dimanche 27 mai 2012

Claude Imbert : "la Grèce contemporaine illustre jusqu'à la caricature le mal du déficit permanent, ou l'art de vivre aux crochets d'autrui. Sous le cache-misère complaisant et coupable de l'euro, la Grèce aura poussé le vice à son paroxysme : fraude fiscale gigantesque, comptes publics trafiqués !"

Le Point - Publié le 17/05/2012 à 00:00

Le syndrome grec

Par Claude Imbert

La Grèce a inventé la démocratie. Et la déesse Europe que Zeus engrossa. Vestige délabré d'un passé légendaire, la Grèce d'aujourd'hui malmène la démocratie et l'Europe.

Son trésor mythologique incite encore à la fable. L'actuelle tragédie grecque enseigne le mal démocratique. Et la vulnérabilité d'un édifice bancal de 500 millions d'hommes. Athènes devient un théâtre à ciel ouvert qui met en scène les ressorts d'un plus vaste chambardement. Il en signe le prologue. Aux hommes (et à Zeus) d'en conjurer le cours !

"La Grèce est le seul exemple connu d'un pays vivant en pleine banqueroute depuis le jour de sa naissance. Tous les budgets, depuis le premier jusqu'au dernier, sont en déficit." C'est ce qu'écrit Edmond About en 1854 (1), vingt-quatre ans après l'indépendance d'un pays arraché à l'Empire ottoman. La France et l'Afghanistan s'enflammèrent alors pour cette croisade de liberté. Le prestige légendaire de la Grèce ralliait à la cause le lyrisme d'héritiers putatifs (Chateaubriand, Byron). Cent cinquante ans plus tard, une même ferveur politique conforta l'accession de la Grèce à l'Europe communautaire. Mais, de Platon et Périclès, nulle trace ! Seul héritier de l'antique Grèce, le tonneau des Danaïdes, antique parabole du panier percé...

Première leçon de la fable : la Grèce contemporaine illustre jusqu'à la caricature le mal du déficit permanent, ou l'art de vivre aux crochets d'autrui. Sous le cache-misère complaisant et coupable de l'euro, la Grèce aura poussé le vice à son paroxysme : fraude fiscale gigantesque, comptes publics trafiqués !

Elle n'est, dit-on, qu'une détestable exception. Et il est vrai, Dieu merci, qu'aucun pays de l'euroland n'aura sombré dans de telles escroqueries. Mais plusieurs pays du Sud européen - dont la France - se sont abandonnés à la pente glissante de l'endettement. Et le funeste exemple grec a le malheur d'attiser, chez les vertueux du Nord européen, une méfiance croissante pour les tricheurs du Sud.

Le contribuable allemand ne cesse d'agiter, dans sa presse et dans ses urnes, le spectre grec pour refuser de cracher au bassinet européen. L'addiction au déficit et ses nombreuses rechutes ont avili les promesses venues des pays où fleurissent à la fois la sieste et l'oranger. Injuste amalgame ? Peut-être ! Mais quand le vice s'exagère, la vertu aussi !

Deuxième leçon du contre-modèle grec : sa défaillance démocratique. Contre la tutelle financière des banques, du FMI, de l'Europe et des Etats prêteurs, la Grèce regimbe dans la colère. Son peuple berné, humilié, matraqué ouvre sa porte aux charlatans. La démocratie - victime de sa maladie de famille, la démagogie - recule devant les embardées populistes de l'extrême gauche et de l'extrême droite. Seul la retient au bord du gouffre le souvenir de sa récente dictature militaire.

Convenons, à nouveau, que ce contre-modèle n'instruit que par ses excès. Mais les "indignés" d'Athènes ne sont pas seuls dans toute l'Europe du Sud à verser dans d'aussi funestes ornières. En France, le barnum Mélenchon-Le Pen écrase déjà de son boucan l'avant-scène des prochaines législatives. Par bonheur, et là encore, la mémoire des désastres du fascisme et du communisme retient nos peuples de glisser fût-ce un pied vers leurs solutions expéditives.

Troisième leçon enfin de la tragédie grecque : la vulnérabilité d'une Europe inaboutie. Il aura suffi qu'un pays, avec un minuscule 2 % de la richesse continentale, défaille pour que se déglinguent l'euro et, derrière lui, l'Europe. Le syndrome grec dénonce l'absurdité d'un "machin" européen aux économies disparates et sans gouvernance réelle. Il dénonce le découplage croissant entre une Europe du Nord peu endettée, innovante, et une Europe du Sud minée par le clientélisme électoral, l'incurie des élites et le conservatisme d'un modèle social désormais intenable. Le Sud - France, Espagne, Italie, Grèce - implore une solidarité plus délectable, il va sans dire, pour celui qui reçoit que pour celui qui donne. Quant au Nord, entraîné par la locomotive Allemagne, s'il consent à secourir les réformateurs, il renâcle à financer les paniers percés.

Les cigales du Sud ont beau jeu de s'envelopper dans le nuage de l'indispensable croissance. Beau jeu de plaider que la survie de l'Europe commande aux fourmis du Nord de desserrer leur bourse. Que la santé politique d'un Sud menacé d'explosions sociales est à ce prix. Que, d'ailleurs, l'intérêt des producteurs et vendeurs allemands leur enjoint de financer les acheteurs décavés du Sud... Tout juste si, dans un mélange d'envie et de ressentiment, le Sud ne reproche pas au Nord de se bien porter.

Si le compromis l'emporte, comme on le souhaite, la sagesse et la dureté des temps le feront pencher du côté du Nord. Le Sud habillera le résultat de belles paroles. La rhétorique est un art grec.

1. La Grèce contemporaine, d'Edmond About.
Source : http://www.lepoint.fr/editos-du-point/claude-imbert/le-syndrome-grec-17-05-2012-1462320_68.php

Voir également : Claude Imbert : "La Turquie épanouie, la Grèce défoncée"