jeudi 28 juin 2012

L'insurrection grecque de 1821 : les massacres de Turcs dans le Péloponnèse

Robert Mantran, "Les débuts de la Question d'Orient (1774-1839)", in Robert Mantran (dir.), Histoire de l'Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 442 :

"(...) comptant sur les diversions opérées par Ypsilanti et par 'Alî de Janina et sur la guerre turco-iranienne, le patriarche de Patras, Germanos, proclame la guerre de libération le 25 mars 1821. Mais cette guerre est engagée de façon non coordonnée dans le Péloponnèse et dans les îles égéennes, et l'une des premiers actions des insurgés est le massacre des civils turcs de Morée, notamment celui des habitants musulmans de Tripolitsa en octobre 1821. De leur côté, les janissaires d'Istanbul avaient arrêté puis pendu le patriarche orthodoxe et nombre d'autres religieux, tandis que la chasse aux Grecs était lancée dans tout l'empire. Si des atrocités ont été commises par les deux camps, il faut bien constater que l'opinion publique occidentale n'a réagi qu'aux massacres de Grecs, dont le point culminant a été les massacres de Chio en avril 1822. Pas une voix ne s'est élevée pour déplorer les massacres de Turcs, et au contraire s'est déclenché en Europe un mouvement de sympathie en faveur des insurgés."

Voir également : Intolérance grecque-orthodoxe vis-à-vis des populations non-orthodoxes

La Grèce indépendante de 1833 : un territoire déjà épuré de ses musulmans

Le sort des Turcs tombés à la merci des Grecs

La Megali Idea, une "grande idée"... criminelle

Le nettoyage ethnique, principe fondateur du stato-nationalisme grec

L'antisémitisme sanglant des nationalistes grecs

Un documentaire grec nuancé sur l'insurrection nationaliste de 1821 rend malades le clergé orthodoxe et l'extrême droite locale