samedi 28 janvier 2012

Déprimés, les Grecs oublient leurs malheurs en regardant les séries télévisées turques

Gloomy Greeks forget woes with lavish Turk TV dramas

By Karolina Tagaris

ATHENS | Thu Jan 5, 2012 10:38am EST

(Reuters) - When an Athens taxi driver learned his passenger was the boss of an Istanbul-based company that brings Turkish TV dramas to Greece he reached for his phone, called his wife and put her through to the man sitting in the back seat.

"She had to know what happens next," Global Agency chief executive Izzet Pinto said with a laugh. "I was expecting success but not like this."

It all began when crisis-stricken Greek TV channels realized that buying the glitzy tales of forbidden love, adultery, clan loyalties and betrayal from long-standing regional rival Turkey, was cheaper than filming their own.

The action-packed dramas quickly came to dominate the ratings despite the fact that they are broadcast in Turkish with only subtitles in Greek and have gained a devoted following among a Greek populace disheartened by the country's biggest financial crisis in decades.


Local commentators even talk of a Turkish invasion, pointing to the history of enmity between the two countries who have been on brink of war on several occasions, most recently in 1996.


Relations have warmed and natural disasters in both countries have brought them closer. But Greeks know little about the daily lives of urban Turks and usually view Turkish society with a critical eye.

"What Turks didn't achieve with 400 years of military occupation they will achieve with TV occupation," one blogger wrote in reference to the rule of the former Turkish Ottoman Empire, which included modern-day Greece and collapsed at the start of the 20th century.

Panoramic views of Istanbul neighborhoods which were once home to large and vibrant Greek communities have also awakened a sense of nostalgia in Greeks for a place they refer to as "The City" or Constantinople.

"They remind me of a different era, of Greece in the 1960s when people dominated in life, not material things," said 65-year-old Eleni Katsika, a dentist. "I watch them so I don't get depressed."

So fascinated are Greeks with the shows, that groups have started organizing trips to the island of Buyukada off the coast of Istanbul just to gawk at the set of one of the hit dramas, "Kismet."


"JUST LIKE US"

Between stamping passports in a packed Athens police station, a young officer keeps an eye fixed on a tiny portable TV on the edge of her desk showing repeats of the latest prime-time hit, "Ask ve Ceza" (Love and Punishment).

TV ratings for the shows in the small country of 11 million reached 40 percent in the summer, knocked off the top spot only by the occasional Champions League soccer match. Major channels ANT1 and Mega competed by showing a drama each at 9 p.m. and re-runs in the late afternoon.

"I realized hatred is manufactured by the guys at the top," said Angeliki Papathanasiou, a 21-year-old law student. "You don't see the bad enemy, you see the real Turk who falls in love, who gets hurt, who is like us," she said of the shows.

As a result, dozens of Greek fan pages on Facebook are peppered with Turkish words like "harika" (wonderful) and "guzel" (beautiful). Some Greek magazines have started giving away CDs for intensive Turkish lessons.

Some Turks find the Greek success of the shows difficult to fathom despite the proximity of the two countries, which in some areas are separated by just a few miles.

"It comes as a shock to me," said Asli Tunc, a media professor at Istanbul's Bilgi University. "Greeks need a new kind of entertainment to forget about their problems and these serials seem to meet that demand for now."

They are also a trip down memory lane to days when the economy was better, traditions were cherished, shoe polishers worked every corner and the local grocery store was a point of reference.

"'Ezel' and the other series portray a lost dimension of Greek society that has been buried in recent years," novelist Nikos Heiladakis wrote in a local newspaper article about the success of one crime drama. "It awakens in today's Greek a lost identity," he wrote.

BREAKING DOWN WALLS?

In a way, the dramas are exporting Turkish culture, Global Agency's Pinto said, even to a doubtful market like Greece.

"Greeks feel closer to Turks than they did," he told Reuters. "Sometimes soft power is more important than political power."

Not everyone shares his sentiments, however.

Dozens of pages with names like "Death to Turkish series on Greek TV" or "Rehabilitation centre from Turkish series" have sprung up on Facebook by those who want one series off the air because parts of it were filmed in Turkish northern Cyprus.

"Have (the TV channels) forgotten what Greeks went through? Some things cannot be forgotten, they cannot be erased from Greek history," one post on the site read.

But for the moment their grip on the audience remains strong and Pinto, whose company distributes three of the dramas to Greek TV and more than 30 other countries, expects to export about five or six dramas to Greece a year.

Next year will see the TV release of the controversial hit-series "Muhtesem Yuzyil" (Magnificent Century), based on 16th century sultan Suleiman the Magnificent, which so far has only been released as a DVD. Magazines selling DVDs of the episodes sell out within hours.


"I've not missed a single copy," said Yiannis Panagoulis, a 40-year-old handyman. "At this rate I'm going to be speaking Turkish very soon. Who would've thought?"


(Editing by Paul Casciato)
Source : http://www.reuters.com/article/2012/01/05/us-greece-gloom-idUSTRE80418M20120105

Voir également : Les feuilletons télévisés turcs à l'eau de rose connaissent un grand succès en Grèce

La Grèce est toujours une menace pour la zone euro

25 janvier 2012
La Grèce menace toujours la zone euro

La zone euro n’a pas fini de regretter d’avoir accepté en son sein la Grèce, en 2002. À l’origine de la crise de la dette souveraine, elle n’est pas sortie d’affaires malgré les multiples plans de sauvetage et menace toujours d’entrainer par le fond ses partenaires. Or, depuis deux mois, les marchés semblent se calmer, même s’il encore trop tôt pour affirmer que la crise est terminée. Il faut dire que la zone euro a entamé une véritable révolution : tous les pays ont entrepris de mettre de l’ordre dans leurs comptes publics et, à la suite de la réunion des ministres des Finances qui s’est achevée hier, ils vont se doter d’un pare-feu financier durable (le Mécanisme européen de stabilité) et d’un traité durcissant la discipline budgétaire et économique. La Banque centrale européenne (BCE), de son côté, inonde les banques commerciales de liquidités, ce qui a calmé les inquiétudes sur leur santé. Résultat : les taux d’intérêt auxquels les pays les plus fragiles empruntent se détendent, au point que la France, en dépit de sa dégradation par l’agence de notation américaine Standard and Poor’s, ne s’est jamais financé à de meilleures conditions depuis le lancement de l’euro. Mais tant que le foyer d’incendie grec n’aura pas été définitivement éteint, la crise peut repartir à chaque instant. Autant dire que la grogne monte contre Athènes, au point que la perspective d’un défaut pur et simple commence à être envisagée sérieusement.



