lundi 26 septembre 2011

L'économiste Jacques Sapir : "Un défaut de la Grèce est inévitable"

"Capital.fr : La Grèce devrait obtenir une nouvelle tranche d’aide. Est-elle tirée d’affaire ?
Jacques Sapir : Cette aide va lui permettre de tenir un mois, mais la Grèce ne pourra pas honorer ses prochaines échéances. En décembre, il lui faudra, par exemple, obtenir 13 milliards d’euros, puis 52 autres milliards en 2012 en additionnant les remboursements de la dette (32 milliards) et le déficit probable sur l’année 2012 (20 milliards). Un défaut de la Grèce est donc inévitable à brève échéance car même si l’Europe l’aidait à passer l’hiver, ses besoins sont colossaux : 340 milliards d’euros d’ici à 2018. En soit, ce montant n’est pas insurmontable pour la zone euro, sauf que d’ici là d’autres pays appelleront aussi à l’aide."

Source : http://www.capital.fr/a-la-une/interviews/un-defaut-de-la-grece-est-inevitable-628468