samedi 7 avril 2012

Les fraudes phénoménales de l'île de Zakynthos

Grèce: une île championne des fraudes
Lefigaro.fr Publié le 03/04/2012 à 07:23

L'île grecque de Zakynthos réputée pour ses plages bleues turquoises et ses vestiges est désormais davantage connue comme étant «l'île des aveugles». Le ministère de la santé en Grèce a en effet lancé une enquête après avoir réalisé que près de 1,8% des insulaires bénéficiaient de rentes dédiées aux aveugles, un chiffre neuf fois supérieur à la moyenne nationale, rapporte le Wall Street Journal. Des conducteurs de taxi bénéficiaient notamment des aides...
Source : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/04/03/97002-20120403FILWWW00343-grece-une-ile-championne-des-fraudes.php

Grèce : l'île aux aveugles, un récit de corruption ordinaire

Par Guillaume Guichard

Mis à jour le 03/04/2012 à 17:17 | publié le 03/04/2012 à 16:08

Sur la petite île de Zakynthos, 700 personnes, dont un chauffeur de taxi et un chasseur d'oiseaux, touchaient en 2011 une pension pour aveugles. Un exemple parmi d'autres de la corruption gangrénant le système de santé.


La charmante petite île de Zakynthos, au sud de l'Adriatique, était affectée, jusqu'à peu, par un mal mystérieux. Sa population comptait 700 aveugles, neuf fois plus que la moyenne des pays développés. L'État grec verse une pension de 724 euros tous les deux mois aux malvoyants. Parmi les insulaires déclarant n'y voir goutte, un chauffeur de taxi et un chasseur d'oiseaux, rapporte le Wall Street Journal dans une enquête publiée ce mardi.

La vraie fable de l'île aux aveugles n'est qu'un exemple parmi d'autres des failles aberrantes qui plombent les finances du système de santé grec. Quelques régions ont ainsi leur spécialisation médicale, a découvert le ministère de la Santé lors d'un récent audit. Si 1,5% de la population de la petite île de Zante se dit aveugle, la région de Viota, en Grèce centrale, souffre d'un taux très élevé d'asthmatiques. L'île de Kalymnos est pour sa part affligée de nombreux cas de maladies mentales.
Collusions locales

«Tout cela est le résultat d'une collusion, au niveau local, entre le clientélisme des autorités qui délivrent les pensions, gagnant ainsi des voix, et la corruption du personnel médical, mal rémunéré, délivrant de faux certificats», déplore Costas Bakouris, directeur de l'ONG anticorruption Transparency international Grèce.

L'hôpital public grec est l'institution la plus corrompue du pays, a confirmé ce mardi, pour la cinquième fois consécutive, le rapport annuel d'Amnesty international sur la Grèce.
On y compte pour près de 42% des cas de pots-de-vin recensés. De quoi distancer largement le fisc (16%). Selon l'enquête de Transparency international, les pots-de-vin s'échelonnent de 30 euros pour un coupe-file à 30.000 euros pour certains actes chirurgicaux.

L'État s'est attaqué au problème. Il doit en effet réduire la facture de son système de santé, actuellement de 25 milliards d'euros par an, dans le cadre du plan européen de redressement de ses finances publiques. Mais les résistances sont vives. Les médecins enchaînent les grèves pour protester notamment contre l'informatisation et la centralisation des systèmes d'ordonnances, qui permettraient de lutter contre les ordonnances abusives.
Le vent tourne

Sur l'île de Zakynthos, le vent a tourné. Le nouveau maire, Stalios Bozikis, veut désormais faire de son île un exemple de la lutte contre la corruption. Une enquête a été menée fin 2011. L'ophtalmologiste local, soupçonné d'accepter des pots-de-vin en échange de faux diagnostiques, a démissionné. Les aveugles ont dû refaire des examens à Athènes. Cinquante d'entre eux se sont réellement révélés incapables de voir. Malgré tout, environ 200 perçoivent encore la pension d'invalidité.

Le montant des pots-de-vin baisse en Grèce

La corruption change très lentement de visage en Grèce. Selon une enquête réalisée par Transparency international et publiée ce mardi, les pots-de-vin versés aux fonctionnaires ont légèrement augmenté, de 7,2 en 2010 à 7,4% en 2011. Ceux demandés par le privé ont baissé à 3,4%, contre 4% l'année précédente. Alors que la Grèce s'enfonce dans la crise, les montants des «fakelaki» (enveloppes de billets) ont baissé de 12% en un an, à 554 millions d'euros. «Cela reste toutefois des montants significativement élevés», commente Transparency international.
Source : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/04/03/20002-20120403ARTFIG00560-grece-l-ile-aux-aveugles-un-recit-de-corruption-ordinaire.php