• La Grèce en faillite ?

Bien que le gouvernement grec ait multiplié les plans de rigueur et les réformes structurelles, cela a été en pure perte jusqu’à présent : une nouvelle fois, « le programme (budgétaire) grec a dérapé » par rapport aux prévisions a constaté lundi soir, Jean-Claude Juncker, le président de l’Eurogroupe, l’enceinte réunissant les dix-sept ministres des Finances de la zone euro. La Grèce, qui entre dans sa quatrième année de récession (un recul de 15 % du PIB sur la période), ne parvient ni à lutter contre la fraude fiscale faute de disposer d’un État digne de ce nom, ni à appliquer les réformes votées faute d’un soutien de la classe politique et de la société. « Il est clair que la mise en œuvre des réformes en Grèce a échoué », a reconnu le ministre suédois des Finances, Anders Borg : « en matière de réformes structurelles, de réformes budgétaires, ils n’ont pas été à la hauteur ». Si le gouvernement grec ne réagit pas, « nous ne pourrons pas continuer à lui prêter », a menacé son collègue néerlandais, Jan Kees de Jager.

Incapable de se réformer, à la différence de ce qui se passe en Irlande et au Portugal, deux pays sous assistance financière européenne, en Espagne ou en Italie, la Grèce ne parvient pas non plus à se mettre d’accord avec des créanciers privés pour restructurer sa dette. Il faut en effet l’alléger de 100 milliards d’euros (sur environ 350 milliards), afin de la contenir à 120 % du PIB en 2020 au lieu de 173 %... Or, il s’agit d’une condition posée par la zone euro au versement d’une nouvelle aide de 130 milliards d’euros qui s’ajoutera aux 110 milliards d’aides bilatérales déjà consentis par les Dix-sept. Sans cette nouvelle manne, la Grèce sera en défaut de paiement en mars prochain. Le secteur privé n’est pas prêt à accepter une perte de plus de 50 % sur les obligations qu’il détient : il exige donc, sur les nouveaux titres à 30 ans qu’il obtiendra en échange, un taux d’intérêt moyen de 4%. Pour la zone euro, c’est beaucoup trop, le maximum admissible étant de 3,5 %, ce qui ferait monter l’addition pour les établissements financiers à plus de 70 % de perte.

Mais, même en cas d’accord, la dette grecque ne sera réduite que de 100 milliards d’euros, ce qui apparaît désormais comme insuffisant vu l’incapacité du pays à se réformer. Il faudra sans doute que la BCE, qui détient environ 50 milliards de dettes grecques, accepte aussi une perte d’au moins 50 % et, sans doute à terme, les pays européens devront faire cadeau à la Grèce d’une bonne partie des 240 milliards d’euros qu’ils se sont engagés à lui prêter…

• Le traité d’union budgétaire en bonne voie.

Lundi, les chefs d’État et de gouvernement devraient approuver un nouveau traité « sur la stabilité, la coordination et la gouvernance de l’union économique et monétaire » (voir Libération de lundi). Le principal point de désaccord porte sur la gouvernance de la zone euro. Pour la France, le Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement qui se réunira au minimum deux fois par an doit être réservé aux pays partageant la même monnaie. Pour la Pologne, soutenus par les autres pays non membres de l’euro, tous les signataires du traité devraient être présents (soit les Vingt-sept moins la Grande-Bretagne) puisqu’ils ont vocation à adopter la monnaie unique. Il reste d’autres points de friction. Ainsi, la BCE et les Pays-Bas voudraient que l’endettement excessif soit sanctionné aussi sévèrement que le déficit public, ce qui fait renâcler la plupart des gouvernements qui estiment hériter d’un stock dont ils ne sont pas comptables. De même, la possibilité donnée à la Cour de justice européenne de condamner à une amende les pays qui n’ont pas transposé dans leur droit interne la « règle d’or » pose des problèmes juridiques à la Tchéquie ou au Portugal. Autant de points que les « chefs » devront trancher pour que le traité soit signé le 1er mars comme prévu.

• Le pare-feu financier européen sera-t-il suffisant ?

Les ministres des Finances ont approuvé, lundi soir, le texte du traité créant le Mécanisme européen de stabilité (MES) qui sera signé en février et entrera en vigueur le 1er juillet 2012. Doté d’une capacité de prêt de 500 milliards d’euros, il prendra la succession du Fonds européen de stabilité financière (FESF) qui continuera à fonctionner jusqu’en juillet 2013. Réservé aux seuls pays signataires du traité créant une union budgétaire, il disposera de 80 milliards de fonds propres, contrairement au FESF qui doit se contenter des garanties conjointes des États membres, ce qui lui donnera plus de résistance en cas de dégradation de la note d’un ou de plusieurs pays de la zone euro. Surtout, il pourra décider d’intervenir à la majorité de 85 % des droits de vote et non plus à l’unanimité. Le Fonds monétaire international (FMI), mais aussi la France et la plupart des États membres, estime qu’il est nécessaire d’augmenter la capacité de prêts du MES. Une idée, à laquelle pourrait se rallier Berlin, serait d’ajouter les ressources encore disponibles du FESF (250 milliards d’euros), ce qui porterait sa force de frappe à 750 milliards.



Photos: Reuters

N.B.: version longue de mon papier paru ce matin dans Libération
Source : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2012/01/la-gr%C3%A8ce-menace-toujours-la-zone-euro.html

Voir également : Contrairement à l'Irlande et au Portugal, la Grèce est incapable de se redresser économiquement

Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble "en a assez" des promesses non-tenues des Grecs

Grèce: Schäuble "en a assez"
AFP Publié le 26/01/2012 à 20:25

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a semblé perdre patience envers le gouvernement grec, estimant que celui-ci "doit maintenant agir" s'il veut que l'Europe continue à l'aider à surmonter la crise, dans un entretien au Stuttgarter Zeitung de vendredi. "On en a assez des annonces, le gouvernement à Athènes doit maintenant agir", a-t-il déclaré au quotidien régional.

Si la Grèce veut une nouvelle aide européenne, "elle doit d'abord remplir les conditions (...). Nous insistons pour que la Grèce remplisse les conditions du premier plan d'aide" avant d'envisager toute autre mesure en sa faveur, a-t-il ajouté. Lundi, la zone euro avait haussé le ton à l'égard de la Grèce en conditionnant tout nouveau prêt à des efforts supplémentaires, tout en réclamant de ses créanciers privés un geste plus important pour réduire la dette du pays et éviter la faillite.

