mardi 4 octobre 2011

Jean Quatremer : la Grèce, un pays "où la prévarication de l’Etat fait partie du mode normal de fonctionnement" et dont l'adhésion à l'UE fut une "erreur"

"Je crois que l’urgence est d’arrêter les élargissements vu la crise que l’Union traverse. La politique d’élargissement n’a pas été un succès contrairement à ce qu’on affirme à Bruxelles, en tous les cas pas pour tout le monde. Ainsi, la Grèce n’aurait jamais du adhérer à l’UE et encore moins à l’euro sauf à effectuer au préalable de profondes réformes structurelles. La Grèce est un pays orthodoxe où la séparation de la sphère privée et de la sphère publique n’a pas été faite et où la prévarication de l’Etat fait partie du mode normal de fonctionnement. C’est aussi vrai de la Bulgarie ou de la Roumanie où les problèmes sont absolument identiques. Il y a une ligne de rupture en Europe avec le monde orthodoxe que l’on peut surmonter, mais avec du temps. Alors imaginez la fracture existant avec un pays musulman! Nier ce fait culturel et politique, c’est s’exposer à de nouvelles graves désillusions. Il faut d’abord qu’un pays comme la Turquie se modernise et adopte nos standards de vie et on en reparlera. Dans les anciens pays, l’élargissement n’a pas non plus été compris et accepté. Les non aux référendums sur le traité constitutionnel en 2005 sont d’abord des non à l’élargissement. Ce qu’ont oublié les idéologues de l’élargissement à tout prix est que le ticket d’entrée a un prix de plus en plus élevée non seulement pour ceux qui entrent, mais aussi pour ceux qui y sont déjà. Pour la Commission, adhérer à l’UE du XXIe siècle, c’était comme adhérer à la CEE des années 50. Et bien non ! L’Europe s’est approfondie et désormais, il y a une solidarité financière qui n’existait pas avant. Je suis en faveur d’une pause durable dans l’élargissement afin que l’on digère ce qu’on a fait, qu’on répare nos erreurs, comme la Grèce. On ne peut pas recommencer à l’infini ce type d’erreur. D’autant que le résultat de la crise que nous traversons sera sans doute un rétrécissement de l’Europe. Bientôt on aura une petite Europe à 17 peut être à moins, très intégrée. En tous les cas, plus personne n’adhèrera à l’euro avant très longtemps."

Source : http://www.presseurop.eu/fr/content/blog/965481-jean-quatremer-le-resultat-de-la-crise-sera-un-retrecissement-de-l-europe