather than paying millions in tax to the Greek state, as they rightfully should, many of these residents are living entirely tax-free.


Along street after street of opulent mansions and villas, surrounded by high walls and with their own pools, most of the millionaires living here are, officially, virtually paupers.

How so? Simple: they are allowed to state their own earnings for tax purposes, figures which are rarely challenged. And rich Greeks take full advantage.

Astonishingly, only 5,000 people in a country of 12 million admit to earning more than £90,000 a year — a salary that would not be enough to buy a garden shed in Kifissia.

Yet studies have shown that more than 60,000 Greek homes each have investments worth more than £1m, let alone unknown quantities in overseas banks, prompting one economist to describe Greece as a ‘poor country full of rich people’.

Manipulating a corrupt tax system, many of the residents simply say that they earn below the basic tax threshold of around £10,000 a year, even though they own boats, second homes on Greek islands and properties overseas.

And, should the taxman rumble this common ruse, it can be dealt with using a ‘fakelaki’ — an envelope stuffed with cash. There is even a semi-official rate for bribes: passing a false tax return requires a payment of up to 10,000 euros (the average Greek family is reckoned to pay out £2,000 a year in fakelaki.)

Even more incredibly, Greek shipping magnates — the king of kings among the wealthy of Kifissia — are automatically exempt from tax, supposedly on account of the great benefits they bring the country.

Yet the shipyards are empty; once employing 15,000, they now have less than 500 to service the once-mighty Greek shipping lines which, like the rest of the country, are in terminal decline.

With Greek President George Papandreou calling for a crackdown on these tax dodgers — who are believed to cost the economy as much as £40bn a year — he is now resorting to bizarre means to identify the cheats. After issuing warnings last year, government officials say he is set to deploy helicopter snoopers, along with scrutiny of Google Earth satellite pictures, to show who has a swimming pool in the northern suburbs — an indicator, officials say, of the owner’s wealth.

Officially, just over 300 Kifissia residents admitted to having a pool. The true figure is believed to be 20,000. There is even a boom in sales of tarpaulins to cover pools and make them invisible to the aerial tax inspectors.

‘The most popular and effective measure used by owners is to camouflage their pool with a khaki military mesh to make it look like natural undergrowth,’ says Vasilis Logothetis, director of a major swimming pool construction company. ‘That way, neither helicopters nor Google Earth can spot them.’

But faced with the threat of a crackdown, money is now pouring out of the country into overseas tax havens such as Liechtenstein, the Bahamas and Cyprus.

‘Other popular alternatives include setting up offshore companies in Cyprus or the British Virgin Islands, or the purchase of real estate abroad,’ says one doctor, who declares an income of less than £90,000 yet earns five times that amount.

There has also been a boom in London property purchases by Athens-based Greeks in an attempt to hide their true worth from their domestic tax authorities.

‘These anti-tax evasion measures by the government force us to resort to even more detailed tax evasion ploys,’ admits Petros Iliopoulos, a civil engineer.

Hotlines have been set up offering rewards for people who inform on tax dodgers. Last month, to show the government is serious, it named and shamed 68 high-earning doctors found guilty of tax evasion.

‘We will spare no effort to collect what is due to the state,’ said Evangelos Venizelos, the new Greek finance minister of the socialist  ruling party. ‘We promise to draft and apply a new and honest tax  system, one that has been needed for decades, so that taxes are duly paid by those who should pay.’

Yet, already, it is too late. Greece is effectively bust — relying on EU cash from richer northern European countries, but this has been the case ever since the country finally joined the euro in 2001.

Two years earlier, the country was barred from entering because it did not meet the financial criteria.

No matter: the Greeks simply cooked the books. Two years later, having falsely claimed to have met standards relating to manufacturing and industrial production and low inflation, the Greeks were allowed in.

Funds poured into the country from across Europe and the Greeks started spending like there was no tomorrow.

Money flowed into all areas of public life. As a result, for example, the Greek school system is now an over-staffed shambles, employing four times more teachers per pupil than Finland, the country with the highest-rated education system in Europe. ‘But we still have to pay for tutors for our two children,’ says Helena, an Athens mother. ‘The teachers are hopeless — they seem to spend their time off sick.’

Although Brussels has now agreed to provide the next stage of its debt payment programme to safeguard the count  ry’s immediate economic future, the Greek media still carries ominous warnings that the military may be forced to step in should the country’s foray into Europe end in ignominy, bankruptcy and rising violence.

For now, the crisis has simply been delayed. With European taxpayers facing the prospect of saving Greece from bankruptcy for the second year in a row, some say even the £100bn on offer will pay off only the interest on the country’s debts — meaning it will be broke again within two years.

Meanwhile, there are doom-laden warnings that the collapse of the Greek economy could be the catalyst for another global recession.

Perhaps if the Greeks themselves had shown more willingness to tighten their belts and pay taxes due to the state, voters across Europe might not now be feeling such anger towards them.


But having strolled the streets of Kifissia, and watched the Greek hordes stream past the honesty boxes on the underground, it does not take a degree in European economics to know when somebody is taking advantage — at our expense.
Source : http://www.dailymail.co.uk/news/article-2007949/The-Big-Fat-Greek-Gravy-Train-A-special-investigation-EU-funded-culture-greed-tax-evasion-scandalous-waste.html#ixzz0gGB7jQIY

Les manifestants grecs se sont trouvés un nouveau leader prestigieux et compétent : le chien Loukanikos ("saucisse" en grec)

Grèce: Les «chiens révolutionnaires», icônes des manifestations
Publié le 21 juin 2011.

/AP/SIPA
INSOLITE - Kanellos et Loukanikos, deux chiens de couleur dorée, ont été repérés au côté des manifestants lors de la majorité des rassemblements à Athènes depuis 2008...

En Grèce, il n’y a pas que la population qui manifeste contre l’austérité. Les chiens aussi. Deux en particulier: Kanellos et Loukanikos (également connu sous les noms Louk ou Thodoris). Ces chiens de couleur dorée, apparemment errants mais arborant un collier bleu, ont été repérés au côté des manifestants lors de la majorité des rassemblements à Athènes depuis 2008. Leur présence a été immortalisée à de nombreuses reprises par les manifestants et les photographes de presse, et ils sont devenus les mascottes du mouvement de contestation.

Selon certains, il s’agirait du même chien. Selon d’autres, il y en a bien deux. Kanellos (cannelle, en grec) est devenu le premier «chien révolutionnaire» grec en 2008, lors des violentes protestations de jeunes après la mort d'un adolescent de 15 ans, Alexandros Grigoropoulos, tué par balle par un agent de police, à Athènes. Le canidé est mort la même année, probablement de vieillesse. Les étudiants auraient même récolté des fonds avant sa mort pour lui acheter une chaise roulante, le chien étant semble-t-il paralysé du train arrière du fait d’une arthrite sévère.

Le chien qui aboie contre la police anti-émeute

Mais, après la mort de Kanellos, un autre chien, peut-être l’un de ses petits étant donné la ressemblance entre les deux animaux, a à son tour pris place au côté des manifestants. Et, dès le mois de mai dernier, Loukanikos (saucisse, en grec) a été vu dans les manifestations, sachant parfaitement bien de quel côté se placer: il esquive les bombes de gaz lacrymogènes et les flammes, et n’hésite pas à grogner et aboyer contre la police anti-émeute.

Tant et si bien qu’il a ses propres pages Wikipédia et Facebook, ainsi que des blogs qui lui sont dédiés, où les internautes postent encouragements et vidéos d’hommage.
>> Regardez un montage des différentes photos où apparaissent les «chiens révolutionnaires»:
Source : http://www.20minutes.fr/article/745183/grece-chiens-revolutionnaires-icones-manifestations


lundi 27 juin 2011

Un article éloquent de 2004 sur la mythomanie grecque

Tribune 05/10/2004 à 02h26
Une recette, le mensonge grec.

QUATREMER JeanJEAN QUATREMER journaliste à Libération.

L'Allemagne et la France se seraient évité bien des maux de tête si elles avaient appliqué la recette grecque : le mensonge. En effet, depuis trois ans, ces deux pays se sont fait clouer au pilori pour leur déficit public dépassant le sacro-saint plafond des 3 % du PIB alors qu'il leur aurait suffi de truquer les chiffres des comptes publics et, ainsi, laisser la Commission européenne, gardienne du dogme du Pacte de stabilité et de croissance, dormir tranquille. La Grèce vient de faire la démonstration que Bruxelles n'y aurait vu que du feu. Sans l'audit mené par le gouvernement conservateur grec élu en avril dernier, et révélé le 20 septembre, elle ne se serait pas aperçue que le déficit réel de la Grèce était deux fois supérieur aux chiffres affichés : 4,1 % en 2000 au lieu de 2 %, 3,7 % en 2001 et 2002 au lieu de 1,4 % et 4,6 % en 2003 au lieu de 1,7 %. Pour 2005, le trou des finances publiques hellènes atteindra 5,3 % au lieu des 1,2 % annoncés. Certes, affirme la Commission, cela ne remet pas en cause la qualification de la Grèce pour l'euro puisqu'elle a été admise en janvier 2001 sur la base des chiffres de 1997 à 1999. On peut remarquer que, très opportunément, l'audit ne porte pas sur ces années-là et que tout laisse présager que le mensonge est bien plus ancien. Certes, le mensonge n'est pas total : la Grèce s'est simplement «contentée» de ne pas comptabiliser ses dépenses militaires. Mais si la France avait fait de même et si l'Allemagne avait sorti les dépenses liées à l'unification, ces deux pays ne seraient jamais sortis de l'épure de Maastricht.

Le plus étonnant est le calme olympien avec lequel la Commission mais aussi les partenaires d'Athènes ont accueilli cet événement inouï qui remet en cause le fondement même de l'Union économique et monétaire, la confiance. Même les marchés financiers n'ont pas cillé : non seulement l'euro n'a pas plongé mais il continue depuis à grimper face au dollar. On peut certes se dire que la réaction n'aurait pas été la même si l'un des poids lourds de la zone euro avait été pris la main dans le sac. Mais est-ce si sûr ?

