lundi 25 juin 2012

Moody's et Fitch dégradent la note de Chypre

Moody's dégrade Chypre de 2 crans

Avec AFP Mis à jour le 14/06/2012 à 00:17 | publié le 13/06/2012 à 23:19 Réagir

L'agence d'évaluation financière Moody's a abaissé ce soir de deux crans la note d'endettement de long terme de Chypre à "Ba3", l'enfonçant encore plus loin en catégorie "spéculative".


Moody's a prévenu que la note de Chypre restait sous examen en vue d'un éventuel abaissement. L'agence veut "évaluer les risques substantiels pour le secteur bancaire et l'Etat provenant d'une sortie de la Grèce de la zone euro", après les élections législatives grecques prévues dimanche. "La raison principale du changement de note aujourd'hui [mercredi] est la hausse concrète de la probabilité d'une sortie de la Grèce de la zone euro, et de ce fait l'augmentation du montant probable du soutien que le gouvernement pourrait devoir accorder aux banques chypriotes", a expliqué l'agence.

Une aide de la Russie ou de la Chine ?

La note de "Ba3" correspond à un emprunteur pouvant faire face à ses engagements dans des circonstances normales mais présentant certains risques pour les créanciers. Jusque-là, Moody's supposait un plan d'aide à ces banques d'un montant entre 5 et 10% du produit intérieur brut. Désormais, l'hypothèse est celle d'un montant "plus élevé", qui "accroîtra la dette publique d'un peu plus de 10 points de pourcentage du PIB". L'agence avait abaissé la veille la note de deux banques du pays, Hellenic Bank d'un cran à "B1" et Bank of Cyprus d'un cran à "B2". Chypre a rejoint l'Union européenne en 2004 et adopté l'euro en 2008.

Le gouverneur de la banque centrale, Panicos Demetriades, a déclaré mercredi que si le pays faisait appel à des fonds étrangers pour recapitaliser son secteur bancaire, il souhaiterait plutôt recourir à des prêts bilatéraux de créanciers non précisés qu'à un plan de l'Union européenne. Les médias locaux évoquent un possible soutien de Moscou ou de Pékin.
Source : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/06/13/97002-20120613FILWWW00806-moody-s-degrade-chypre-de-2-crans.php

SECTEURS

Après Moody's, Fitch classe à son tour Chypre en catégorie « spéculative »

Par Claude Fouquet | 25/06 | 12:36 | mis à jour à 13:42

Fitch vient de décider d‘abaisser la note de Chypre. Une décision qui intervient deux semaines après que Moody's ait aussi dégradé ce pays et alors que Nicosie pourrait demander l'aide de l'Europe dès ce lundi.


Après Moody's il y a presque deux semaines, c'est au tour de l'agence de notation financière Fitch d'abaisser la note de la République de Chypre en catégorie spéculative.
Et une fois de plus c'est les craintes de plus en plus fortes qui pèsent sur le système bancaire chypriote qui conduit Fitch a reléguer le pays en catégorie « spéculative , en la faisant passer de « BBB- » à « BB+ ».

« L'abaissement de la note souveraine de Chypre reflète une augmentation matérielle des besoins en capital dont les banques chypriotes vont avoir besoin comparativement à l'estimation précédente », effectuée en janvier, explique Fitch afin de justifier sa décision.
Banques : 23 % du PIB nécessaire


Chypre, l'une des plus petites économies de la zone euro, est privée d'accès aux marchés financiers depuis un an. Elle doit trouver l'équivalent de 10% de son PIB, soit environ 1,8 milliard d'euros, avant le 30 juin pour recapitaliser Cyprus Popular Bank , la deuxième banque du pays. Une somme qui pourrit être plus importante selon Fitch qui estime que les besoins totaux des banques chypriotes pourraient atteindre 4 milliards d'euros, soit 23% du PIB. Selon l'agence de notation, les trois principales banques du pays (Bank of Cyprus, Cyprus Popular Bank (CPB) et Hellenic Bank) sont fortement exposées à la crise de la dette grecque.

Tout en reconnaissant que les estimations sur les besoins financiers des banques chypriotes sont encore très incertaines, Fitch souligne que l'argent nécessaire devra provenir des fonds publics et que ceci pourrait propulser le ratio dette/PIB au-delà de 100%. de ce fait, les objectifs de réduction du déficit budgétaire pour 2012 ne devraient pas être atteints et que celui-ci devrait s'élever à 3,9%, alors que le gouvernement envisageait initialement de le ramener sous les 3%.
L'assistance de l'Europe formalisée ce lundi

Chypre, qui s'apprête à présider l'Union européenne pour six mois, inquiète de plus en plus notamment depuis que Nicosie prévoit de solliciter l'aide de la zone euro pour renflouer ses banques. Le ministre chypriote délégué aux Affaires européennes a déclaré il y a deux semaines que Nicosie pourrait en effet demander jusqu'à quatre milliards d'euros à l'Union européenne. Selon certaines sources diplomatiques citées par l'AFP, cette demande d'assistance financière pourrait être formalisée des ce lundi. Information qui n'est conformée ni par la Commission européenne ni par la représentation permanente chypriote à Bruxelles interrogée par l'AFP.

« Nous examinons toutes les possibilités », s'est contentée d'affirmer cette dernière, évoquant des prêts bilatéraux ou une demande d'aide limitée au secteur bancaire. Car le pays aurait également sollicité sur le plan politique un prêt bilatéral de la Russie d'environ 3 à 5 milliards d'euros à la Russie . Une manière pour Chypre de diversifier ses aides mais surtout de tenter de desserer la pression européenne : une assistance russe lui permettrait d'expliquer qu'elle n'avait pas besoin que l'aide européenne soit assortie de mesures d'austérité comme celles demandées à l'Espagne notamment.
Source : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202137222096-apres-moody-s-fitch-classe-a-son-tour-chypre-en-categorie-speculative-337346.php