Par ailleurs, M. Schäuble a une nouvelle fois balayé de la main toute idée de projet d'élargissement du fonds de secours européen FESF. "Pour le moment, tout laisse à penser que les protections vont suffire", a-t-il estimé.
Source : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/01/26/97002-20120126FILWWW00710-grece-schuble-en-a-assez.php

Pour le conservateur allemand Volker Kauder, la Grèce doit abandonner l'euro de son plein gré

Un proche d'Angela Merkel suggère à la Grèce d'abandonner l'euro de son plein gré

MONDE | Mis à jour le jeudi 26 janvier 2012 à 15h12

Un cacique du Parti conservateur de la chancelière allemande Angela Merkel a suggéré à la Grèce de sortir de son plein gré de la zone euro, dans un entretien publié jeudi par Der Spiegel Online.


"Je pense que chasser la Grèce de la zone euro serait extrêmement problématique", a déclaré Volker Kauder, chef du groupe parlementaire des Unions chrétiennes (CDU/CSU) au Bundestag. "Mais si la Grèce décidait elle-même de sortir de la zone euro, cela serait complètement autre chose".

"La pression sur la Grèce doit augmenter", a jugé l'homme politique, qui s'est déjà illustré plusieurs fois par ses bourdes, par exemple quand il avait affirmé fin 2011: "Maintenant l'Europe parle allemand".

"On doit faire comprendre (aux Grecs) qu'il ne peut y avoir de l'argent que si le pays est dirigé de manière rigoureuse", a-t-il poursuivi, "au besoin par un commissaire mis en place par l'UE ou les pays de la zone euro".

Athènes négocie avec ses créanciers privés un effacement d'une partie de sa dette, des tractations qui s'éternisent. De leur issue dépendent les contours d'un nouveau programme d'aide au pays, accordé par ses partenaires européens et le Fonds monétaire international (FMI).

L'Allemagne, premier contributeur aux aides européennes, a connu une vague de propagande dirigée contre la Grèce au moment du premier plan d'aide, en 2010. Ces aides "étaient justes, il n'y a pas de regrets à avoir", a dit Volker Kauder. Mais "malgré tous les plans d'aide le pays n'a connu que très peu d'améliorations", a-t-il déploré.

Belga
 Source : http://www.rtbf.be/info/monde/detail_un-proche-d-angela-merkel-suggere-a-la-grece-d-abandonner-l-euro-de-son-plein-gre?id=7461203

Les Grecs se plaignent auprès Ban Ki Moon de t-shirts moqueurs à leur endroit...

Greece pleads to Ban Ki Moon to do something about Mocking...    
Friday, 20 January 2012

You know you have some serious issues when you request a meeting with UN head Ban Ki Moon and plead with him to do something about the mocking at the expense of Athens.


The only problem is, Greece is being mocked by virtually every country, every newspaper and dozens of TV shows throughout the world. This means Ban Ki Moon will be very busy for the next few years.

Greece sent their UN representative to complain to Moon that 1,400 year old world famous carnival in Macedonia (Vevcani), has mocked their country by setting up a mock funeral. The NY Times, the Financial Times, the Economist, the Guardian, Deutche Welle and dozens more have all had mock funerals for Greece.

But Greece was obviously more 'disturbed' with the mock funeral during the Vevcani Carnival in which a coffin wrapped with the Greek flag was paraded with death info stating "Greece: born with London Protocol 1830, Died in Hague 2011".

After finding out the Greeks have complained, Vevcani officials did what they have been good at for the past 1,400 years.... continued to mock Greek politicians by sending them an official letter among other things stating:

"The Republic of Vevcani held a session in which your country's complaints were discussed. We urge Nimitz to come to the region and start negotiations at once in order for you to tackle your latest crisis."

Next stop for Greek politicians is "The Simpsons".
Source : http://macedoniaonline.eu/content/view/20149/46/

mardi 24 janvier 2012

Mauvaise nouvelle pour Athènes : hausse de 40 % des exportations israéliennes vers la Turquie

Hausse des exportations israéliennes malgré les tensions

Par christian makarian, publié le 23/01/2012 à 09:54

Israël a enregistré une forte augmentation de ses exportations vers l'Egypte et la Turquie en 2011, malgré des relations déclicates avec ces deux pays.


Alors que les relations entre Israël et l'Egypte traversent une phase très délicate, les exportations israéliennes vers ce pays ont atteint 200 millions de dollars (157 millions d'euros) en 2011, ce qui correspond à une augmentation de 40 %, chiffre d'autant plus remarquable que l'Egypte a subi une récession durant la même période. Quant aux exportations d'Israël vers la Turquie, autre pays avec lequel les liens sont de plus en plus problématiques, elles se sont élevées à environ 1,9 milliard de dollars (1,5 milliard d'euros), soit une augmentation de 40 % par rapport à 2010. Cette hausse a suivi la précédente, en 2010, qui était estimée à 30 % par rapport à 2009. Rappel: le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, avait pourtant annoncé qu'il ne souhaitait plus que son pays voie ses échanges avec Israël augmenter. 
Source : http://www.lexpress.fr/actualite/economie/hausse-des-exportations-israeliennes-malgre-les-tensions_1074119.html

Mauvaise nouvelle pour Athènes : Erdogan fait partie des "amis dignes de confiance" d'Obama

Obama names Turkish PM Erdoğan among trusted friends

ISTANBUL- Hürriyet Daily News

U.S. President Barack Obama named Turkey's Recep Tayyip Erdoğan among the five leaders that he has established relations based on confidence, in an interview with Time.


In an interview with Fareed Zakaria, the Editor-at-Large of Time magazine, Obama named Turkish PM Erdoğan, German Chancellor Angela Merkel, Indian Prime Minister Manmohan Singh, South Korean President Lee Myung-bak, and British Prime Minister David Cameron among leaders that he was able to forge "bonds of trust."

Responding to a question on whether his style of diplomacy was “very cool and aloof,” and that he does not “pal around” with his counterparts, Obama said that the “friendships and the bonds of trust” that he has been able to forge with a whole range of leaders is “precisely, or is a big part of, what has allowed us to execute effective diplomacy.”

“I think that if you ask them, Angela Merkel or Prime Minister Singh or President Lee or Prime Minister Erdogan or David Cameron would say, we have a lot of trust and confidence in the President,” Time quoted the U.S. President as saying. “That’s part of the reason we’ve been able to forge these close working relationships and gotten a whole bunch of stuff done.”
Obama noted that the U.S. alliances with NATO, Japan, South Korea, our its close military cooperation with countries like Israel have “never been stronger.”