Au fond, n'est-ce pas là la démonstration que les fameux critères de Maastricht (déficit public limité à 3 % du PIB et dette publique contenue à 60 % du PIB) sont totalement bidons et que l'Europe s'est imposée une cure d'austérité à marche forcée totalement infondée ? Ce que les banquiers centraux ont vendu aux gouvernements au début des années 90, c'est qu'il fallait des finances publiques saines pour faire la monnaie unique. Pour ce faire, ils ont littéralement inventé des «critères de convergence» afin que la qualification des pays ne se fasse pas seulement sur des critères politiques. Au passage, il faut remarquer que cela n'a pas empêché la Belgique, l'Italie et la Grèce de se qualifier avec des dettes supérieures à 100 % du PIB. Aujourd'hui, la démonstration est faite que le dépassement des 3 % n'a guère d'effet sur le niveau de l'euro face aux autres monnaies : l'Allemagne et la France sont hors des clous depuis trois ans et la Grèce n'a sans doute jamais été dedans sans que le niveau de l'euro en souffre. Au fond, ce qui semble compter pour les marchés, c'est la volonté politique de faire une monnaie ensemble. Le reste n'est que billevesées et croquemitaines de banquiers centraux qui ont toujours cherché à contrôler des gouvernements qu'ils soupçonnent d'être prodigues par nature.

Deux autres leçons peuvent être tirées du mensonge grec : il ne sert à rien de réformer le Pacte puisqu'il n'est en rien la garantie d'une monnaie stable. Mieux vaut le laisser dans le cercueil dans lequel il repose et plutôt encourager les gouvernements à coordonner leur politique économique. Quant à la Commission, elle a, une nouvelle fois, démontré son incapacité à assumer un rôle dans la gouvernance économique de l'Union : après avoir conduit le Pacte à sa mort à force de rigorisme juridique, elle n'a pas su voir qu'on la roulait dans la farine. Bref, il va falloir repenser sérieusement les fondements de l'Union économique et monétaire.
Source : http://www.liberation.fr/tribune/0101504185-une-recette-le-mensonge-grec

dimanche 26 juin 2011

Un gros nuage sur les relations gréco-israéliennes : une deuxième flotille en direction de Gaza partira depuis la Grèce

Dernière mise à jour : 26/06/2011 à 10:41
Flottille de la Liberté 2 vers Gaza
Les humanitaires prêts à appareiller malgré les menaces


Malgré des menaces d'Israël et l'opposition de l'ONU, les militants de 22 pays ont prévu d'appareiller de Grèce cette semaine à bord d'une dizaine de bateaux dans le cadre de la “Flottille de la liberté 2”, qui doit transporter de l'aide humanitaire à Gaza.

Un an après l’arraisonnement meurtrier d’un premier convoi humanitaire au large d’Israël, et malgré des menaces d'Israël et l'opposition de l'ONU, une nouvelle flottille internationale s’apprête à faire route vers Gaza pour tenter de briser le blocus imposé à l’enclave palestinienne. Des militants de 22 pays ont prévu d'appareiller de Grèce cette semaine à bord d'une dizaine de bateaux dans le cadre d'une “flottille de la liberté” transportant de l'aide humanitaire à Gaza.

Des dizaines d’organisations européennes et internationales, regroupées dans la Coalition de la flottille de la liberté pour Gaza, sont à l’origine de ce projet, lancé à l’initiative de la première Flottille de la liberté, attaquée le 31 mai 2010.

Ce rassemblement international compte porter un message politique, pour dénoncer et briser le blocus de Gaza et demander le respect du droit international; humanitaire, pour apporter de l’aide matérielle à une population dépourvue des biens de première nécessité, et enfin solidaire, pour montrer au peuple palestinien qu’il n’est pas seul dans sa souffrance.

“Ceux qui viennent avec la flottille de la liberté représentent un état avancé de conscience de la communauté internationale civile. Ils sont venus en sacrifiant leurs congés, leur travail et leur argent pour mettre fin à un complot de silence vis-à-vis d’un crime et d’une punition collective contre les civils palestiniens dans la bande de Gaza. Ils veulent présenter leurs excuses au nom de la communauté internationale et inciter celle-ci à lever le blocus.”

Raji Sourani, responsable du Centre palestinien pour les droits de l’Homme sur lemonde.fr

Rassemblant cette année quelque 350 militants de la cause palestinienne dont l'écrivain suédois Henning Mankell, ainsi que quelques journalistes, cette initiative pacifique pour briser le blocus de Gaza imposé depuis cinq ans par Israël, comprend des navires américain, français, italien, irlandais, espagnol, grec, suédois, norvégien, et un cargo de la diaspora palestinienne.

La plupart des pays concernés ont déconseillé à leurs ressortissants toute participation à la flottille.

En effet, l’armée israélienne a répété ad nauseam qu’elle est déterminée à intervenir pour faire respecter son blocus. Hier, Israël s'en est pris aux journalistes qui comptent s'embarquer sur la flottille, les menaçant d'une interdiction de territoire israélien ainsi que d'autres sanctions car dit-il, la Flottille est “une provocation dangereuse” et constitue une “violation de la loi israélienne”.

Le Mavi Marmara sacrifié sur l’autel de la réconciliation Turquie/Israël?

Le raid en mai 2010 de la marine israélienne contre le ferry turc Mavi Marmara, navire amiral à la flottille, avait plongé les relations entre Ankara et Tel-Aviv dans une crise sans précédent. Alors que cette année, le Mavi Marmara devait être la pièce de résistance de la seconde flottille, la participation du navire a été annulée le 17 juin pour “raisons techniques”. Le navire a-t-il été sacrifié sur l’autel de la réconciliation entre la Turquie et Israël, deux alliés de longue date qui se boudent depuis l’arraisonnement brutal de l’an dernier? Selon la presse, des pourparlers secrets de haut niveau seraient en cours entre la Turquie et Israël, pour tenter de trouver une issue à la crise diplomatique entre les deux pays.

aufait/agences
Source : http://www.aufaitmaroc.com/monde/palestine-israel/2011/6/26/les-humanitaires-prets-a-appareiller-malgre-les-menaces

samedi 25 juin 2011

La collaboration militaire entre l'Etat grec et la dictature terroriste syrienne

Pierre Blanc, La déchirure chypriote : géopolitique d'une île divisée, Paris, L'Harmattan, 2000, p. 155 :

"Pour la Turquie, retirer ses troupes de Chypre est d'autant plus improbable que l'île est supposée appartenir à une « régionale antiturque » associant en particulier la Grèce, la Syrie, le PKK, l'Arménie et dans une moindre mesure l'Iran. Il faut dire que certaines déclarations de responsables grecs peuvent contribuer à entretenir cette idée en Turquie. Par exemple, les propos du ministre de la défense grec, Gérasimos Arsenis, le père de la doctrine de défense hellénique, appelant, dans un discours prononcé en mars 1996 à Thessalonique, à une union anti-turque incluant tous les ennemis de la Turquie, sont très significatifs pour Ankara. Et ce, même si depuis, ce ministre a été éconduit de son poste pour son attitude belliqueuse. Dans cette logique et avant son renvoi, Gérasimos Arsénis avait signé en juillet 1995 un accord de coopération militaire avec la Syrie, engagée elle-même dans une rivalité déjà ancienne avec la Turquie, où les contentieux territorial (la région du Hatay/ Alexandrette) et fluvial (partage des eaux de l'Euphrate) constituent les principales pommes de discorde. Cet accord militaire gréco-syrien qui perdure, en dépit du départ de son concepteur, permet notamment aux avions et aux navires grecs d'utiliser les bases syriennes. La coopération militaire gréco-syrienne, à laquelle la République de Chypre est associée de facto eu égard à l'intégration des systèmes de défense grec et chypriote, est prise au sérieux au point que pour le stratège turc Sükrü Elekdag « la Turquie doit élaborer une stratégie de défense à partir de l'hypothèse qu'elle sera obligée de s'engager sur deux fronts en même temps. » "

Elise Ganem, L'axe Israël-Turquie : vers une nouvelle dynamique proche-orientale ?, Paris, L'Harmattan, 2005, p. 146 :

"Traditionnellement pro-arabe, il semblerait que la Grèce s'était rapprochée encore plus des Etats musulmans après la conclusion des accords de coopération militaire Israël/Turquie, qualifiés d' « alliance de malfaiteurs » par le ministre des Affaires étrangères Theodoros Pangalos. En signe de protestation, Athènes avait tout simplement refusé de mettre en application son accord de coopération militaire signé avec Israël en décembre 1994.

Cependant, c'est bien avant la conclusion des textes de 1996, que la Grèce, sous l'influence de la Syrie, avait commencé à voir d'un mauvais œil les relations croissantes entre Israël et la Turquie. Pour preuve, Athènes reçut l'autorisation, par le biais d'un accord signé en 1995, de se poser sur les bases syriennes. Or, lorsque l'on sait que les relations avec Ankara sont extrêmement tendues du fait du différend profond qui subsiste à propos de Chypre, cet accord aurait pu, ou pourrait, modifier l'issue d'un éventuel conflit, qu'il soit diplomatique ou militaire. Quelques temps après la signature de l'accord de février 1996 entre l'Etat hébreu et la République kémaliste, la Grèce signa de nouveau un accord de coopération militaire avec la Syrie. Celle-ci souhaitait ainsi resserrer l'étau autour de la Turquie et par là la forcer à reconsidérer ses liens avec Israël."

Il n'est pas inutile de rappeler que la Grèce était déjà membre de l'Union européenne quand elle signa tous ces accords militaires avec le régime syrien...

Voir également : Les Grecs, des Occidentaux ? Leurs relations avec le tiers-mondisme arabe et la République islamique d'Iran

vendredi 24 juin 2011

Bon sens britannique : David Cameron refuse que sa patrie paye pour la Grèce parasitaire

Zone Euro
La Grande-Bretagne ne veut pas payer pour la Grèce

Source : La Tribune.fr - 21/06/2011

David Cameron ne veut pas dépenser un centime dans le sauvetage de la Grèce, vient-il de rappeler encore une fois. Mais le pays devra quand même débourser de l'argent via le FMI.

David Cameron persiste et signe. Le premier ministre britannique refuse de débourser de l'argent dans le plan de sauvetage de la Grèce, dans la mesure où il ne fait pas partie de la zone euro. Il a une nouvelle fois rappeler sa position ce mardi matin : "le mécanisme européen de stabilité financière (créé l'an dernier, dont le Royaume-Uni fait partie) ne devrait pas être utilisé (pour le sauvetage de la Grèce)." Il estime qu'une zone euro saine est "dans notre intérêt" et que de "sévères turbulences pourraient être mauvaises pour le Royaume-Uni", mais qu'il n'est pas question qu'il débourse un centime pour cela.

