mardi 17 janvier 2012

La Grèce, un pays émergent, et non développé

‘La Grèce devrait être classée comme un pays émergent’

 Lors d’une conférence tenue en Grèce à la mi-décembre, Poul Thomsen, l’envoyé du FMI en Grèce, a constaté amèrement que le pays hellénique avait échoué à remplir ses objectifs. Alors qu’on s’attendait à un recul de l’économie grecque de 3% en 2011, elle pourrait avoir reculé en fait de 6%. Et il ne semble pas que la situation pourra s’améliorer en 2012, mais plus probablement que la récession va se poursuivre pour la 5ème année consécutive. Il devient de plus en plus évident que la dette grecque ne pourra se réduire que par un défaut, probablement imposé à tous les groupes d’investisseurs, y compris la Banque Centrale Européenne.

Selon un document interne de la troïka, le gouvernement grec est loin d’avoir rempli ses objectifs ; ainsi, il n’a pas réussi à collecter plus d’impôts comme il s’y était engagé, et il est en retard sur son programme de privatisations.

Le FMI et l’UE ont déterminé que pour qu’elle devienne acceptable, la dette de la Grèce ne devrait plus représenter que 120% de son PIB, et il était prévu que cela devait arriver pour 2020. Mais le FMI admet désormais que cela semble irréaliste, et que même qu’une dette de 120% du PIB pourrait être excessive. Dans un rapport datant d’août 2011, les économistes du FMI ont conclu que les économies des pays émergents ne pouvaient pas fonctionner correctement sur le long terme au-delà d’une dette comprise entre 63 et 78% du PIB. « Maintenant qu’ils sont quotidiennement confrontés à la réalité, les officiels du FMI réalisent que la Grèce, en termes structurels, pourrait vraiment être classée comme une économie émergente », affirme un officiel haut place de la Bundesbank.

 « Lorsque le dernier programme de restructuration a été approuvé, il était déjà évident que les hypothèses étaient irréalistes », a déclaré Clemens Fuest, un conseiller du ministère allemand des Finances. Henning Klodt, un économiste du Kiel Institute for the World Economy, a montré à quel point les hypothèses de travail de la troïka étaient utopiques. Il a calculé le montant que les revenus doivent atteindre pour dépasser les dépenses de l’Etat grec et permettre de commencer à rembourser les dettes, et a trouvé qu’il aurait fallu qu’ils permettent de dégager un excédent de 10%, un niveau qu’aucun pays industrialisé n’a réussi à atteindre sur la dernière décennie.

 Pourtant, il semble que la troïka et le gouvernement grec souhaitent conserver la même stratégie. Le Premier ministre, Lucas Papademos, souhaite achever les négociations avec les investisseurs privés à la mi-janvier. S’il échoue, la Grèce pourrait faire faillite en mars, lorsque 17,5 milliards d’euros d’obligations souveraines tomberont à échéance.

La Grèce envisage de lancer une nouvelle émission d’obligations garanties par de l’immobilier

  Sky News Australie rapporte que la Grèce envisage de vendre des obligations garanties par des biens immobiliers faisant partie du patrimoine de l’Etat pour racheter de la dette souveraine et éviter de devoir privatiser ces biens à des prix bradés, compte tenu les conditions défavorables du marché. Ainsi, des ports, des aéroports régionaux, des autoroutes, des infrastructures, un casino, des trains, des compagnies minières et une partie du monopole d’Etat dans les jeux de paris, entre autres, pourraient fournir ces cautions.

 L’hebdomadaire To Vima a indiqué que c’est l’agence créée l’année dernière pour gérer les actifs propriété de l’Etat qui a formé ce projet, qui permettrait, pour chaque milliard d’euros d’obligations souscrites, de racheter 2,5 milliards d’euros de dette souveraine à son cours actuel. L’Etat espère ainsi collecter 5,5 milliards d’euros d’ici la fin de l’année, et 50 milliards d’euros d’ici 2015.  Les obligations représentatives de la dette grecque, dont le total se monte à plus de 350 milliards d’euros, ne s’échangent plus sur le marché qu’à 35% de leur valeur faciale.

En décembre, la Grèce a revendu 4 Airbus A340 pour 40,4 millions de dollars, un montant qui correspondait à leur valeur de casse, selon les syndicats de l’aviation.

 source Der Spiegel/Sky News/Express.be janv12
Source : http://leblogalupus.com/2012/01/09/la-grece-devrait-etre-classee-comme-un-pays-emergent/