“In the United Nations, not only do we have a voice, but we have been able to shape an agenda,” Obama said. “And in the fastest-growing regions of the world, in emerging markets, in the Asia-Pacific region ... countries are once again looking to the United States for leadership.”

January/20/2012
Source : http://www.hurriyetdailynews.com/obama-names-turkish-pm-erdogan-among-trusted-friends.aspx?pageID=238&nID=11897&NewsCatID=359

mardi 17 janvier 2012

Multiplication des abandons d'enfants en Grèce

GRÈCE
Les orphelins de la crise


Selon les services sociaux, les cas d'abandon d'enfants, que les familles ne peuvent plus nourrir, se sont multipliés ces derniers mois. Reportage.


12.01.2012 | Marilis Margomenou | I Kathimerini

Un soir, Anna était encore à l'école. Et sa maman ne venait toujours pas venir la chercher. Les instituteurs ne savaient pas quoi faire. Puis la petite a sorti de sa poche un papier. C'était une note qu'elle ne pouvait déchiffrer à son âge. "Anna, je ne viendrai pas te chercher ce soir. Je n'ai pas d'argent, je ne peux plus m'occuper de toi. Pardon. Ta maman". La personne qui raconte cette histoire m'en parle comme d'un cas quotidien. "Dans cette situation, que pensez-vous que l'école puisse faire ? Ils ont appelé le juge pour enfants et ce dernier nous l'a envoyé", témoigne Stratos, responsable d'un centre d'accueil pour enfants en détresse.

Tout cela n'a rien d'un livre de Dickens. Cela se passe aujourd'hui, dans une banlieue d'Athènes. La maman d'Anna n'est pas folle. C'est une jeune femme qui a perdu son travail et a paniqué. Il y en aurait des centaines comme elle aujourd'hui en Grèce. Des parents, tombés dans une impasse économique et qui ne peuvent plus s'occuper de leurs enfants.

"Il y a encore deux ans, 95 % des admissions dans nos centres d'accueil concernaient des cas de mineurs maltraités", explique Marine, qui travaille depuis dix-neuf ans dans un de ces centres. "Alors qu'aujourd'hui, la moitié des demandes vient de parents très pauvres. Huit fois sur dix, ce sont des familles monoparentales qui n'ont pas de parents autour d'eux", poursuit-elle. "Le plus souvent, les enfants viennent avec leur mère. Elle leur montre la chambre, le lit et me présente. Puis elle s'en va en disant 'je t'aime' et l'enfant reste collé à la porte en voyant sa mère s'éloigner", raconte encore Marina, qui succombe à l'émotion en racontant ces scènes de séparation. "Ces enfants ne crient pas, ne pleurent pas. Ils restent plantés devant la porte jusqu'à ce que l'ombre de leur maman disparaisse. Quand il y a des frères et sœurs, on ne peut pas les séparer immédiatement. Surtout le premier soir. On les met dans des lits séparés puis ont les retrouve dans le même quelques instants plus tard, enlacés, pour être certains de ne pas se perdre...".

En principe, ces foyers ne sont pas destinés à ce genre de situations. Pour les familles pauvres, il y a les services sociaux. Mais la pauvreté n'arrive jamais seule. "L'autre jour, on a eu le cas de cette petite fille", raconte une assistante sociale. "Elle avait trois ans et elle ne connaissait pas plus de quinze mots. Les médecins l'ont auscultée, elle se portait bien. Son père travaille du matin au soir sur des chantiers, sa maman est handicapée et ils ne pouvaient plus s'occuper de leur enfant. Quand personne ne te parle, comment peut-on apprendre la langue ?". La pauvreté conduit à la destruction du foyer et parfois aux mauvais traitements, témoignent encore les responsables des services sociaux. Ainsi, beaucoup de parents, avant d'arriver à l'extrême déchéance, préfèrent leur confier leurs enfants.

"Un jour, j'ai trouvé une femme à l'entrée du foyer, tenant sa fille par la main", reprend Marina. "Elle lui disait : 'Ne crois pas que maman ne t'aime pas. Elle t'adore, mais elle n'a pas de quoi te nourrir. Ici, les gens sont gentils, tu verras'. Que voulait faire cette mère ? Laisser son enfant chez nous et repartir ? Quelque soit le nombre d'années passées dans ce métier, il y a des choses qu'on n'accepte pas. Comme l'image de cette femme qui tient son enfant par la main et lui explique qu'elle va l'abandonner", conclut Marina.
Source : http://www.courrierinternational.com/article/2012/01/12/les-orphelins-de-la-crise

La Grèce, un pays émergent, et non développé

‘La Grèce devrait être classée comme un pays émergent’

 Lors d’une conférence tenue en Grèce à la mi-décembre, Poul Thomsen, l’envoyé du FMI en Grèce, a constaté amèrement que le pays hellénique avait échoué à remplir ses objectifs. Alors qu’on s’attendait à un recul de l’économie grecque de 3% en 2011, elle pourrait avoir reculé en fait de 6%. Et il ne semble pas que la situation pourra s’améliorer en 2012, mais plus probablement que la récession va se poursuivre pour la 5ème année consécutive. Il devient de plus en plus évident que la dette grecque ne pourra se réduire que par un défaut, probablement imposé à tous les groupes d’investisseurs, y compris la Banque Centrale Européenne.

Selon un document interne de la troïka, le gouvernement grec est loin d’avoir rempli ses objectifs ; ainsi, il n’a pas réussi à collecter plus d’impôts comme il s’y était engagé, et il est en retard sur son programme de privatisations.

Le FMI et l’UE ont déterminé que pour qu’elle devienne acceptable, la dette de la Grèce ne devrait plus représenter que 120% de son PIB, et il était prévu que cela devait arriver pour 2020. Mais le FMI admet désormais que cela semble irréaliste, et que même qu’une dette de 120% du PIB pourrait être excessive. Dans un rapport datant d’août 2011, les économistes du FMI ont conclu que les économies des pays émergents ne pouvaient pas fonctionner correctement sur le long terme au-delà d’une dette comprise entre 63 et 78% du PIB. « Maintenant qu’ils sont quotidiennement confrontés à la réalité, les officiels du FMI réalisent que la Grèce, en termes structurels, pourrait vraiment être classée comme une économie émergente », affirme un officiel haut place de la Bundesbank.