Il avance pour cela deux arguments. D'une part, le Royaume-Uni n'a pas participé au premier sauvetage de la Grèce. D'autre part, les décisions actuelles se prennent par les pays de la zone euro.

La position du Royaume-Uni face à la crise de l'euro a été ambiguë depuis le début. Le pays a refusé de débourser de l'argent pour les aides à la Grèce, à l'Irlande et au Portugal. Mais ce refus ne concerne que la partie du sauvetage de l'Union Européenne. Du côté du FMI, qui est présent dans chaque plan de secours, le Royaume-Uni contribue, à hauteur de 4,5%. De plus, concernant l'Irlande, le pays a apporté un prêt bilatéral de 6,9 milliards de livres (environ 8 milliards d'euros) pour compléter l'aide. Les banques britanniques étant très exposée en Irlande, il n'est pas question pour le Royaume-Uni d'y laisser la possibilité d'un défaut de paiement.

Néanmoins, le principe général reste le même : Londres n'a pas l'intention de débourser un centime. David Cameron l'avait déjà dit à François Fillon en janvier lors d'un déplacement du premier ministre français à Londres. Il le redit une nouvelle fois, et fera tout pour que cela ne change pas.

Eric Albert, à Londres - 21/06/2011, 12:26
Source : http://www.latribune.fr/blogs/british-blog/20110621trib000630983/la-grande-bretagne-ne-veut-pas-payer-pour-la-grece.html

Grèce: le Royaume-Uni n'a pas à sauver à la Grèce, affirme Cameron

Londres (awp/afp) - Le premier ministre britannique David Cameron a affirmé mardi que le Royaume-Uni n'avait pas à participer au sauvetage de la Grèce via des prêts de l'Union européenne ou bilatéraux, estimant que la zone euro devait résoudre ses problèmes par ses propres moyens.

"Nous pensons que le Mécanisme européen de stabilité financière (MESF, une enveloppe de prêts garantis par l'ensemble des pays de l'UE et utilisée dans le cadre des sauvetages de l'Irlande et du Portugal, ndlr) ne doit pas être utilisé" pour venir en aide à la Grèce, a affirmé le chef du gouvernement britannique, lors d'une conférence de presse à Downing Street.

Il a justifié ce refus par le fait que, selon lui, la zone euro devait résoudre par elle-même ses difficultés.

"Nous n'avons pas été impliqués dans le plan de sauvetage initial (de la Grèce) et nous ne devrions pas être impliqués dans des plans de sauvetage ultérieurs. Ces questions sont débattues au niveau de la zone euro et non au niveau des 27, et ce serait malvenu de faire participer le Royaume-Uni à ce sauvetage", a-t-il insisté.

M. Cameron s'est cependant dit convaincu que la zone euro réussirait à surmonter la crise de la dette sans laisser tomber la monnaie unique, et, bien que son gouvernement ait rejeté catégoriquement une adoption de l'euro par le Royaume-Uni, il a réaffirmé que la stabilité de la zone était dans l'intérêt de son pays.

"La Grande-Bretagne souffre quand la zone euro est en difficulté. 40% de nos exportations vont vers les pays de la zone euro", a-t-il remarqué.

"Les pays qui ont adopté l'euro ont investi énormément dans la monnaie unique, ils ne veulent pas et ne vont pas la laisser échouer. Ils la considèrent comme une pièce maîtresse de leurs intérêts nationaux et je n'ai aucun doute quant à leur détermination" à résoudre les difficultés du moment, a-t-il ajouté un peu plus tard.

Les pays européens négocient depuis des semaines la mise sur pied d'un deuxième plan d'aide pour éviter une faillite de la Grèce à plus long terme, car les premiers prêts accordés l'an dernier avec le FMI, d'un montant total de 110 milliards d'euros, s'avèrent insuffisants.

rp


(AWP / 21.06.2011 16h46)
Source : http://www.romandie.com/news/n/Grece_le_Royaume_Uni_n_a_pas_a_sauver_a_la_Grece_affirme_Cameron210620111606.asp

Voir également : Crise grecque : le maire de Londres Boris Johnson (d'origine turque) s'oppose à l'assistanat

jeudi 23 juin 2011

Autriche : le FPÖ veut que la Grèce quitte la zone Euro

25.03.2010
Le FPÖ veut que la Grèce réintroduise son ancienne monnaie.

Le FPÖ veut que la Grèce quitte la zone Euro et réintriduise son ancienne monnaie. Le Député européen du FPÖ Andreas Mölzer a plaidé, au cours d’une émission, en faveur de cette idée.
.

Le porte-parole du FPÖ dans le domaine financier, Lutz Weinzinger, a exigé, au nom de son parti, l’exclusion de la Grèce de la zone Euro. Pour le FPÖ, les pays de la zone Euro dont la politique économique et financière est désastreuse doivent être forcé de réintroduire leur ancienne monnaie.
Source : http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2010/03/25/le-fpo-veut-que-la-grece-reintroduice-son-ancienne-monnaie.html

Pays-Bas : Geert Wilders humilie la Grèce corrompue

11.06.2011
Geert Wilders n’est pas le bienvenu à l’ambassade de Grèce.

Pays-Bas. Le dirigeant du PVV Geert Wilders s’est rendu, en compagnie du Député du PVV Tony van Dijck, ce vendredi 10 juin 2011, à 15h30, à l’ambassade de Grèce aux Pays-Bas afin de remettre un billet de 1.000 drachmes de 1,5 mètre de long. Le PVV est opposé au soutien financier accordé par l’Union européenne à la Grèce, considérée par le PVV comme corrompue.

L’ambassade de Grèce à La Haye ayant refusé de recevoir Geert Wilders,  celui-ci a déposé une lettre dans la boîte-aux-lettres de l’ambassade. Geert Wilders remettra le billet de 1,5 mètre mardi au ministre néerlandais des finances, qui pourra ainsi le remettre, au sein des instances européennes à Bruxelles, à son collègue grec.
Source : http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2011/06/11/geert-wilders-n-est-pas-le-bienvenu-a-l-ambassade-de-grece.html

mercredi 22 juin 2011

Le Premier ministre grec Papandréou s'interroge publiquement : "Pourquoi ne pouvons-nous pas faire ce que nos voisins turcs ont fait ?"

Turkey sets example, Papandreou says
Font Size: Larger|Smaller
Wednesday, June 22, 2011
ATHENS - Anatolia News Agency 
Greek Prime Minister George Papandreou said Turkey sets an example in his country’s struggle against a devastating economic crisis.

Addressing lawmakers ahead of Tuesday night’s crucial confidence vote, Greek Prime Minister George Papandreou said Turkey sets an example in his country’s struggle against a devastating economic crisis. “Why can’t we do what our neighbors Turks have done?” he asked.

Speaking at the parliament, Papandreou noted that Greece is going through one of the worst crises in its history. “Other countries have experienced similar crises, but in the end they managed to get out of the hole,” he said.

“Turkey had gone through a similar crisis, but today it has a strong economy,” said the Greek PM. “Other peoples lived through similar things, but they withstood and prevailed. Brazil, South Korea, Uruguay, Estonia did it. Our neighbors, Turks, how have they managed to have a dynamic economy today? Can’t we do it? We will.”
Source : http://www.hurriyetdailynews.com/n.php?n=turkey-sets-example-pm-says-2011-06-22

Ne pas s'apitoyer sur le sort des Grecs

The Greek tragedy - shoot the chorus
June 17, 2011

If you've ever sat through one of the classic Greek tragedies in the original language, you might well have formed the opinion that it went on too long – way too long. Well the Greek debt farce is like that too.

It is bemusing that each dramatic announcement of non-action is still greeted with amplified concern by the chorus, helping to keep the sovereign debt headline machine rolling.

The joke is that the markets have long since taken for granted that Greece has to default, one way or another.

Like the Greek classics, we all know how it ends, who is murdered, who mistakenly gets which woman with what dire consequences. The actors just seem to like extending the agony.

It's not only with hindsight that one can say Greece should have been allowed to fail and then booted out of the Euro when the extent of its problems became obvious early last year.

Europe and Greece itself would have been better off. But then politics and face and arrogance intervened and a bigger problem has been created.

Greece itself remains an insignificant, hopelessly corrupt and inefficient economy that shows no sign of changing any time soon. Michael Lewis, author of Liar's Poker, The Big Short and Moneyball, among others, has written an enjoyable feature on the mess for Vanity Fair. A small example of his examples:

The average government job pays almost three times the average private-sector job. The national railroad has annual revenues of 100 million euros ($134 million) against an annual wage bill of 400 million, plus 300 million euros in other expenses. The average state railroad employee earns 65,000 euros a year. Twenty years ago a successful businessman turned minister of finance named Stefanos Manos pointed out that it would be cheaper to put all Greece's rail passengers into taxicabs: it's still true. “We have a railroad company which is bankrupt beyond comprehension,” Manos put it to me. “And yet there isn't a single private company in Greece with that kind of average pay.” The Greek public-school system is the site of breathtaking inefficiency: one of the lowest-ranked systems in Europe, it nonetheless employs four times as many teachers per pupil as the highest-ranked, Finland's. Greeks who send their children to public schools simply assume that they will need to hire private tutors to make sure they actually learn something.

And there's more:

The retirement age for Greek jobs classified as “arduous” is as early as 55 for men and 50 for women. As this is also the moment when the state begins to shovel out generous pensions, more than 600 Greek professions somehow managed to get themselves classified as arduous: hairdressers, radio announcers, waiters, musicians, and on and on and on.

Priced for default

Including its bloated, overly-generous pension liabilities, the Greek government owes US$1.2 trillion ($1.14 trillion) – more than a quarter of a million dollars for every working Greek. No, it's not sustainable, there has to be a default, or a euphemistic “restructuring”. The bond market is already priced for it.

So why is there so much market excitement about an ending that is already known? Maybe the excitement is only in the parts of the market that hadn't read the synopsis before the play started.

The big fear, a fear that feeds upon itself, is that there could be a contagion effect. If Greece goes, then who's next.

It's a nice line used by BT chief economist Chris Caton that if you add up the economies of Greece, Ireland and Portugal, you get Florida. It's hard to imagine the world being so concerned if one American state was facing bankruptcy, as they do from time to time.

