mardi 17 décembre 2013

La Grèce, le Tiers Monde de l'UE

La Grèce : le Tiers Monde en Europe

    Mon business > Economie
    Lu 1978x
    11 déc. 2013
    par Audrey Duperron

Trois millions de Grecs, soit plus de 27,7% de la population, n'ont plus accès aux soins de santé suite à la grave crise économique que traverse le pays. L’organisation humanitaire Médecins du Monde sonne l’alarme dans le journal français Le Monde : « Nous sommes très inquiets du nombre des gens qui ont perdu leur sécurité sociale en Grèce », ce qui entraîne en particulier « de graves conséquences pour la santé des enfants et des femmes enceintes », a dit Anna Maïli, qui dirige la branche grecque de l’organisation.

L'explosion du chômage (30% des femmes âgées d’entre 25 et 44 ans sont au chômage dans le pays) et le manque d’argent expliquent cette évolution préoccupante.

En conséquence, de nombreux enfants ne sont plus vaccinés. Médecins du Monde indique qu’elle a dû procéder à la vaccination de plus de 6000 enfants vivant sous le seuil de pauvreté qui lui ont été présentés au cours des neuf derniers mois. Sans couverture de santé, la vaccination d’un enfant se monte de 1.400 à 1.800 euros, une somme exorbitante pour beaucoup de foyers grecs.

En outre, les femmes enceintes sans sécurité sociale sont contraintes de payer elles-mêmes les frais occasionnés par les examens et l’accouchement. L’organisation a constaté que le nombre d'enfants morts-nés entre 2008 et 2011 a augmenté de plus de 21%.

Médecins du Monde évoque une « crise humanitaire en Grèce » et une « bombe sanitaire ». « Des enfants non vaccinés et non assurés sont exposés à un danger imminent. En plus de la mise en péril de leur propre santé, ces enfants sont exclus de l'école car, en raison d'instructions, des institutions scolaires refusent les enfants non vaccinés », a rappelé Nikitas Kanakis, l’un de ses représentants, au micro de la radio Sto Kokkino.
Source : http://www.express.be/business/fr/economy/la-grece-le-tiers-monde-en-europe.htm

jeudi 5 décembre 2013

D'après le dernier classement de Transparency International, la Grèce est toujours le pays le plus corrompu de l'UE

Greece Still EU’s Most Corrupt
By Andy Dabilis on December 3, 2013 in Crime, News, Politics

The 2013 ratings of 177 countries by the Berlin-based NGO Transparency International (TI) released on Dec. 3 showed that Greece is still the most corrupt country in the European Union, while Denmark is the least.


The ranking is based on an analysis of public sector corruption on a scale from 0 (highly corrupt) to 100 (very clean). Seven of the 28 EU member states scored below 50. Besides Denmark, as usual, the Scandinavian countries that have laws against corruption and enforce them, such as Finland and Sweden, while those with a reputation of flouting the law continue to rank the worst, such as Bulgaria, Italy and Romania.

It’s so bad for Greece that the country was rated the same as China, where corruption is runaway. The rankings were essentially redundant as they continued to show the same bad actors and good actors with very little change.

“The major movements, they are not dramatic, but you see that Spain and Slovenia dropped, whereas Estonia, Latvia, and Greece have improved by four points,” said Carl Dolan, TI’s EU office director, putting a glimmer of optimism on otherwise grim news: Greece is still very corrupt but not very, very corrupt.

While still at the bottom of the EU list, Greece made slight improvements compared to last year’s score of 36. Spain dropped to 59, compared to 65 in 2012. Slovenia slipped by four points to 57. Last week the anti-corruption commissioner Goran Klemencic resigned in protest over a “silent alliance” to block anti-fraud laws leaving the corrupt to run amok.

Dolan said corruption scandals on political party financing and lack of adequate protection for whistleblowers has undermined people’s confidence in the government, just as the NGO says every year and nothing changes anyway. “The ease with which dirty money can evade detection are problems that require a collective response from EU and national leaders,” he noted, recommendations that are annually ignored.

Meanwhile, many non-European countries scored well, with New Zealand sharing the top spot with Denmark and Uruguay, the Bahamas, and Chile all scored 71 along with France. Germany slipped a point from last year and scored 78, but is still ranked in the top 12.

The worst performers are Afghanistan, North Korea and Somalia, on just eight points each.

Huguette Labelle, TI’s Chairman, said: “The better performers face issues like state capture, campaign finance and the oversight of big public contracts which remain major corruption risks.” The EU, for its part, is set to publish its first anti-corruption report early next year.