 « Lorsque le dernier programme de restructuration a été approuvé, il était déjà évident que les hypothèses étaient irréalistes », a déclaré Clemens Fuest, un conseiller du ministère allemand des Finances. Henning Klodt, un économiste du Kiel Institute for the World Economy, a montré à quel point les hypothèses de travail de la troïka étaient utopiques. Il a calculé le montant que les revenus doivent atteindre pour dépasser les dépenses de l’Etat grec et permettre de commencer à rembourser les dettes, et a trouvé qu’il aurait fallu qu’ils permettent de dégager un excédent de 10%, un niveau qu’aucun pays industrialisé n’a réussi à atteindre sur la dernière décennie.

 Pourtant, il semble que la troïka et le gouvernement grec souhaitent conserver la même stratégie. Le Premier ministre, Lucas Papademos, souhaite achever les négociations avec les investisseurs privés à la mi-janvier. S’il échoue, la Grèce pourrait faire faillite en mars, lorsque 17,5 milliards d’euros d’obligations souveraines tomberont à échéance.

La Grèce envisage de lancer une nouvelle émission d’obligations garanties par de l’immobilier

  Sky News Australie rapporte que la Grèce envisage de vendre des obligations garanties par des biens immobiliers faisant partie du patrimoine de l’Etat pour racheter de la dette souveraine et éviter de devoir privatiser ces biens à des prix bradés, compte tenu les conditions défavorables du marché. Ainsi, des ports, des aéroports régionaux, des autoroutes, des infrastructures, un casino, des trains, des compagnies minières et une partie du monopole d’Etat dans les jeux de paris, entre autres, pourraient fournir ces cautions.

 L’hebdomadaire To Vima a indiqué que c’est l’agence créée l’année dernière pour gérer les actifs propriété de l’Etat qui a formé ce projet, qui permettrait, pour chaque milliard d’euros d’obligations souscrites, de racheter 2,5 milliards d’euros de dette souveraine à son cours actuel. L’Etat espère ainsi collecter 5,5 milliards d’euros d’ici la fin de l’année, et 50 milliards d’euros d’ici 2015.  Les obligations représentatives de la dette grecque, dont le total se monte à plus de 350 milliards d’euros, ne s’échangent plus sur le marché qu’à 35% de leur valeur faciale.

En décembre, la Grèce a revendu 4 Airbus A340 pour 40,4 millions de dollars, un montant qui correspondait à leur valeur de casse, selon les syndicats de l’aviation.

 source Der Spiegel/Sky News/Express.be janv12
Source : http://leblogalupus.com/2012/01/09/la-grece-devrait-etre-classee-comme-un-pays-emergent/

Grèce : des milliers de faux malades bénéficient de prestations sociales

Grèce : des milliers de "faux malades"
AFP Mis à jour le 07/01/2012 à 13:51 | publié le 07/01/2012 à 13:38

Des milliers de personnes bénéficiant de prestations sociales accordées pour handicaps ou maladies durables vont être inspectées en Grèce, après la découverte de fraudes massives, a rapporté aujourd'hui un quotidien grec. Au terme de mois de recherches, le ministère de la Santé a constaté d'étonnantes concentrations de maladies spécifiques dans certaines régions du pays, selon le journal Kathimerini.

Ainsi, la région de Viotia, en Grèce centrale, a-t-elle un taux étonnamment élevé d'asthmatiques et l'île de Kalymnos est-elle affligée de fréquents cas de maladies mentales. Le ministre adjoint de la Santé, Markos Bolaris, avait ordonné l'ouverture d'une enquête en août après la découverte que 600 habitants de l'île touristique de Zante -- soit environ 1,5% de la population -- bénéficiaient du soutien accordé aux aveugles et malvoyants.

Objectif de 250 millions d'euros d'économies

M. Bolaris a observé ensuite que plus de 1000 résidents de la deuxième ville du pays, Salonique, étaient enregistrés comme lourdement handicapés, un nombre "qui aurait été approprié si la Grèce avait participé à la guerre du Vietnam"'. Quelque 210.000 personnes bénéficient de prestations particulières à un titre ou à un autre, un niveau élevé "provoquant", qui implique que certains soient enregistrés plusieurs fois, a déclaré M. Bolaris au journal.

A la suite d'un nouveau recensement entre février et mars, les autorités espèrent en tirer au moins 250 millions d'euros d'économies sur un budget annuel total de 6,2 milliards d'euros de prestations sociales, a souligné Kathimerini.
Source : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/01/07/97002-20120107FILWWW00281-grece-des-milliers-de-faux-malades.php

samedi 14 janvier 2012

Un grand héros turc s'est éteint : Rauf Denktaş

Rauf Denktaş, entretien avec John Laughland pour Outre-Terre, n° 7, 2/2004 :

"Les Chypriotes turcs font depuis quarante ans l’objet de sanctions et d’embargos. On les a privés de leurs droits. Le monde a reconnu le gouvernement des Chypriotes grecs comme gouvernement légitime de l’île et ignore par là le droit et les réalités chypriotes depuis 1963."

"La tentative de transformer par la force la République instaurée en 1960 et reposant sur un partenariat entre Turcs et Grecs en une République chypriote grecque s’est soldée en 1974 par la séparation en deux communautés politiques égales. Une séparation territoriale acceptée par les deux parties en 1975, en 1977 et en 1979. Depuis lors, toutes les tentatives de résolution du problème ont échoué parce qu’elles assignaient aux seuls Grecs un monopole de légitimité comme unique gouvernement de l’île et détruisaient la base garantissant aux deux parties l’égalité des droits. Le problème, donc, vient des Chypriotes grecs qui s’arrogent le titre de « gouvernement de Chypre » et le droit d’exercer par là le pouvoir sur toute l’île. Nous insistons : il n’y aura pas de solution sans le principe d’un statut d’égalité à Chypre. Nous revendiquons les accords de garantie signés entre la Grèce, la Turquie, le Royaume-Uni et les Chypriotes au moment de l’indépendance en 1960. Nous nous opposons aux Chypriotes grecs qui cherchent à transformer l’île en République grecque chypriote de façon à ensuite pouvoir la rattacher à la Grèce continentale.

Le coeur du problème, c’est le fait qu’il y a à Chypre deux peuples. C’était le cœur du problème en 1954 quand la Grèce porta le dossier devant les Nations unies et ça l’était toujours lors de mes négociations avec [l’ancien président des Chypriotes grecs] Glafkos Cléridès en présence de Monsieur de Soto, conseiller spécial du Secrétaire général de l’ONU. Les Chypriotes grecs n’ont jamais renoncé à leur volonté de faire de cette île une terre grecque chypriote. Et nous continuons à redouter une expulsion rapide si nous n’y prêtons pas attention."