The challenge for Europe is to face the reality instead of the political hubris they've built up.
The current size of the problem is managable, but the longer the farce is dragged out, the bigger it grows. The bottom line is that it's not Greece that needs saving, but the banks still holding Greek bonds that will have to have their hair cut managed.

Asian locomotive

Greece won't be the first or by any means the largest country to default. Some of the more hysterical media gives the impression that this would be an earth-shattering, never-happened-before event. Markets are quite good at dealing with such crises as long as all concerned are honest about.

Is it possible that Greece defaulting could trigger another global financial crisis, seize up the banking system? All things are possible, but it should be unlikely. It is, though, another reason why the collective European economy is going to remain subdued, just like the US.

And very luckily for us, that doesn't matter all that much as long as it doesn't freeze global finance. Our economy, the Asian economy, is continuing to grow strongly. Asian banks' exposure to Europe is slight.

Market sentiment certainly is being swayed by the noisy Greek chorus, but we know we get to walk out of the theatre when the show's over. That's a relief.


Michael Pascoe is a BusinessDay contributing editor.
Source : http://www.smh.com.au/business/the-greek-tragedy--shoot-the-chorus-20110617-1g6uo.html#ixzz0gBXzp0NQ

L'évasion fiscale, le "way of life" grec

Financial Crisis
Greece loses €15bn a year to tax evasion

Greek taxmen are under pressure to make a bigger contribution to easing the country's financial pain by collecting more money. The government is providing encouragement by cutting their numbers, salaries and closing 130 tax offices.

By Roland Gribben

6:00AM BST 20 Jun 2011

Tax evasion is a way of life in an economy riddled with abuses, discrimination and corruption but changing habits and culture represents one of the biggest headaches for a beleaguered government trying to climb a financial Olympus in flip-flops.
Reducing the estimated €15bn (£13.2bn) that slips through the tax collection net each year is one of the conditions tied to a bail-out.

There have been some imaginative attempts to widen the collection pool. Helicopters have been hovering over plush suburbs in northern Athens in the search for swimming pools in the homes of professional people who claim they are living on only €35,000-€43,000 a year.


Thousands have been identified but tax records show only 300 have been declared.
The swimming pool fraternity are also responding by using nets to cover the pools to avoid detection.

Cash provides a convenient escape route for lawyers, accountants and builders. The government has published the names of almost 70 doctors it says have cheated the taxman and some surgeons are said to be earning €900,000 a year and not declaring tax.

“Only the stupid pay tax,” one eye surgeon told a Greek state radio.


Three months ago the country’s top tax official was fired after failing to boost tax income, up from €50bn to only €52.5bn over the last two years. There was another €40bn of outstanding tax payments awaiting collection.

Collectors complain that the taxpayers they chase have pay only about 20pc of what they owe and then disappear

Economists estimate that 2m private sector workers are carrying the brunt of the tax load while a million public sector employees and 1.3m self-employed escape almost financially unscathed.

The government is hoping that the rationalisation of tax offices and the belated introduction of a centralised database will help speed the collections.
Source : http://www.telegraph.co.uk/finance/financialcrisis/8585593/Greece-loses-15bn-a-year-to-tax-evasion.html

Les causes de la crise grecque ? Une bureaucratie écrasante et l'évasion fiscale

The roots of the Greek tragedy: bloated bureaucracy and tax evasion

Eric Reguly
Athens— From Saturday's Globe and Mail
Published Friday, Jun. 10, 2011 7:58PM EDT
Last updated Saturday, Jun. 11, 2011 9:22PM EDT

The sight of a helicopter can cause panic in the plush suburbs of northern Athens. Residents know it could be a spy machine, hired by the government to take images of their backyard swimming pools.

Tax collectors make doctors and lawyers squirm by asking how someone who claims to be earning only $20,000 a year can afford such luxuries. Of the 17,000 pools spotted, only 324 had been declared.

No wonder Greece's economy has taken a swan dive. It's generally agreed that 3 to 4 per cent of Greece's GDP is lost to tax evasion, says Yannis Stournaras, director-general of the independent Foundation for Economic & Industrial Research in Athens – roughly $11-billion a year. If those taxes came in, almost half the country's deficit would vanish.

Yet that's a small economic problem compared to the armies of Greek public employees being subsidized by a much smaller private-sector base.

Overall Greece has the least efficient economy in Europe, with its layers of bureaucracy, inflexible unions, protectionism and corruption from top to bottom. “We are a Soviet-style economy,” says Mr. Stournaras.

It's only now, a year after a $155-billion bailout from the European Union and the International Monetary Fund rescued Greece from collapse, that Athens is finally accepting that raising revenue and cutting spending is its only route to survival. Yet Greek citizens are resisting austerity measures, blaming them for rising unemployment.

Last Sunday saw 100,000 people protesting, the biggest demonstration since Greece became the first of the euro zone's three bailout cases. While it's generally agreed the government is inept, protesters – often members of unions and the civil service – seem unwilling to ask if they too are part of the problem.

“Greece has been in denial forever,” says Jason Manolopoulos, a managing partner of Swiss hedge fund Dromeus Capital and the author of a book called Greece's Odious Debt. “There was no grasp of economic reality.”

The tale of the fake lake

The stories of waste in Greece are astounding to the point of comedy. Mr. Manolopoulos writes about Lake Kopais, northwest of Athens. A government agency was set up in the 1950s to drain the lake to make way for a road. The project was finished in 1957. The lake no longer exists, but the agency does. It has 30 employees including a driver, and routinely advertises for new workers.

“No one knows what they do,” the head of the government audit office said last year.

But to trace the more fundamental problem, Michael Mitsopoulos, a Greek economist who is the co-author of the book Understanding the Greece Crisis, presents a few simple figures: Out of Greece's 4.3 million workers, about one million are in the public sector, two million work for private companies and 1.3 million are self-employed. The latter typically pay little tax, so the two million private-sector workers have to carry the entire country, including vast numbers of pensioners. What's more, Mr. Mitsopoulos estimates that only about 300,000 of those private-sector employees have both the income and the integrity to pay “substantial” amounts of tax.

Thus, the Greek economy is an inverted pyramid. “You have few people paying on one side and a lot of people taking on the other side,” he says. “This is unsustainable. There has to be a master plan to transfer public-sector jobs to the private sector.”

The EU, the IMF and the European Central Bank – the “troika” that keeps Greece afloat – are insisting on economic reforms as a condition of their support. A second bailout, worth perhaps $85-billion, is being negotiated to prevent Greece from defaulting on its bond payments, an event that could trigger financial chaos across the continent.

But the bailouts cannot continue forever. They are deeply unpopular in Germany, the biggest sponsor of the rescue. Greece's efficiency drive has to work, and fast. If it fails, the consensus from London to Athens is that Greece is doomed. As Mr. Mitsopoulos puts it, “The end picture would not look much better than Cuba.”

Centuries in the making

How did the Greek state become a bloated, corrupt monster, the Jabba the Hutt of the EU's Mediterranean fringe?

The roots of the problem reach back to Greece's Ottoman era, from the 15th century to the beginning of the 19th. As an occupied people, the Greeks naturally resisted paying taxes; indeed it became a patriotic duty. To some degree, that mentality still exists, as it does in other countries, such as Italy, that have spent centuries under unwanted foreign rulers.

After achieving statehood in 1821, Greece was too poor to build a big bureaucracy. Then the country suffered enormously under German occupation in the Second World War, and after the war, Greece was torn apart again by a civil war between communists and right-wing forces (the former lost). Then came a coup d'état and military rule.

In 1974 democracy was restored, and that's when the government hiring spree commenced. Under various populist leaders, government agencies opened their doors wide – too wide, with jobs being traded for votes. By 1980, there were about 500,000 civil servants.

That number has since doubled, with much of the hiring in the go-go years of the last decade, when euro-zone membership gave Greece cheap credit, a stable currency, low inflation and the illusion of wealth.

Stefanos Manos, the finance minister in the early 1990s, recalls that salaries in the public railway company vastly exceeded its revenues. The state would have saved money if it had closed the rail system and given everyone cab chits.

Konstantinos Katsigiannis, an Athens attorney who is president of the Canadian-Hellenic Chamber of Commerce, says the civil service became arrogant and corrosive as it expanded. Starting a company or building a project can be a nightmare because of the endless paperwork, permits and kickbacks. A Canadian diplomat tells the story of a friend who built a resort on an island: It took 10 years and required 6,000 bureaucratic signatures.

Bailouts and their discontents

As spending rose, the government borrowed ever-increasing amounts of money. By 2009, the deficit reached 15.4 per cent of gross domestic product, the highest in the 27-country European Union (Germany's deficit that year was 3 per cent).

While the deficit should come down to 8.9 per cent this year, it is still wildly excessive: The overall national debt is likely to reach 150 per cent of GDP this year, the highest in the EU. Were it not for the bailouts, Greece would be bankrupt, unable to borrow.

Athens has vowed to make the public sector more efficient, but almost no civil servants have left – the constitution guarantees them jobs for life. In any case, with unemployment at a record 16.2 per cent, any civil servants pushed out the door would likely go on the dole, deepening the recession and the potential for civil unrest.

Greece is gambling the a second bailout will buy it enough time (two years, maybe three) to reform. But it's off to a rough start. Tax evaders are proving as clever as the helicopter-borne taxmen – they're buying camouflage covers to make their pools blend into the landscape.

Eric Reguly is The Globe and Mail’s Rome-based correspondent.
Source : http://www.theglobeandmail.com/news/world/europe/the-roots-of-the-greek-tragedy-bloated-bureaucracy-and-tax-evasion/article2056715/singlepage/#articlecontent

C'est le moment pour l'UE de donner une bonne correction à la Grèce ingrate

It's Time for the EU to Make an Example of Greece

June 16, 2011  | about: EUFN, FXE

The trouble with European debt negotiations is that they have not yet persuaded the citizens of highly indebted countries that they must consume less, work harder, retire later, and generally lead unhappier lives. That is what happens after years of living beyond one’s means. The Greeks in particular take the view that the Europeans need them (not to default) more than they need the Europeans, for their debt is so large that it would impair European banks were they to default.

Here’s a simple idea: Don’t allow them to default.

1) Kick them out of EMU and send them back to their miserable drachma, which would, of course, suffer an immediate devaluation of 50% or more. Announce that this is not a divorce but an annulment, given that the Greeks lied outrageously about the size of their economy in order to enter EMU, and never should have been there in the first place, and make clear that this only applies to the special case of Greece.

