mardi 20 décembre 2011

La politique de brimades de l'administration grecque à l'encontre de la minorité turque de Thrace occidentale

Nicolas Pitsos, "Pour une société plurielle : les communautés qui ont fait la Grèce", in Joëlle Dalègre (dir.), La Grèce inconnue d'aujourd'hui : De l'autre côté du miroir, Paris, L'Harmattan, 2011, p. 49 :

"Dans les années 1990, lors de l'effondrement de l'Union Soviétique, les autorités grecques ont essayé de canaliser les populations pontiques des côtes russes de la Mer Noire, vers la Thrace pour modifier l'équilibre démographique religieux de la région, en y installant des chrétiens. La stagnation numérique du groupe musulman thrace, est due à l'émigration vers l'Europe occidentale (l'Allemagne) et la Turquie, et à la privation de nationalité grecque (sur décision administrative) que permettait l'article 19 de la loi sur la citoyenneté, aboli seulement en 1998. Ce dispositif arbitraire, frappa environ 60 000 musulmans entre 1955 et 1998."

Georges Prévélakis, Géopolitique de la Grèce, Bruxelles, Complexe, 2006, p. 43 :

"(...) l'administration grecque a longtemps suivi une politique peu intelligente envers cette minorité, en imposant toute une série de tracasseries administratives qui auraient pu provoquer la réaction de musulmans souvent traités comme des citoyens de seconde catégorie ; jusqu'à récemment, les musulmans grecs pouvaient difficilement obtenir un permis de conduire ou de construire et accéder à l'université."

Voir également : Le sort des Turcs tombés à la merci des Grecs

Le traitement historiographique de la question de la violence contre les minorités en Grèce

Quand est-ce que l'Etat grec va reconnaître l'identité ethnique des minorités habitant son territoire ?
 
L'oppression religieuse en Grèce

Oppression des minorités et irrédentisme : l'europhobie violente du nationalisme grec

Expulsion, hellénisation et oppression des Albanais par le stato-nationalisme grec