"Comme l’a déclaré monsieur Cléridès le 30 novembre 2003, les Chypriotes grecs n’ont aucune raison de rechercher la solution à un problème selon eux résolu dès lors qu’on leur a reconnu le droit de représenter l’île. Et toujours Cléridès : « par notre approche des négociations il nous fallait faire apparaître, sans rien accepter ni concéder, que l’échec était entièrement de la responsabilité des Chypriotes turcs. L’intransigeance des Turcs devait légitimer la position des Grecs ».

Un fait demeure : les violences interethniques de 1974 ont débouché sur une séparation territoriale entre les deux peuples et nous avons du même coup la paix sur cette île. Toute tentative d’en finir avec cette dispute par le rétablissement d’un partenariat a échoué parce que les Chypriotes grecs s’obstinent à se présenter comme le gouvernement de Chypre, alors que les Chypriotes turcs leurs refusent ce titre et s’en tiennent au partenariat bicommunautaire de 1960."

"Nous sommes prêts à un nouvel Etat et à un nouveau partenariat : deux entités politiques sur l’île et représentation commune de Chypre sur le plan international. Ce nouveau partenariat entrera en vigueur à condition d’être reconnu comme résultant d’un accord entre deux sujets politiques existants à droits préservés et maîtres de leur propre destin. Sans que l’un essaie d’imposer son pouvoir à l’autre, de le représenter ou de parler au nom de l’île toute entière. (...)

A Chypre, un plan nous est imposé par la communauté internationale sans que nous ayons eu la possibilité de négocier avec la partie chypriote grecque. Le conflit est parti du fait que les Chypriotes grecs pensaient incarner le gouvernement de l’île, un titre que la communauté internationale en général et l’Union européenne en particulier leur accordent bien volontiers. La tentative de résoudre un problème déjà résolu du point de vue chypriote grec a par conséquent échoué et toutes les tentatives à venir échoueront de la même manière.

Tout essai de solution fondé sur la fiction, le non-droit et l’inégalité, et pas sur la réalité de la séparation territoriale, du droit et de l’égalité, est voué à l’échec. Il est temps que la communauté internationale porte un regard nouveau sur la question chypriote."

Allah rahmet eylesin.

Voir également : Le nettoyage ethnique des Chypriotes turcs par les Chypriotes grecs (1960-1974)

Conflit chypriote : 500 Chypriotes turcs disparus en 1963-1974

Chypre, 1963 : le bain de sang de la "Semaine noire"

Charles de Gaulle était partisan de la position turque sur Chypre : la partition (taksim)

Chypre : pourquoi l'intervention turque ?

Comment rendre service aux Grecs et à l'humanité

Chypre : la question du patrimoine culturel de l'île

Chypre : la question du patrimoine culturel de l'île (2)

samedi 7 janvier 2012

Les 11 raisons de la faillite grecque : le déni, la gabegie, la corruption, la fatuité, l'improductivité, les émeutes, les entreprises sans valeur, les privilèges, l'évasion fiscale, la discorde politique, la mesquinerie

11 Reasons Why Greece Really Went Broke in 2011
By Andy Dabilis on December 30, 2011

ATHENS – Unless you were rich, a business executive, a celebrity, or among the few privileged elite who run the country and for whom every year is a banner year of profiteering, 2011 was the worst year for most Greeks since the American-backed junta of repressive Right-Wing Colonels fell in 1974. The economic crisis rolled on, along with more pay cuts, tax hikes, slashed pensions and scores of thousands of layoffs in a bloated public sector that conspired with politicians for years for a sweetheart deal of lifetime employment in no-heavy lifting, no-show jobs, nice pay checks and early retirement until the day of reckoning came.

The country finished a fourth consecutive year of recession that brought some sad numbers to the country that invented math but couldn’t count when it counted: 17.5 percent unemployment, 500,000 people with no income;  500,000 who gave up and ran screaming to other countries looking for a better life (many of the country’s young and best and brightest among them stifled by a system in which lackeys and troglodytes with political connections get the best jobs and then do nothing);  the fastest increase in the rates of suicide and homelessness in Europe; a $460 billion debt that shows no signs of abating; a 10 percent deficit that is three times higher than the ceiling set by the Eurozone, the 17 countries that use the euro as a currency; and an as-yet unmeasured and incalculable number of people who have lost hope.
This doesn’t happen by accident. There are reasons why the most glorious country of ancient times has become the pariah if the world in the 21st Century. So how did Greece get from Pericles to Papandreou some 2,500 years after Greeks created democracy, arts, literature, science, math, medicine, philosophy and a system called democracy it has abandoned in favor of being a plutocratic oligarchy? Greece is being kept alive on $152 billion in bailout loans it can’t repay and needs a second bailout of $175 billion it can’t repay, hoping to write off 50-65 percent of the debt, ensuring there will be far fewer foreign investors taking a chance on a country which can’t pay its bills. Here then are Greek Reporter’s top 11 reasons why the sky kept falling, and why this time next you can repeat them because the people running Greece, and those who go along with them, never learn.

11. DENIAL, DENIAL, DENIAL – The Irish may have the best drinking songs, and the saddest, but nobody beats Greeks when it comes to denying there’s trouble on the road ahead, a bad moon rising, or hell at the doorstep. After years of cheating on its economic numbers to get into the Eurozone and stay there, successive incompetent Greek governments of the alternating PASOK Anti-Socialists and New Democracy conservative Uber-Capitalists who created the crisis and decided to make workers, the poor and pensioners pay for it, denied there was any problem. That despite abundant concrete evidence that showed the country was going down faster than a German submarine bought by Greece with bribe money. It reminded of Bugs Bunny’s line about someone who didn’t get it: “Ultra-maroon, what an embezzle.” It was all made easier by the loans from the Troika of the European Union-International Monetary Fund-European Central Bank determined to keep throwing good money after bad and keep Greece afloat – not to save Greece, about which it doesn’t care, but to prevent the Greek Contagion from being down the rest of the Eurozone. The government missed every optimistic assessment it made and even the IMF admitted its own grim predictions were rosy because everyone hoped the problem would go away. It didn’t and it won’t because no one wants the truth.

10. LAWLESSNESS – We’re not talking bank robbery here, unless you count how Greek banks cripple customers with hidden clauses that make them pay for a loan they’ve already paid unless they ask for a letter of discharge, a favorite tactic of Eurobank, which deserves to go bust, but the little, petty everyday law breaking that leads from the proverbial broken window to murder. Greeks park on sidewalks, double park the wrong way, smoke where they want despite five smoking bans in 10 years, go through red lights at will, and simply ignore laws and are allowed to because, as they say when they shrug their shoulders and smile: “This is Greece.” Yes, it is, and that’s why this is Greece today: bereft, broke and still lawless because when there are laws and they aren’t enforced, that’s a textbook definition of lawlessness. Park on a sidewalk one day, get away with murder the next, it’s all the same here.