2) Allow European banks to continue to accrue interest on Greek government debt, through the following formula: the European Central Bank will issue scrip to the banks in the sum of unpaid coupon payments on sovereign debt, so that the bank creditors will own a sort of Payment-in-Kind (PIK) bond, an old junk bond device. Let the ratings agencies scream. The banks can show that the coupon payments on Greek sovereign debt have been paid by the ECB, in the form of additional claims on the Greek sovereign. In effect, the ECB would turn up at Greece’s door like the loanshark who says, “I bought your paper from the guys you owe, and now you owe me — and I want a piece of your business, or else.”

3) The European governments will then go to the Greeks to collect the debt. If the Greeks don’t want to sell their national patrimony, take legal action to seize Greek assets everywhere in Europe, starting with foreign-currency bank accounts, Greek ships in international ports, and so forth.

4) Demand that the Greek government seize the property of Greek citizens who have not paid taxes and auction it to foreigners. That would bring in plenty of foreign exchange. Sell the Parthenon, too. Sell it all. Of course, none of this actually will happen; pushed to the wall, the Greeks will find ways to find the money.

The result would be a temporary economic boycott of Greece in which the default consequences would be borne by the European governments rather than the banks, and the governments would use their collective power to squeeze payment out of Greece. The trouble is not that Greece lacks the assets to pay, but that the country consists of a collective tax dodge by all the owners of vacation properties. The average Greek owns several properties (due to immigration and a shrinking population) and lives by renting them to foreigners; rental is paid by agencies in London or Zurich into bank accounts in Liechtenstein. Greeks simply have no incentive to pay taxes and the Greek tax authorities have no capacity to collect them.
So many Greeks are in on the dodge that it is impossible to negotiate a solution by the normal means. By putting the default weapon out of Athens’ reach, and allowing the Greek economy to sink to its own level, a horrible example can be made of the recalcitrant Hellenes. Let the lights go out in Athens for a few days, and they will come to their senses. They will be poorer and their lives will be worse, but that is not the fault of their creditors.

Of course, the Europeans must then ring-fence the rest of its weaker members. But negotiations should go more smoothly once an example is made of Greece.
Source : http://seekingalpha.com/article/275121-it-s-time-for-the-eu-to-make-an-example-of-greece

La Grèce ? Une nation de pleurnichards ne se remettant jamais en cause

Analysis: Source of Greek crisis? A nation in denial

By Michael Winfrey and Ingrid Melander

ATHENS | Thu Jun 16, 2011 7:13pm EDT

(Reuters) - European leaders are scrambling to save Greece from a debt default that could cause global economic turmoil, but the Greeks themselves seem in denial.

In a reaction that is causing frustration and anger abroad, the Greeks seem more inclined to blame others for their troubles than accepting that something is deeply wrong with their country and painful medicine is urgent.


"The ordinary people don't understand the seriousness of the situation...not only for Greece, but for the whole world economy," said Jan Randolph, director of Sovereign Risk Analysis at IHS Global Insight.

Violent protests against austerity measures demanded in return for an international rescue worth billions of dollars have combined with political infighting and euro zone dithering to severely spook international markets.

No single element of society appears to have fully embraced the gravity of the situation, analysts say, and investors fear political wrangling and opposition to austerity measures could push the country into a messy default on its sovereign debt, which totals 340 billion euros ($480.8 billion).

While countries like Latvia have taken IMF medicine, suffered quick but painful contractions, and are now on paths of recovery, analysts said Greece's case increasingly threatens to resemble Argentina, which defaulted in 2001 and is still shut out of financial markets.

Greece's bailout lenders, the European Union and International Monetary Fund, have called for national consensus behind reforms to win a new financing package but in the country itself a great deal of time is spent pointing fingers rather than looking for solutions.

Government and opposition paint each other as obstructing a solution, private company workers blame the bloated public sector, civil servants blame tax cheats and most Greeks say corrupt politicians are the main problem.

"The big problem of Greek society is the tendency to consider somebody else is responsible for everything that goes wrong," said Theodore Couloumbis, of the ELIAMEP think-tank. "It's like someone who suffers from a severe disease and wants to know what caused it rather than taking precautions to cure it."

PAINFUL MEASURES

The government has reduced public sector wages by a fifth, raised the retirement age for women, cut pensions by more than 10 percent, and cut temporary public contract jobs.

But the underlying budget problems remain. Tax evasion is still rampant -- the labor minister has estimated a quarter of the economy pays nothing -- and loss-making public firms cost the state 13 billion euros from 2004 to 2009, their workers virtually immune from being fired.

"Ninety-nine percent of the Greeks' problems are of their own making," said Randolph. "If everyone had been paying their taxes, we wouldn't have a budget deficit this high."

Greeks are upset with austerity and in a poll held last month, 80 percent of respondents said they refused to make any further sacrifices to get more EU/IMF aid.

Workers at banks and state utilities heading for privatization, public sector contractors, and even doctors have taken to the street of Athens in almost daily protests to oppose deregulation, sell-offs and liberalization of a highly bureaucratic economy. Those demonstrations turned violent on Wednesday.

Analysts say another problem is that Prime Minister George Papandreou's government appears to have failed to explain to the public how desperate the situation is -- that default will have a major impact not only in Greece but beyond its borders.


French and German banks have the most exposure to Greek debt. If Greece went under, market pressure would increase on other indebted euro zone countries such as Ireland, Portugal and maybe Spain.

A confusing internal political battle seems to have compounded the problems, with Greek politicians still eyeing a domestic audience rather than thinking of the broader picture.


That may have played a role on Wednesday, when Papandreou initiated and then broke off talks with the conservative opposition on creating a unity government to push through new austerity measures. He later announced he would reshuffle his cabinet instead, adding to international jitters.

Pundits said there was a small chance Papandreou thought a unity deal was possible, although the conservatives have for months demanded the renegotiation of Greece's 110 billion euro bailout from the EU and IMF last year.

"I can't believe they are doing this with all the money they are being offered," one frustrated European Central banker said.


Papandreou may also have wanted to scare wavering deputies into voting for the new five-year, 28 billion euro austerity package that is an IMF and EU condition for continued aid.

"The real risk to the next package is coming from within Greece itself," J.P. Morgan wrote in a research note.

"The prime minister is losing support within his own party, and there is huge conflict across the political spectrum and the population as a whole."

DISAPPOINTMENT IN EUROPE

The confusion roiled markets globally and shocked European Union officials who have appealed for Greece's political elite to unite behind the reforms.

Analysts said it looked as if Greece was drifting away from a Latvia-style situation. The Baltic state took an EU-IMF bailout in 2008 to avoid bankruptcy.

It imposed spending cuts and tax hikes worth about 15 percent of gross domestic product over three years, including wage cuts for teachers and health workers of up to 50 percent.

The measures triggered an 18 percent economic contraction in 2009 but Latvia's economy began growing again last year and it has returned to borrow on international markets.

By comparison, Greece managed to cut its budget deficit to 10.5 percent of GDP last year, from 15.4 percent in 2009. But it has fallen behind on the targets it has agreed with the EU and the IMF, a result that led to the cabinet agreeing to the new belt-tightening campaign that sparked the protests.

Markets are skeptical that Greece can be saved, not least after Wednesday's violence.

Combined with resignations by several deputies from Papandreou's party and persistent differences between euro zone policymakers trying to arrange further aid for Athens, some analysts see the chances of a messy default rising.

"The protests are not going to go away and the Greeks can't deliver ... it looks like you're seeing growing divisions between the IMF, EU and ECB," said David Lea, western Europe analyst at Control Risks.

"I think we're moving inexorably to default."

(Editing by Barry Moody and Mark Trevelyan)
Source : http://www.reuters.com/article/2011/06/16/us-greece-public-idUSTRE75F7TN20110616

mardi 21 juin 2011

Mauvaise nouvelle pour Athènes : Israël et la Turquie mènent des négociations en vue d'une réconciliation

News: ISRAELVALLEY - PRESSE ISRAELIENNE : les titres - Israël et la Turquie mènent discrètement des négociations de réconciliation. Barak : « Dôme de Fer sera déployé sur tout le pays ».

Par Yoav Rheims
Rubrique: Revue de presse
Publié le 21 juin 2011

1. Israël et la Turquie mènent discrètement des négociations de réconciliation Israël et la Turquie mènent depuis quelques semaines des contacts discrets pour essayer de mettre fin à la crise israélo-turque. Selon un haut responsable à Jérusalem, des discussions directes ont été mises en place en parallèle de discussions menées par une médiation américaine. Une source au ministère turc des Affaires étrangères, ainsi qu’une autre dans l’administration américaine, confirment l’existence de contacts. Le cabinet du Premier ministre israélien s’est refusé hier à tout commentaire sur cette information, sans la démentir pour autant. Le cabinet du ministre des Affaires étrangères a lui aussi refusé de répondre aux questions à ce sujet.

Les négociations se déroulent par deux canaux : un premier canal direct avait été mis en place après l’incendie du Carmel entre une personnalité envoyée par Binyamin Netanyahu et le directeur général du ministère turc des affaires étrangères, Feridun Sinirlioglu, ardent défenseur des relations avec Israël. Un deuxième canal direct a ensuite été créé entre le représentant israélien à la commission d’enquête du secrétaire général de l’ONU pour la flottille à Gaza (commission Palmer), Yossef Ciechanover, et le représentant turc, Özdem Sanberk. Enfin, en plus de ces deux canaux, l’administration américaine a tenu ces derniers mois des contacts avec des très haut placées du gouvernement turc, notamment afin de torpiller la nouvelle flottille à Gaza, mais également pour pousser à l’amélioration des relations avec Israël.

Il s’agit là du troisième essai pour mettre fin à la crise israélo-turque. La tentative actuelle a pour contexte trois événements. Premièrement, la publication prévue dans la première semaine de juillet du rapport de l’ONU sur la flottille ainsi que le souhait des représentants des deux pays au sein de la commission de l’ONU de profiter de ce rapport pour tourner la page et rétablir les relations. Deuxième événement, les élections tuques tenues la semaine dernière : de hauts officiels à Jérusalem estiment qu’après les élections, Erdogan pourra se permettre de faire preuve de plus de pragmatisme. Le troisième évènement est la violence du régime syrien et le flux de réfugiés qui ont choqué Ankara. Les Turcs sont stupéfaits face à l’absence de réponse d’Assad à leurs demandes, à ses mensonges et sa préférence pour le patronage des Iraniens. « La situation en Syrie créé de graves problèmes à la Turquie comme à Israël, les deux pays ont donc un intérêt commun pour résoudre les problèmes entre eux », explique un haut responsable du ministère turc des Affaires étrangères.