The European Commission estimates that corruption costs the bloc €120 billion every year.
Source : http://greece.greekreporter.com/2013/12/03/greece-still-eus-most-corrupt/

Voir également : Aggravation de la corruption en Grèce

Les Grecs encore plus corrompus et fraudeurs qu'avant, selon le dernier rapport de Transparency International

La Grèce est plus corrompue que la Turquie, la Macedoine et la Bulgarie selon le classement de Transparency International (2010)

mercredi 4 décembre 2013

Scandales sexuels au sein du clergé orthodoxe grec

Scandals in the Greek Church Go Public
By Evangelia Kagkelidou on December 2, 2013 in Church, Community, News, Religion

There are serious concerns within the church after a sudden outburst of scandalous reports started circulating in the press and on the internet. Scandals involving priests.


The first incident to go public, included photographs of a priest who appears to be posing in a wedding dress and a fur. It was also revealed that an Archimandrite was searching for sexual partners on the internet, and showed himself completely naked in front of the camera.

A few days ago a further scandal broke, this time involving a military chaplain and his mistress. However, the most serious incident was the publication of a picture showing a metropolitan bishop of the Greek Church in the midst of a lewd act with another man.

According to the newspaper “Acropolis”, which was responsible for publishing the picture, the bishop himself had apparently contacted the reporter, warning him that he would kill himself if his name was made public. Furthermore, the bishop confirmed the authenticity of the image and admitted that it was part of an attempted extortion.

These first cases have already caused significant damage, and sources reveal that a direct response by the justice of the Church is to be expected.

The Church has not commented on the issue until today. They said that the focus is now on the meeting of the Holy Synod next week, where officials of the Orthodox church will be discussing how best to handle these cases.
Source : http://greece.greekreporter.com/2013/12/02/scandals-in-the-greek-church-go-public/

Voir également : Insolite : fétichisme nécrophile au sein du clergé grec-orthodoxe

Chypre : un pope grec reconnu coupable de viol

jeudi 28 novembre 2013

L'OCDE infirme les prévisions du gouvernement grec : la Grèce restera en récession en 2014

"OCDE: la Grèce en récession en 2014

 ECONOMIE Flash Eco

    Par Lefigaro.fr avec AFP
    Mis à jour le 27/11/2013 à 15:07
    Publié le 27/11/2013 à 15:01

La Grèce restera en récession en 2014 pour la septième année consécutive et aura probablement besoin d'une nouvelle aide financière, a annoncé mercredi l'OCDE, contredisant le gouvernement grec qui prévoit un retour à la croissance.
Selon une étude sur les perspectives économiques en Grèce, l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) prévoit que l'économie du pays va se contracter de 0,4 % l'an prochain.

"Si les risques macroéconomiques négatifs se confirment (...) il faudra réfléchir sérieusement à une nouvelle aide pour garantir la soutenabilité de la dette", estime par ailleurs l'OCDE.
Le gouvernement grec a présenté la semaine dernière au Parlement un projet de budget qui prévoit une croissance de 0,6 % en 2014, après une contraction de 4 % en 2013.
Mais ce budget a été élaboré sans qu'un accord ait été obtenu entre le gouvernement et la troïka des bailleurs de fonds internationaux (UE, BCE et FMI) sur les comptes et réformes engagées en échange des plans d'aide financière à la Grèce."

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/11/27/97002-20131127FILWWW00357-ocde-la-grece-en-recession-en-2014.php

mardi 26 novembre 2013

"F—king Psycho" : l'avis de Sarkozy sur Papandréou (selon Zapatero)

Sarkozy Called Papandreou “F—king Psycho!”
By Andy Dabilis on November 26, 2013 in News, Politics

Enraged that then-Greek Prime Minister George Papandreou in 2011 said he would call a referendum and let Greeks decide whether to accept harsh terms of a second international bailout – which could have pushed Greece out of the Eurozone – then-French President Nicolas Sarkozy said his colleague was “f–king psycho!” according to a book by former Spanish Prime Minister Jose Luis Rodriguez Zapatero.
The outburst came as European Union leaders were exasperated that Papandreou, under rising protests and riots over tough austerity measures he was imposing on the orders of the Troika of the European Union-International Monetary Fund-European Central Bank (EU-IMF-ECB), was going to let Greeks decide their own fate even though if they rejected the terms of a second bailout it would have forced Greece to abandon the euro.

That, said Sarkozy and German Chancellor Angela Merkel, could have brought down the 17-member Eurozone and Sarkozy was furious that Papandreou put the EU in a predicament. In his book The Dilemma, Zapatero, who served from 2004-11, said the feisty former French leader put his leg on a chair during a meeting of EU leaders and almost jumped on a table as he continued a tirade against Papandreou, repeatedly calling him an “a–hole.”

