mercredi 21 septembre 2011

Contrairement à l'Irlande et au Portugal, la Grèce est incapable de se redresser économiquement

lundi 19 septembre 2011
La zone euro menace la Grèce de faillite


La Grèce a usé jusqu’à la corde la patience de ses partenaires de la zone euro qui constatent que les réformes annoncées pour redresser des finances publiques en perdition sont soit très partiellement appliquées, soit pas du tout, au point que le déficit public se creuse à nouveau. Le contraste avec l’Irlande, qui a déjà renoué avec la croissance, mais aussi le Portugal est frappant. Réunis à Wroclaw (Pologne), vendredi et samedi, les ministres des Finances de la zone euro ont donc menacé implicitement Athènes de la laisser faire défaut le mois prochain si aucun progrès n’était accompli.

 Les 8 milliards d’euros, représentant la sixième tranche de l’aide de 110 milliards décidée en mai 2010 (à distinguer du second plan de 160 milliards décidé le 21 juillet dernier), ne seront en effet pas versés en septembre : « nous prendrons notre décision sur la prochaine tranche d’aide en octobre en nous fondant sur les déclarations de la troïka » (Commission, banque centrale européenne et Fonds monétaire international), a menacé Jean-Claude Juncker, le président de l’Eurogroupe et premier ministre luxembourgeois. « La balle est dans le camp de la Grèce », a ajouté le commissaire aux affaires économiques et financières, Olli Rehn. Le chemin parcouru par les Européens est immense, eux qui ont toujours écarté une faillite de l’État hellène.

De fait, une partie de la droite européenne, qui est pouvoir dans 14 des 17 pays de la zone euro, considère désormais qu’il vaut mieux laisser purement et simplement tomber la Grèce plutôt que de déverser de l’argent dans un puits sans fond. Ainsi, le petit parti néolibéral slovaque, le SaS, membre de la coalition au pouvoir, a annoncé en fin de semaine dernière qu’il ne voterait pas le second plan d’aide à la Grèce, ce qui prive le gouvernement de majorité au Parlement : « On doit laisser la Grèce aller à la faillite. Certes, les banques subiront des pertes, mais je ne comprends pas pourquoi les contribuables devraient supporter ces pertes », a estimé son président, Richard Sulik. La Slovaquie, un pays plus pauvre que la Grèce, a déjà refusé de participer au premier plan de sauvetage.

En Allemagne, la CSU, la branche bavaroise de la CDU, le parti de la chancelière allemande Angela Merkel, tout comme les libéraux du FDP, membre de la coalition gouvernementale, sont sur la même longueur d’onde. Hier, le vice-chancelier autrichien et ministre des Affaires étrangères, le conservateur Michael Spindelegger, a, lui aussi, envisagé « une faillite de la Grèce » tout en précisant qu’il « fallait avoir à l’esprit ce qu’un tel scénario signifierait pour d’autres pays en difficulté ». Maria Fekter, la ministre conservatrice des finances autrichienne, a envisagé à Wroclaw une telle faillite si « un sauvetage » se révélait « trop onéreux ». Une position qui est aussi celle des Pays-Bas qui vont jusqu’à imaginer une exclusion d’Athènes de la zone euro… Des plaidoyers qui commencent à porter.

Ainsi, les opinions publiques sont lasses de payer pour un pays qui ne semble pas faire d’efforts, alors que la situation économique se détériore. Le revirement le plus spectaculaire a eu lieu en France si l’on en croit un sondage Ifop réalisé pour Dimanche Ouest-France et publié hier : alors qu’en décembre 2010, 69 % des Français étaient favorables à l’aide à la Grèce, ils seraient désormais 68 % à y être opposé, 87 % pensant même que l’aide ne sera jamais remboursée. 90 % des électeurs du Front National y sont hostiles, mais aussi 70 % des électeurs de droite et 58 % des électeurs de gauche. Il faut dire que le gouvernement n’a jamais clairement expliqué l’engagement de la France et ce qui était en jeu : ainsi, le débat à l’Assemblée nationale sur le second plan d’aide qui a eu lieu début septembre a été expédié en moins d’une heure…

Autant dire que la Grèce a désormais le couteau sous la gorge : « nous n’avons aucune marge de manœuvre budgétaire », a reconnu hier le porte-parole du gouvernement grec, Ilias Mossialos. Conscient de l’enjeu, Georges Papandréou, le premier ministre, a décidé d’annuler son déplacement à New York où a lieu, ce mardi, l’assemblée générale de l’ONU. Il présidait, hier, une réunion interministérielle destinée à faire le point sur les réformes. « Tous les Grecs doivent comprendre que si des mesures énergiques ne sont pas prises et appliquées maintenant, ce qui adviendra sera vraiment dramatique et échappera au contrôle de notre pays et peut-être même de la zone euro », a dramatisé à l’issu de l’Eurogroupe Evangélos Vénizélos, le ministre des Finances, qui, jusqu’à présent, était partisan de l’esquive : faire semblant de réformer en pariant que la zone euro paiera pour éviter une crise globale. Le porte-parole du gouvernement grec a, lui, appelé les Grecs à « un consensus national », comme en Irlande et au Portugal, et « à abandonner les confrontations ». C’est mal parti : le syndicat de l’électricité a annoncé qu’il refuserait de prélever la nouvelle taxe immobilière qui doit être prélevée via les factures d’électricité (l’Église orthodoxe y échappe), et la fonction publique devrait à nouveau être en grève le 6 octobre.

Une faillite de la Grèce ferait entrer la zone euro dans un territoire inconnu, d’où la colère de Jacques Delors, l’ancien président de la Commission et père de l’euro, au lendemain de la réunion de Wroclaw : alors que les ministres des Finances sont « dans un paquebot au milieu d’une tempête », ils « ont discuté avec des petits calculs (…) C’est une honte ». « Je porte le deuil aujourd’hui et je suis indigné » : les ministres « ont porté un coup terrible à tous ceux qui, depuis 1948, s’attachent à avoir une vision d’une Europe en paix et d’une Europe prospère », a-t-il ajouté.



N.B.: article paru ce matin dans Libération
Source : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2011/09/la-zone-euro-menace-la-gr%C3%A8ce-de-faillite.html