2. Barak : « Dôme de Fer sera déployé sur tout le pays »

« Je lancerai un plan d’urgence pour le déploiement des systèmes de défense ‘Dôme de Fer’ et ‘Sharvit Hakessem’ sur tout le pays ». C’est ce qu’a déclaré hier le ministre de la Défense, Ehud Barak, à l’inauguration du pavillon israélien au salon de l’aéronautique du Bourget.

Le ministre de la Défense a fait l’éloge de ces systèmes de défense antimissiles, disant qu’ils révolutionneront totalement le domaine de la défense civile. Selon Barak, « il est possible d’achever le déploiement de Dôme de Fer partout dans le pays d’ici un an et demi, et celui de du système ‘Sharvit Hakessem’ d’ici quatre à cinq ans au plus tard ».

Par ailleurs, Rafael, l’autorité israélienne pour le développement de l’armement, a révélé hier au Bourget la version mobile de Dôme de Fer, désormais installé sur des camions et capable d’accompagner les troupes en mouvement et les défendre également contre les hélicoptères, les avions volant en basse altitude et les drones. Ce système suscite un vif intérêt au sein des armées étrangères au vu de l’efficacité dont il a sur faire preuve ces derniers mois. Rafael espère ainsi que cela contribuera à l’obtention d’un premier contrat d’exportation dès cette année./.

3. Le Hamas : nous attendons les médiateurs égyptiens

Quatre jours avant le cinquième anniversaire de l’enlèvement de Guilad Shalit, les informations dans les médias palestiniens annonçant l’imminence d’un accord entre Israël et le Hamas se multiplient.

Les médias palestiniens citaient hier le directeur du Bureau politique du Hamas, Moussa Abou Marzouk, disant que son organisation attendait les résultats d’une démarche des membres des renseignements égyptiens qui assurent la médiation entre le Hamas et Israël. Abou Marzouk a refusé d’en dire plus sur cette démarche des médiateurs égyptiens mais a précisé que « l’échec du médiateur allemand a ouvert d’autres possibilités permettant à l’Egypte de remplir un rôle central dans la médiation pour l’échange de prisonniers ».

Les médias arabes ont rapporté récemment que les renseignements égyptiens avaient élaboré un projet d’accord d’échange de prisonniers qu’ils auraient remis aux deux parties, mais le Hamas n’y aurait pas encore donné sa réponse. Abou Marzouk a indiqué à ce propos que « malgré le rôle central que l’Egypte joue à nouveau dans les contacts, les informations quant à une avancée significative en vue d’un marché ne sont pas en réalité pas fondées ».

Abou Marzouk a refusé de commenter les dernières informations des médias européens selon lesquelles la France et l’Allemagne auraient élaboré elles aussi un projet d’accord pour la libération de Shalit qui aurait été accepté par la branche politique du Hamas mais rejeté par la branche militaire sur ordre de l’Iran. « Je ne sais pas d’où viennent les informations sur ce projet d’accord », a déclaré Abou Marzouk.

Par ailleurs, la famille Shalit a diffusé hier les résultats d’un sondage qu’elle avait commandé auprès de l’institut Shilouv pour examiner les positions des Israéliens sur un éventuel marché d’échange de prisonniers. Ce sondage montre que 61 % des Israéliens sont favorables à la libération de 1.000 prisonniers palestiniens dont 450 prisonniers du Hamas ayant « du sang sur les mains » en échange de Guilad. 25 % s’y opposent.

Source: Ambassade de France en Israël
Source : http://www.israelvalley.com/news/2011/06/21/32231/israelvalley-presse-israelienne-les-titres-israel-et-la-turquie-menent-discretement-des-negociations-de-reconciliation-ba

lundi 20 juin 2011

Crise grecque : le maire de Londres Boris Johnson (d'origine turque) s'oppose à l'assistanat

"Des doutes qui ne viennent pas seulement d’Allemagne, puisque les partisans d’un lâchage des Grecs par l’Europe se font entendre en Grande-Bretagne également.
C’est à voir avec une tribune du maire conservateur de Londres, Boris Johnson, qui écrit ce matin dans The Telegraph que «le meilleur cadeau à faire aux Grecs est de les laisser se débrouiller tout seuls».
Les plans d’aide et les mesures d’austérité ne font qu’alourdir leur fardeau, selon lui;
«il faut laisser la Grèce faire faillite» écrit-il en substance, avec des attaques extrêmement violentes, notamment sur la «nécessité pour les Grecs de changer leur «caractère national», de se convertir à la foi scandinave dans le gouvernement, au savoir-faire allemand en matière d’industrie et d’épargne», «les seules conditions qui permettront au Grecs d’échapper à la catastrophe»."

Source : http://www.france24.com/fr/20110620-2011-revue-presse-inter-grece-faillite-union-europeenne-merkel-plan-sauvetage-rio-drogue#

Pour information, l'arrière-grand-père de M. Johnson est Ali Kemal Bey, un journaliste et politicien libéral turc-ottoman : http://en.wikipedia.org/wiki/Ali_Kemal_Bey

vendredi 17 juin 2011

Mauvaise nouvelle pour Athènes : une statue monumentale du Macédonien Alexandre le Grand à Skopje

MONDE | mercredi 15 juin 2011 à 16h21
Skopje: une statue d'Alexandre le Grand met la Grèce en colère

La Grèce a dénoncé mercredi comme une "provocation" d'arrière-garde, l'érection en cours d'une statue géante d'Alexandre le Grand à Skopje, affirmant qu'elle "hypothéquait" les perspectives d'adhésion de la Macédoine à l'Union européenne

Ce projet "a pour axe principal l'appropriation de l'histoire grecque dans le but d'attiser nationalisme et conflit (...) il s'agit d'une politique provocatrice et condamnable (...) aux retombées incontournables sur les perspectives euro-atlantiques" du pays, a commenté le porte-parole du ministère grec des Affaires Etrangères, Grigoris Delavekouras.

La Grèce, qui s'oppose à l'accès de sa voisine à l'Otan et à l'UE sous réserve d'un règlement de la dispute bilatérale sur le nom de cet ex-Etat yougoslave, "va informer ses partenaires et alliés", a ajouté Grigoris Delavekouras, cité par un communiqué.

Un profond contentieux historique

Les autorités macédoniennes ont entamé mardi la mise en place de cette statue de bronze, qui doit atteindre une hauteur totale de 22 mètres, alors que ce petit Etat balkanique revendique une filiation historique avec Alexandre le Grand.

La Grèce considère au contraire ce roi héllénisé de Macédoine, qui mena ses troupes jusqu'aux abords de l'Inde actuelle, comme faisant partie exclusivement de son patrimoine historique, au même titre que le nom de Macédoine, dont elle défend l'usage à sa voisine.

En raison de ce différend, l'Etat, né en 1991, n'a été reconnu que sous le nom d'Ex-République yougoslave de Macédoine à l'ONU, dans l'attente d'un règlement qu'une médiation des Nations unies n'a jusqu'à présent pas réussi à obtenir.
Belga
Source : http://www.rtbf.be/info/monde/detail_skopje-une-statue-d-alexandre-le-grand-met-la-grece-en-colere?id=6274673

Voir également : Le vice-Premier ministre grec Theodoros Pangalos l'admet en privé : "Le conflit du nom entre la Macédoine et la Grèce est ridicule"

jeudi 16 juin 2011

La Grèce sombre dans le chaos sous les yeux des Européens

L'Europe impuissante à enrayer le chaos grec

Par Cyrille Lachèvre

16/06/2011 | Mise à jour : 07:59

Les marchés s'inquiètent de l'incapacité des Européens à trouver un accord pour sauver Athènes. Le premier ministre grec a annoncé ce mercredi le remaniement de son gouvernement pour la fin de semaine.

La course contre la montre pour sauver la Grèce d'une banqueroute prend des allures de marathon s'effectuant au rythme d'un sprint. Échec de la réunion exceptionnelle des ministres des Finances de la zone euro, mercredi à Bruxelles; grève générale à Athènes; remaniement du gouvernement Papandréou qui aura lieu jeudi ou vendredi; nouveau coup de semonce des agences de notation contre les banques françaises et grecques… tous ces événements réunis ont fait chuter de 1,49% l'indice CAC 40 mercredi et fait plonger la monnaie unique sous la barre des 1,42 dollar.

Outre les tensions politiques qui vont crescendo en Grèce, c'est surtout le blocage total au niveau européen sur les mesures à prendre pour refinancer Athènes qui inquiète les observateurs. Jusqu'à présent, le calendrier misait sur un accord formellement approuvé lors du sommet des chefs d'État les 23 et 24 juin prochain. Mais mercredi, les ministres des Finances luxembourgeois et slovaque ont tous deux laissé entendre que les divergences étaient telles qu'on ne pouvait exclure l'absence d'accord avant le 11 juillet. Une telle hypothèse serait dramatique car le Parlement grec est supposé, d'ici là, avoir adopté sa nouvelle stratégie de réduction de ses déficits à moyen terme. 
Éviter un scénario noir

Pour éviter ce scénario noir, l'Europe entame à partir de jeudi et jusqu'au 23 juin une série de réunions cruciales. Le premier acte se déroulera à Berlin où la chancelière allemande Angela Merkel doit recevoir, jeudi après-midi, le candidat à la succession de Jean-Claude Trichet à la présidence de la BCE - Mario Draghi - en attendant un sommet avec le président français, Nicolas Sarkozy, vendredi. Ces deux rencontres seront décisives pour infléchir la position allemande. Le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, porté par une partie de l'opinion publique, veut en effet obliger les investisseurs à accepter un rallongement de sept ans de la date de remboursement des obligations grecques qu'ils détiennent. Une telle option serait assimilée à un défaut. Dans ce cas, selon un document de travail européen cité mercredi par le Financial Times, il faudrait trouver 20 milliards supplémentaires pour refinancer les banques grecques. Ces chiffres sont brandis par les opposants à la mesure allemande - France et BCE en tête - pour qui la meilleure des solutions consiste à demander «volontairement» aux banques de maintenir inchangées leurs expositions à la dette grecque. Cette opération, connue sous le label «d'initiative de Vienne», reste pourtant hautement hasardeuse. L'agence Fitch a précisé mercredi qu'elle considérerait une telle démarche comme un défaut si les nouveaux titres émis devaient s'avérer de qualité inférieure aux précédents et s'ils ne permettent pas à la Grèce de se prémunir définitivement contre un défaut de paiement.

