lundi 10 octobre 2011

Charles de Gaulle était partisan de la position turque sur Chypre : la partition (taksim)

Charles de Gaulle, discours à Ankara, 26 octobre 1968 :

"D'où, par exemple, dans la question de Chypre, qui vous touche d'une façon directe et immédiate, la position française suivant laquelle toute solution doit aboutir à ceci : que les Turcs y restent des Turcs et que les Grecs y soient des Grecs."

Gilles Bertrand, Le conflit helléno-turc : la confrontation de deux nationalismes à l'aube du XXIe siècle, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, p. 219 :

"Jean Catsiapis rappelle cependant que Charles de Gaulle s'est intéressé au conflit [chypriote] même si l'entretien avec Ismet Inönü (1964) conservé dans les archives du ministère des Affaires étrangères français que l'auteur publie montre surtout un de Gaulle enfermé dans la logique des Etats-nations et celle de la politique des « Puissances » et envisageant ainsi la partition de l'île pour le maintien de l'équilibre gréco-turc."

Voir également : La turcophilie de Charles de Gaulle

L'amitié franco-turque

Le nettoyage ethnique des Chypriotes turcs par les Chypriotes grecs (1960-1974)

Le sort des Turcs tombés à la merci des Grecs

Conflit chypriote : 500 Chypriotes turcs disparus en 1963-1974

Chypre, 1963 : le bain de sang de la "Semaine noire"

Chypre : pourquoi l'intervention turque ?