mercredi 7 décembre 2011

La Cour internationale de justice blâme la Grèce pour son opposition à la demande macédonienne d'adhésion à l'OTAN

Macédoine dans l'OTAN: la CIJ blâme la Grèce

MIKE CORDER, THE ASSOCIATED PRESS
Publié: 05 décembre 2011 17:09
Mis à jour: 05 décembre 2011 17:28

LA HAYE, Pays-Bas - La Cour internationale de justice (CIJ) a statué, lundi à La Haye, que la Grèce avait eu tort d'opposer son veto à la demande de la Macédoine de joindre l'OTAN en 2008 en raison d'un long litige lié à l'utilisation du nom «Macédoine» par ce pays.

Dans une décision 15 contre 1, le plus haut tribunal de l'ONU a conclu que la Grèce avait violé une entente datant de 1995, selon laquelle elle acceptait de ne pas bloquer les demandes d'adhésion de la Macédoine aux organisations internationales si celle-ci employait l'expression «Ancienne république yougoslave de la Macédoine» pendant que l'affaire faisait l'objet de discussions à l'ONU. Plus de 15 années plus tard, les pourparlers n'ont toujours pas mené à une entente.

Bien que la question du nom de la Macédoine soit perçue comme «superficielle» par les étrangers, elle continue de causer d'importantes inquiétudes d'un côté comme de l'autre. Le jeune pays avait commencé à utiliser le nom, sous une forme ou une autre, peu de temps après la Seconde Guerre mondiale, alors qu'il était une province de la Yougoslavie. Mais la Grèce considère que l'utilisation du nom est, au mieux, erronée sur le plan historique et, au pire, une menace pour l'intégrité de son territoire.

Mais la victoire de lundi est surtout symbolique, car la Cour n'a pas ordonné à la Grèce de modifier sa position à l'avenir.

La Cour internationale de justice est d'avis que la décision a de quoi satisfaire l'Ancienne république yougoslave de la Macédoine, a déclaré le juge en chef Hisashi Owada, en faisant la lecture de la décision écrite. Mais le verdict accorde un appui moral aux protestations de la Macédoine à l'effet que la Grèce avait injustement opposé son veto à ses tentatives de se joindre à l'OTAN et à l'Union européenne.

Les Macédoniens de la rue ont paru satisfaits de la décision.


«Enfin, un peu de justice pour la Macédoine!», a lancé Marina Stevcevska, une mère de famille, après avoir pris connaissance du verdict. «Après des années de déceptions pour ce pays, nous avons enfin appris une bonne nouvelle, et que quelqu'un dise à la Grèce qu'elle a tort et que ça suffit.»

Pendant ce temps, quelque 150 membres d'un groupe d'extrême-droite, agitant drapeaux et entonnant des slogans nationalistes, ont participé à une manifestation dans le centre d'Athènes pour protester contre la décision. Quelques dizaines de citoyens ont participé à un rassemblement semblable dans la ville de Thessaloniki, au nord du pays, criant «la Grèce appartient aux Grecs».

À l'extérieur de la salle d'audiences, à La Haye, l'ambassadeur grec aux Pays-Bas, Ioannis Economides, a pressé la Macédoine «de ne pas utiliser la décision rendue lundi pour saper les négociations».

À Bruxelles, le secrétaire général de l'OTAN, Fogh Rasmussen, a rappelé que la Macédoine ne sera pas admise au sein de l'alliance tant que subsistera la controverse entourant le nom.

Le président de la Macédoine, Gjorge Ivanov, a réagi en disant que la Grèce devrait «respecter le jugement de la Cour internationale de justice».
Source : http://www.journalmetro.com/monde/article/1042333--macedoine-dans-l-otan-la-cij-blame-la-grece