Le second acte de ce drame se déroulera à partir de dimanche. Les ministres européens des Finances se retrouveront au Luxembourg pour une nouvelle réunion. Prévu lundi à l'origine, ce sommet a été avancé d'une journée pour faciliter la recherche d'un compromis. Signe que de tous bords on s'attend encore à de longues et difficiles tractations, alors que la Grèce s'enfonce un peu plus chaque jour dans le chaos.
Source : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/06/15/04016-20110615ARTFIG00610-l-europe-impuissante-a-enrayer-le-chaos-grec.php

mercredi 8 juin 2011

De l'argent public dépensé intelligemment en temps de crise : des milliers de retraités décédés "reçoivent" leurs pensions en Grèce

Grèce
La Grèce paie des pensions à des milliers de retraités décédés

Faits divers mardi 07 juin 2011

C’est une nouvelle bien embarrassante pour la Grèce. Alors que le pays est au bord de la faillite et qu’il doit appliquer un plan de rigueur très serré, la ministre du Travail, Louka Katseli, vient d’annoncer que des retraites continuent d’être versées à des milliers de Grecs décédés depuis longtemps.

Environ 16 millions d’euros de perdus

Elle a annoncé que les autorités enquêtaient pour déterminer si les quelque 9 000 centenaires continuant de toucher leur retraite étaient tous encore vivants. Un croisement de données a permis de déterminer que le versement de leur retraite avait été maintenu à quelque 4 500 fonctionnaires décédés, ce qui représente un montant annuel de plus de 16 millions d’euros.

En Grèce, les citoyens ne signalent pas toujours le décès de leurs proches afin de continuer à toucher leur retraite et les contrôles manquent de rigueur.


Le ministère du Travail doit économiser 8 milliards

Une fraude dont Athènes n’a pas franchement besoin : sa dette s’élève actuellement à plus de 300 milliards d’euros d’actifs publics selon la Banque centrale européenne. Le ministère du Travail doit, à lui seul, économiser huit milliards d’euros entre 2012 et 2015 pour continuer de recevoir les aides de l’Union européenne et du FMI.

Kurt Lauk, président du Conseil économique de la CDU allemande, réticent à donner des fonds à la Grèce a affirmé que cet exemple des retraites « prouve la nécessité d’étudier dans le moindre détail les finances grecques avant de verser le moindre centime d’aide » à Athènes.

« Les ministres des finances de l’Union européenne seraient bien avisés de ne pas laisser ces contrôles aux seuls Grecs », a-t-il ajouté.
Source : http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-La-Grece-paie-des-pensions-a-des-milliers-de-retraites-decedes_39382-1824640_actu.Htm

Viols de touristes en Grèce : graves accusations d'un diplomate grec contre les Suédoises

Une affaire de viol dégénère en crise ouverte entre Athènes et Stockholm

Par TF1 News, le 16 avril 2011 à 18h26, mis à jour le 16 avril 2011 à 18:26

Une plainte pour viol d'une touriste suédoise, classée par la justice grecque, est en passe de dégénérer en crise diplomatique avec le rappel d'un diplomate grec en poste à Stockholm pour avoir accusé les Suédoises d'être coutumières de fausses accusations de viol.

L'affaire est sérieuse. Une plainte pour viol d'une touriste suédoise, classée par la justice grecque, est en passe de dégénérer en crise diplomatique avec le rappel d'un diplomate grec en poste à Stockholm pour avoir accusé les Suédoises d'être coutumières de fausses accusations de viol.

La chaîne de télévision privée suédoise TV4 a publié vendredi dernier un courriel de Vassilios Bakalis, chef de la mission économique et commerciale de l'ambassade de Grèce à Stockholm, accusant les Suédoises de prétendre fréquemment avoir été violées par des étrangers pour en tirer profit. Les Suédois "devraient avoir honte de la conduite des femmes suédoises lorsqu'elles sont en vacances à l'étranger, et avec les résidents étrangers dans leur propre pays", a répliqué le diplomate à un message d'un Suédois contestant la décision de la justice grecque de classer la plainte pour viol d'une Suédoise disant avoir été violée lors de ses vacances sur l'île de Samos en 2008. "Beaucoup de chauffeurs de taxi à Stockholm m'ont averti de ne pas emmener chez moi des Suédoises en état d'ivresse car elles pourraient porter plainte pour viol pour avoir de l'argent lorsqu'elle se réveilleront et se rendront compte de qui vous êtes", a encore assuré le diplomate grec.

Fausses accusations de femmes scandinaves

Ces allégations ont mis de l'huile sur le feu alors que les avocats de la touriste suédoise ont publié dans la presse une lettre ouverte dénonçant l'attitude de la justice grecque. La plaignante avait été examinée peu de temps après le viol présumé dans un hôpital suédois et les médecins avaient déclaré avoir relevé des preuves de l'agression sexuelle. Mais la plainte a été classée et la touriste est à son tour poursuivie pour faux témoignage et diffamation. Les autorités grecques sont convaincues que c'est un usage répandu chez les femmes scandinaves de faire de fausses accusations de viol pour obtenir des dommages et intérêts, ont dénoncé les avocats de la plaignante. Le ministère grec de la justice, dans un communiqué publié samedi, a annoncé qu'une enquête allait être ouverte au plus haut niveau judiciaire sur les allégations des avocats.

Un demi-million de touristes suédois se rendent chaque année en Grèce, selon le ministère suédois des Affaires étrangères, et l'ambassade grecque à Stockholm a tenté de calmer le jeu, vu l'enjeu économique que la masse de touristes suédois représente. "Tout ce que M. Bakalis a dit ne représente en aucune façon l'opinion de l'ambassade et du gouvernement" grec, a déclaré à TV4 la porte-parole de l'ambassade, Mme Eleftheria Spilotakopoulou. "En Grèce nous aimons et respectons le peuple suédois", a-t-elle insisté.
Par TF1 News le 16 avril 2011 à 18:26
Source : http://lci.tf1.fr/monde/europe/2011-04/une-affaire-de-viol-degenere-en-crise-ouverte-entre-athenes-et-6397858.html

Sur ce sujet : La Grèce, une destination dangereuse pour les femmes britanniques : les viols de touristes

Viols de touristes à Chypre et en Grèce

samedi 4 juin 2011

Le règne d'Abdülhamit II (Abdul-Hamid II) : une "belle époque" pour les Grecs ottomans

François Georgeon, Abdülhamid II : le sultan calife (1876-1909), Paris, Fayard, 2003, p. 321-322 :

"A l'âge des nationalismes, et au moment même où Abdülhamid cherche à s'appuyer sur la communauté musulmane, l'Empire ottoman affirme, plus que jamais, sa vocation multinationale. Si l'on replace le phénomène dans la longue durée et à l'exception des Arméniens d'Anatolie orientale, la fin du XIXe siècle constitue une « belle époque » pour les communautés non-musulmanes. Leur apogée est d'abord démographique. Jamais les Arméniens et les Grecs n'ont été aussi nombreux. Les pertes territoriales de 1877-1878 ont accentué le caractère musulman de l'Etat ottoman, certes, mais dans le même temps, la proportion des Arméniens et des Grecs a, elle aussi, sensiblement augmenté. Dans les années 1880, ceux-ci représentent 21 % de la population. Et parce qu'ils ont été touchés plus tôt par la « révolution démographique », leur taux d'accroissement est supérieur à celui des musulmans.


Pour ces communautés, c'est aussi l'apogée sur le plan de l'organisation communautaire. En effet, le règne d'Abdülhamid marque le sommet de l'autonomie des millet : les communautés continuent à jouir de leurs privilèges d'autonomie dans le cadre de la réforme des institutions modernisées au début des années 1860, à l'époque des Tanzimat, au profit des élites laïques
; elles possèdent leurs propres institutions communautaires, leurs paroisses, leurs écoles, leurs tribunaux, leurs propres taxes. En contribuant à séculariser les millet, en réduisant le pouvoir du clergé et des religieux au sein des communautés au profit des laïques, les hommes d'Etat des Tanzimat espéraient affaiblir leur identité, et rendre possible, par le biais de ces nouvelles élites sécularisées, la création d'une « nation ottomane ». Ces calculs se sont révélés faux : si la religion a été le conservatoire de la nationalité, c'est le plus souvent au sein de ces nouvelles élites (enseignants, avocats, médecins, commerçants, journalistes) qu'ont été recrutés les pionniers du nationalisme. (...)

En même temps que les communautés profitent du système d'autonomie, elles bénéficient aussi de la protection assurée par les consuls et de la modernisation de l'Etat.
L'Etat leur assure, en principe, davantage d'égalité et de sécurité. La liberté religieuse (c'est-à-dire en fait le droit de changer de religion) a été proclamée ; les interdits vestimentaires ont été supprimés ; de même, les confiscations, normalement, n'existent plus ; et les formules injurieuses, adressées aux chrétiens et aux juifs, sont en principe interdites. Certes, la situation est loin d'être parfaite, la stigmatisation n'a pas disparu. Mais il reste que la « violence symbolique » dont étaient victimes les non-musulmans a quelque peu diminué. Les communautés ne sont pas « allogènes » dans l'Empire ; il n'y a pas de numerus clausus dans les écoles ni, en principe, de restriction aux déplacements de telle communauté, tel que le pratique au même moment l'Empire des tsars. Abdülhamid lui-même respecte le cadre communautaire, il ne part pas en guerre contre les millet, même si, dans certains domaines, il voudrait les contrôler davantage. C'est le cas pour les écoles ; c'est le cas aussi pour les prérogatives judiciaires des différents clergés, qu'il cherche à limiter mais sans succès."