9. CORRUPTIONTransparency International annually ranks Greece among the most corrupt countries, not just in Europe, but in the world and there’s a good reason for it. Nearly everyone is on the take, from tax inspectors to politicians, doctors, lawyers, architects, engineers, clerk, driving inspectors and anyone who has something to gain by making someone else pay for it. When nearly everyone’s corrupt, who’s going to turn them in? Nothing rots a soul faster than corruption, the sense of entitlement that you’re allowed to take bribes and get away with it. Former Defense Minister Akis Tsochatzopoulos was indicted by Parliament on charges of taking money for a submarine deal with a German company and cited by a German court for the same. He’s still waiting to go to court, scheduled for the 12th of Never and in the meantime is among former Members of Parliament suing his country to get a bigger pension.

8. PERCEPTION: Not Inception, the surreal movie, but almost as insane. The world thinks of Greeks as lazy, corrupt, inefficient, ouzo-chugging, cigarette chain smoking (the world’s highest rate) sun-loving beach layabouts, not unlike in the the movie Shirley Valentine, and while it’s generally not true (Greeks have the longest working hours in Europe but many, of course, sit at their desks the whole time) Greeks perpetuate it with their laissez-faire attitude toward everything and now believe it of themselves, which makes it so much easier to do nothing, get away with it, and feel okay about it. So as you sow, so also shall you reap, etc.  Even worse, you couldn’t hear the word “default” without having “Greece” before it and that became the reality, even if we’re still waiting for it to inevitably happen.

7. UNCOMPETIVE/UNPRODUCTIVELess than half of Greeks work, nearly 50 percent of those under 25 are unemployed, 25 percent of the estimated Gross Domestic Product is in the undeclared underground black economy, and the government spends 42 percent of its limited funds on social benefits, the Socialist state created by former Prime Minister Andreas Papandreou 30 years ago that was dismantled by his son, former Prime Minister George Papandreou, who resigned on Nov. 11 after 18 months of social unrest and turned over the reins of a dead horse to a coalition government headed by former European Central Bank Vice President Lucas Papademos. Greeks are less productive than their peers, producing only $35 per hour worked compared to $55 in Central Europe. With a workforce of nearly 1 million in the public sector, including state-owned entities that were outside the books, there are too many alleged workers trying to prop up an economy in which even the country’s best products – olive oil, honey, saffron, lamb – aren’t marketed properly. Greek olive oil, the world’s best,  is sold to Italian companies, which re-brand it and things are so bad that Greece is importing olive oil – from Germany – which gets it from Greece and sells it back. Of 193 countries in the world, Greece ranks 101st in the Ease of Doing Business Index from the World Bank. Of course, it’s easier if you hand over a “fakelaki,” a little envelope stuffed with bribe money.

6.  RIOT CITY – Most of the images the world saw in 2011 were the riots in downtown Athens, particularly Syntagma Square, where protesters regularly massed to oppose austerity measures, and where for weeks thousands of so-called “Indignants” occupied the area across from the Parliament. When Papandreou called out the riot police, they swarmed into the crowd swinging batons, firing tear gas and chemical weapons and attacking anyone in their way, not just the cowardly anarchists who hide behind hoods and toss Molotov Cocktails, but legitimate protesters. This is the Greece people saw on their televisions and it created a huge public relations problem. Despite those horrific scenes, tourism went up inexplicably by 10 percent because not even the televised nightmare, nor shoddy service and cheap hotels could keep people away from a country whose beauty transcended the ugliness of its rulers.

5. DEAD ENTITIES – Remarkably, Greece does have some good companies – mining, pharmaceutical, health and beauty aids, construction supplies, agricultural products, and even state-run enterprises such as Hellenic Petroleum. But the government operates some dead entities, such as the multiple-bankrupt OSE railway system which is useless, runs near empty trains, pays workers five times the $18,000 annual salary of teachers and has almost no value on the open market. Still, the Troika believes Greece can raise as much as $70 billion by selling or leasing state-owned properties and privatizing state-owned entities, but so far has raised only $3 billion because buyers don’t think there’s any worth in them or are waiting for the prices to fall even further. Germany and China are already licking their chops at picking up some of those of value for rock-bottom prices, but in the meantime, most of the enterprises are big money-bleeders because they are packed with dead weight feather bedded political patronage jobs.

4. INJUSTICE – If people believe they are sacrificing for the common good, they are more likely to accept sacrifice, but all Greece does is sacrifice its best and most decent, creating outrage. Pensioners have to wait months for their first check and years for lump sums they earned – unless they work for companies such as Hellenic Petroleum, and then they get it fast and in full. Finance Minister Evangelos Venizelos imposed an avalanche of taxes on everyone except the rich and privileged, and will make the poor pay while the country’s vaunted shipping industry of Captains and Kings pay nothing  – zero, tipota – in taxes. No one goes to jail in Greece it seems except the poor and immigrants, further fostering the belief by most Greeks that the government protects its own while making workers, pensioners and the poor pick up the tab. That makes ethical people become unethical and undermines any sense of a nation’s people pulling together because they’re all pulling in different directions.

3. TAX EVADERS – And the biggest injustice, one infuriating enough to make the Dalai Lama want to punch someone, is that while people are paying through the nose – two income taxes, two property taxes, a Value Added Tax of 23 percent that has crippled restaurants, closed hotels, and a pending tax on bank deposits, tax evaders are costing the country more than $60 billion and as much as $13 billion a year more and have escaped with near impunity despite a recent public relations crackdown in which 50 were arrested but none prosecuted. Venizelos has in his pocket a list of 6,000 of them but won’t release it and it wasn’t until the country’s two top tax evasion prosecutors resigned after citing political interference in their work – and then were promptly reinstated – that there was any real momentum toward trying to take the albatross off the neck. None of it will work because tax evasion isn’t limited to the rich and celebrities and politicians, but everyone from fruit and vegetable sellers to mechanics and professionals. As a journalist hired by a British TV show which is designed to promote an image of Greeks as tax cheats put it: “If you pay taxes in Greece, you’re stupid.” Maybe that should be the country’s new slogan.

