dimanche 4 septembre 2011

Grèce-Israël, une "amitié" fragile et boiteuse : seule l'extrême droite israélienne d'Avigdor Lieberman veut la rupture avec la Turquie (pas les travaillistes, ni le parti Kadima de Sharon)

"Tandis que la droite nationaliste du ministre des affaires étrangères, Avigdor Lieberman, rejetait les demandes turques sans appel, Kadima (le parti créé par Ariel Sharon) et les travaillistes exhortaient le gouvernement à tout faire pour trouver une solution négociée. Récemment, le président de la commission de défense et des affaires étrangères de la Knesset, Shaoul Moataz (Kadima), regrettant que Benyamin Netanyahou n’ait pas compris l’importance acquise par la Turquie, lui avait recommandé de «rencontrer Erdoğan en tête-à-tête en Europe», et s’était dit certain qu’un arrangement pourrait être trouvé. On sait que le premier ministre israélien aurait finalement accepté de présenter des regrets et de verser des fonds aux victimes à titre humanitaire"

Source : http://ovipot.hypotheses.org/6561