François Georgeon, "Le dernier sursaut (1878-1908)", in Robert Mantran (dir.), Histoire de l'Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 552-553 :

"(...) l'expansion économique et culturelle de l'Europe dans l'empire s'accompagne de l'ascension des minorités non musulmanes, surtout des Grecs et des Arméniens. La fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle constituent pour cette bourgeoisie nouvelle un véritable âge d'or. Déjà, la proportion des non-musulmans est plus forte dans les villes. Ils représentent en effet le tiers de la population urbaine et seulement le cinquième de la population totale de l'empire. Mais c'est parmi eux que se recrutent les commerçants, hommes d'affaires, entrepreneurs. A Izmir, on voit se constituer cette classe sociale dans le dernier quart du XIXe siècle. Alors qu'auparavant Grecs et Arméniens se contentaient de servir d'intermédiaires et d'agents aux firmes commerciales anglaises, ils commencent à fonder leurs propres maisons de commerce et à se lancer dans l'import-export. Dès 1893, on dénombre 97 maisons de commerce appartenant à des Grecs et à des Arméniens d'Izmir, et 34 à Aydïn. Cette mainmise sur les activités commerciales et économiques ne concerne pas que les régions côtières : dans le même temps à Ankara, les Grecs ont accaparé le commerce de la laine angora, et les Arméniens contrôlent le commerce de transit. Représentant le tiers de la population de la ville, ils ont la haute main sur toutes les activités commerciales.


La position des Grecs et des Arméniens est désormais dominante dans le commerce extérieur, mais aussi dans les activités bancaires et industrielles. Le premier « recensement » industriel de l'Empire ottoman, réalisé en 1913-1915, confirmera cette tendance : 50 % du capital investi dans les établissements industriels recensés sont aux mains des Grecs, 20 % appartiennent à des Arméniens, 5 % à des juifs. Le reste se partage entre les étrangers (10 %) et les Turcs (15 %). Autrement dit, à la veille de la Première Guerre mondiale, les trois quarts du capital industriel sont contrôlés par les Ottomans non musulmans."

Comme les Iraniens, les Grecs ont une identité issue de l'expansion brutale des Indo-Européens

Jean-Paul Roux, Histoire de l'Iran et des Iraniens. Des origines à nos jours, Paris, Fayard, 2006, p. 28 :

"Ils [les Iraniens] appartiennent à la grande famille indo-européenne qui, en effectuant un vaste mouvement de migration en direction du sud et de l'ouest entre 2300 et 1900, a submergé le nord de l'Inde, le plateau iranien, l'Europe, dévastant tout sur son passage, anéantissant ou repoussant les indigènes dont certains avaient promu de brillantes civilisations, dont notamment celle de l'Indus. Ils en constituent un rameau particulier que l'on désigne sous le nom d'Indo-Iraniens ou Aryens, mais ils ne sont déjà plus de race pure : au cours de leurs migrations, ils se sont au moins mêlés à des Paléo-Asiates, comme en Inde ils se métisseront avec les Dravidiens, en Iran avec les diverses populations autochtones. Parlant tous à l'origine la même langue, ayant les mêmes croyances, la vieille religion indo-européenne aux dieux souverains, le même mode de vie, ils se sont peu à peu distingués les uns de autres, ont évolué, n'ont plus gardé de traits communs que ceux qu'on peut, dans toute famille, retrouver entre cousins issus de germains. Ils sont devenus des Indiens, des Iraniens, comme d'autres de leurs parents sont devenus des Latins, des Grecs, des Celtes, des Germains."

Voir également : Les brassages successifs dont est issu le peuple grec actuel

Les Grecs, des nouveaux venus dans l'Anatolie antique

Le processus de turquisation des populations anatoliennes

vendredi 3 juin 2011

Mauvaise nouvelle pour Athènes : la Bulgarie fait équipe avec la Turquie sur des projets militaires, d'après le Premier ministre Boïko Borisov

Bulgaria Teams up with Turkey for Military Projects
Bulgaria’s premier wants an antimissile shield over the whole territory of the country

Bulgaria may team up with Turkey, Romania and Croatia in buyng modern jet fighters. “If the relevant authorities reach consensus we may share the new fighters and have common training bases for pilots and technical personnel,” PM Boyko Borisov commented. Yesterday, the PM arrived in the Black Sea city of Varna together with NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen where they will attend the conference of the Alliance. Before the discussions started the two statesmen had a tete-a-tete for over one hour. During the meeting the NATO top official extended his thanks to Sofia for the Bulgarian participation in the NATO missions in Afghanistan and Libya. According to Rasmussen the NATO potential should be used more efficiently and interoperability of the member countries should be enhanced. He gave as an example of good cooperation the purchase of three C-17 by NATO countries that will be used jointly. He recommended that similar projects should be implemented in other spheres, too.     
PM Boyko Borissov pointed out that in spite of the crisis last year the government has allotted 300M leva more for the defense budget. In his words currently Bulgaria is working with Romania, Croatia and Turkey on joint projects.
Regarding the anti-missile shield PM Borissov stated categorically his support for dislocating elements of the system in Bulgaria. “Our only requirement is the system to protect the entire territory of Bulgaria. From that point on – in which countries what part and what elements to be dislocated depends entirely on NATO technical and strategic decisions,” PM Borissov underlined.  
PM Borissov appealed to NATO saying it should carefully consider Bulgaria's position regarding the situation in Libya. As of next week Sofia will take part in a contact group which takes political decisions connected with the military operation in Libya.
"My request is that the stand of Bulgaria's Foreign Minister be carefully listened to by the members of the contact group as Bulgaria has had the possibility to hold negotiations with Libya and know well part of the opposition in Libya which is presently in Benghazi," PM Borissov stated on the last day of the sitting of the NATO Parliamentary Assembly held in the Black Sea city of Varna, northeastern Bulgaria.
PM Borissov expressed his regret that the actions against Gaddafi had come late pointing that Libya held Bulgarian medics as hostages for many years before the eyes of the international community.

Panayot Angarev
Krastina Marinova
Source : http://paper.standartnews.com/en/article.php?d=2011-05-31&article=36412

mercredi 1 juin 2011

Explosion de la criminalité à Athènes : "ça commence à ressembler au Beyrouth des années 70", selon le maire de la ville Giorgos Kaminis

Crime casts long shadow over Athens
Greece's debt crisis, shrinking economy and surging unemployment have transformed Athens, once considered one of Europe's safest capitals, into a city of fear.


By Anthee Carassava, Los Angeles Times

May 31, 2011
Reporting from Athens—
Manolis Kandaris' wife was in labor and he wanted to get her to a hospital, fast. So he reached for the car keys, fetched the video camera and dashed out to get his clunky Citroen running.

He never made it.

As he sprinted to the car, muggers attacked him about a block from his apartment. And when he resisted their attempts to wrench the camera from him, the 44-year-old pharmaceuticals executive was stabbed to death.

His wife found him lying in a pool of blood as she hobbled to the car with the help of her mother. She was taken to a maternity ward; he was taken to the morgue.

Long prided as one of Europe's safest capitals, this ancient metropolis is cowering in the shadow of harrowing crimes and lawless rampages.


Within 24 hours of the Kandaris killing, a 21-year-old man from Bangladesh was stabbed to death in what police suspect was a revenge killing. The following day, mobs of ultranationalist youths bolted through the center of Athens, battering scores of illegal immigrants. Three days later, masked youths enraged by a police beating firebombed a precinct in downtown Athens, critically injuring two men and a 55-year-old female flower seller.

"It never used to be this way," said Ioannis Makris, president of the Athens police union. "We're seeing a lot of rage as a result of the financial crisis, a lot of desperate people resorting to fistfights, not to mention gunfire and stabbings, for trite causes."

Amid a devastating debt crisis, shrinking economy and surging unemployment, violent crime has soared here, and security experts warn that it may get even worse as Greece sinks deeper into recession.

Armed robberies were at historic lows in the capital in 2007, but the figure had more than doubled in 2009, the onset of the financial crisis, according to police data. Thefts and break-ins jumped from 26,872 recorded cases in 2007 to 47,607 two years later; homicides likewise nearly doubled in the period.

Final statistics for 2010 are not yet available, but news reports and anecdotal evidence suggest that violent crime is gaining dangerous momentum.


"Greek society as a whole is at a breaking point," criminologist Angelos Tsigris said. "Things are going from bad to worse, and crime, which mirrors the state of a society at a given time and moment, will naturally follow that course."

Athens, home to nearly half the country's population of 11 million, is reeling. Although still benefiting from European Union investment infrastructure and its Olympic glow — it hosted the 2004 Summer Games — the once-glamorous capital is fading into money-strapped dishevelment.

Rising tides of illegal immigration are adding to Athenians' sense of malaise. A fairly homogeneous society, Greece has seen its ethnic makeup change dramatically in the last decade. Immigrants, legal and not, now account for as much as 15% of the population, and most of the new arrivals have settled in Athens.

Residents fear the disorder and lawlessness gripping the capital will hamper desperately needed recovery or, worse, incite further violence, including police brutality and vigilantism.

"I'm losing my city," Athens Mayor Giorgos Kaminis said. "Something has to happen fast.

"It's starting to look like Beirut in the 1970s," he said, referring to a rash of killings in the Lebanese capital that preceded that country's civil war.


A recent wave of public-safety budget cuts hasn't helped.

"Only a third of the 500 motorcycles and police cars are in operation for patrols," said Makris, the police union president. "The rest are in the pits because there's no money to service them. From boots to bulletproof vests, police resources are ailing in Athens."

In an effort to restore confidence, the Greek government recently announced a series of crime-busting measures, including increased street patrols. City hall officials said they had the government's assurance that the new campaign would get top funding priority. The amount, though, remained unclear.

"It all sounds encouraging," Tsigris said. "But at this point, it's like putting a wet rag in the muffler of a rickety car. It'll blow out and rupture other parts of the car in the process."

He and other security experts have long supported a sweeping overhaul of the capital's 17,000-member police force, nearly half of whom are assigned to clerical duties such as ferrying court documents to judges.

Frustrated residents, meanwhile, are taking things into their own hands.

At an impromptu shrine that sprang up at the site of Kandaris' killing, emotions run high. Angry crowds have sealed off the area, shielding mounds of flowers, candles and prayer notes behind a makeshift wall of dumpsters donned with Greek flags.

"Enough!" cried Giorgos Lambrou, head of a newly formed neighborhood watch team. "We're reclaiming our city, and this is the first patch."

Authorities this month announced the arrest of two Afghans in the killing.

"It's a good start. But it'll take much more for us to let up our fight," said construction worker Dimitris Efstathiou, taking up position at the shrine.

"I've been shot at twice, burgled three times and lost my job — and hope — to the crisis," he said. "Would you let up that easy?"

Carassava is a special correspondent.

Copyright © 2011, Los Angeles Times
Source : http://www.latimes.com/news/nationworld/world/la-fg-greece-austerity-20110531,0,4755541.story