2. POLITICAL INFIGHTING – After Papandreou threw in the towel, some 75 percent of Greeks gave Papademos their approval, but he’s just like Obama keeping Bush policies and there’s not a dime’s worth of difference between what he’s doing and what Papandreou did on the orders of the Troika because international  lenders own the mortgage on Greece and the coalition administration that includes PASOK holdovers like Venizelos, New Democracy and the just-shy-of-cuckoo far Right-Wing LAOS party are its puppets and are busy fighting amongst themselves and trying to position themselves for the next  elections, now set back from February to April, in which –if they are held – a new government will take over that will look like all the previous governments and nothing will change. Meet the new boss, same as the old boss. Greece has no leaders anyone would want to follow into a dark alley. The Greek City States are still waging war but now they are political parties.

1. ZELEVOUNAI – Michael Lewis, the Vanity Fair magazine financial writer who came to Greece and was overwhelmed at the sheer magnitude of corruption, inefficiency and just don’t-give-a-damn attitude, put it best when he said the bottom line problem is that, “Greeks just don’t trust Greeks” and jealousy and envy rule. The favorite game is Poneeros, in which everyone tries to be more clever than everyone else and isn’t happy until they both win and someone else loses. In this case, it’s the whole country.
Source : http://greece.greekreporter.com/2011/12/30/the-11-reasons-why-greece-really-went-broke-in-2011/

Bon débarras : "La Grèce quittera la zone Euro si le second plan de sauvetage échoue", avertit Pantelis Kapsis (porte-parole du gouvernement grec)

Govt Spokesman: Greece Will Leave Euro if Second Bailout Fails

By Apostolos Papapostolou on January 3, 2012

Greece will have to leave the eurozone if it fails to clinch a deal on a second, 130 billion euro bailout with its international lenders, a government spokesman said on Tuesday.
It was an unusually public stark warning from the embattled country, aimed at shoring up domestic support for tough measures and possibly also at the lenders themselves.
“The bailout agreement needs to be signed otherwise we will be out of the markets, out of the euro,” Kapsis told Skai TV, according to Reuters. “The situation will be much worse.”
“The next three to fourth months are the most crucial and that is the reason this government exists,” Kapsis said.

Referring to the issue with the two economic prosecutors, Kapsis stressed that the government΄s position remains that “all issues will be brought to light”, while now there is a question of justice and prosecutors should explain their stance. “If there are accusations, they must be brought to light.”
Source : http://greece.greekreporter.com/2012/01/03/pantelis-kapsis-greece-will-leave-euro-if-second-bailout-fails/

Anglophobie dans la partie grecque de Chypre : violences grecques devant la base britannique d'Akrotiri

Chypre: cinq blessés dans des manifestations contre les bases britanniques
Mis à jour le 02.01.12 à 22h42

Cinq personnes ont été blessées lundi soir lors d'une manifestation contre la présence de bases militaires britanniques à Chypre, ont rapporté des témoins.


Les affrontements se sont produits devant la base aérienne d'Akrotiri, dans le sud de l'île. Il y a eu deux arrestations.


Les blessés sont quatre policiers et un cameraman d'une équipe de télévision atteint par une pierre, a dit un porte-parole de la base. Les médias locaux font également état de blessés parmi les manifestants.

Chypre est indépendante depuis 1960 mais la Grande-Bretagne y a conservé ses deux bases militaires d'Akrotiri et de Dhekelia.

Le mois dernier, le ministre britannique de Défense, Philip Hammond, a annoncé que Londres conserverait ces deux bases malgré les économies budgétaires.


La base aérienne d'Akrotiri et les casernes de l'armée de terre à Dhekelia représentent une superficie de 254 km2, soit environ 3% du territoire chypriote. (Michele Kambas, Guy Kerivel pour le service français)
Reuters
Source : http://www.20minutes.fr/ledirect/851287/chypre-cinq-blesses-manifestations-contre-bases-britanniques 

Le témoignage de Lord Saint-Davids sur la politique de la terre brûlée accomplie par l'armée grecque en Anatolie

Le Petit Parisien, 27 septembre 1922 :
GRAVE REQUISITOIRE
D'UN LORD ANGLAIS
CONTRE L'ARMEE GRECQUE


Londres. 26 septemb. (dép. Petit Parisien.)

Un Anglais de marque, lord Saint-Davids, s'est exprimé, aujourd'hui, sans ménagement sur la conduite de l'armée grecque en Anatolie et, parfois, avec sévérité sur la politique du gouvernement britannique en Orient.

Au cours de l'assemblée générale de la compagnie des chemins de fer ottomans de Smyrne à Aïdin qu'il présidait, lord Saint-Davids a longuement insisté sur les ravages dont ces régions viennent d'être le théâtre.

Il y a fort longtemps, déclara-t-il, que notre compagnie considérait comme une parfaite absurdité (même en se plaçant du point de vue des Grecs) toute tentative faite pour livrer Smyrne aux autorités d'Athènes. Il est ridicule de croire qu'un grand port turc puisse ainsi passer sous la domination grecque. C'est un bonheur que les soldats grecs ne soient pas restés à Smyrne. Il aurait même fallu, avant leur expulsion, que leurs actes fussent soumis au contrôle d'observateurs et d'officiers anglais. Si cette mesure de précaution avait été prise, jamais les Grecs n'auraient osé faire ce qu'ils ont accompli. C'est un fait que, dans leur retraite, ils ont brûlé Aïdin et Nazli ; ils ont incendié tous les villages qu'ils traversaient ; ils ont pillé les maisons des particuliers et tué tous ceux qui tentaient de leur résister. Circonstance aggravante : ils ont agi ainsi simplement dans l'intention de nuire. Les rapports que nous avons reçus déclarent que tous ces actes ont été commis systématiquement par les troupes grecques régulières, en vertu des ordres qui leur avaient été donnés et qu'ils ont été commis par la rage d'hommes qui savaient ne pouvoir garder le pays.

Un autre fait, a ajouté lord Saint-Davids, que je regrette de n'avoir pas vu mentionné dans la presse, c'est que les Grecs ont arrêté à Smyrne et déporté à Athènes un certain nombre de notables Turcs. En définitive, les soldats grecs ont été aussi avides de meurtres et de rapines qu'ils avaient été lâches au combat.

Voir également : La Megali Idea, une "grande idée"... criminelle

Le séparatisme grec-pontique, le panhellénisme de la Megali Idea et le plan du "front chrétien"

Trabzon, une pomme de discorde entre les nationalismes grand-grec (Megali Idea) et grand-arménien (Miatsial Hayastan)

Le soi-disant génocide des Grecs micrasiatiques

Le mensonge de l'expulsion d'1,5 million de Grecs d'Anatolie par les kémalistes

Athènes, décembre 1916 : l'agression grecque abjecte contre les soldats français innocents