At the time in late 2011, it was also reported that Sarkozy told U.S. President Barack Obama that Papandreou was undermining the Eurozone. “Crazy Papandreou comes up with his referendum,” Sarkozy allegedly told Obama. “It’s because he is depressed, so there’s no point giving him a hard time about it. He’s already on his knees. Knockout.”

As it turned out, Sarkozy was right about Papandreou’s fate as the Greek leader withdrew the call for the referendum but, politically beaten, resigned in November 2011 in favor of a temporary coalition government before New Democracy Conservative leader Antonis Samaras became Premier in June 2012 in a second election after a first failed to give him enough of the vote to win outright.
Source : http://greece.greekreporter.com/2013/11/26/sarkozy-called-papandreou-f-king-psycho/

Pour rappel : Sarkozy admet en privé qu'il a dilapidé l'argent des contribuables français pour des parasites : "Les Grecs sont le virus qui empoisonne l'Europe"

vendredi 22 novembre 2013

Humour grec : la fin de la récession serait pour 2014

"Athènes optimiste pour 2014, sous le regard sceptique de Bruxelles
AFP 21 novembre 2013 à 13:37 (Mis à jour : 21 novembre 2013 à 13:37)

Maillon faible de la zone euro, la Grèce affirme qu’elle sort de la crise avec un budget 2014 misant sur une fin de récession, mais les laborieuses discussions avec la troïka et de nouvelles critiques sur la lenteur des réformes entretiennent le doute.


A l’aune de l’Espagne, du Portugal et de l’Italie, Athènes a présenté jeudi un budget 2014 qui table sur un retour de la croissance avec une légère progression du PIB à 0,6%, après une contraction de -4% en 2013.

La Grèce revient d’encore plus loin que ses voisins du sud de l’Europe malmenés, comme elle, par la crise de la dette qui a éclaté en 2010: la pays traverse sa sixième année de récession consécutive et la contraction cumulée du PIB depuis 2008 s’élève à plus de 22%.

Mais si la menace d’une sortie de l’euro, encore agitée par les marchés il y a quelques mois, semble s’éloigner, le redressement du pays paraît encore fragile.

Jeudi, le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a douché l’optimisme d’Athènes en déclarant à un quotidien grec, que les ministres des Finances de la zone euro «perdent patience» avec la Grèce, évoquant «l’absence de progrès au regard de ses engagements» dans la mise en oeuvre de réformes structurelles.

Et le projet de budget, dont le vote interviendra en décembre, sera très certainement révisé, car Athènes n’est pas parvenu à se mettre d’accord avec la troïka des créditeurs internationaux sur l’ampleur du trou budgétaire prévisible pour l’an prochain.

Mercredi, la troïka (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) a clos un laborieux round de négociations entamées fin septembre avec le gouvernement grec, sans conclure sur plusieurs points importants.

Athènes négocie le déblocage d’une tranche de prêt d’un milliard d’euros, dans le cadre du second plan d’assistance financière décroché en février 2012. Les discussions achoppent sur l’avenir de trois entreprises publiques déficitaires, les contours d’une nouvelle taxe foncière et d’une levée du moratoire sur les saisies immobilières. (...)

Nouveau coup de rabot

Avec des mesures d’économie évaluées par la presse à 1,3 milliard d’euros pour 2014, les efforts demandés sont cependant plus limités que lors des exercices précédents et ne comportent pas en l’état de nouvelles coupes des pensions de retraite ou des salaires des fonctionnaires.

Ces économies passent par de nouveaux coups de rabot dans les dépenses des organismes publics, une réforme des assurances sociales, des fusions d’établissements publics.

Face aux sceptiques, Antonis Samaras a assuré jeudi que «la stabilisation économique de la Grèce dans les domaines de l’ajustement fiscal et des réformes structurelles produit des résultats tangibles». (...)

Le gouvernement anticipe également 3,65 mds euros de recettes provenant des privatisations en 2014, alors que la troïka a à plusieurs reprises souligné le retard pris dans ce programme.

«Je ne peux pas dire que nous sommes en plein accord avec ce budget», a commenté à Bruxelles Simon O’Connor, porte-parole du Commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn.
"

Source : http://www.liberation.fr/economie/2013/11/21/grece-le-budget-prevoit-la-fin-de-la-recession-en-2014_961027

La troïka conteste les projections du gouvernement grec

La Grèce vise un accord avec la troïka d'ici le 9 décembre

Reuters - publié le 18/11/2013 à 23:45

Athènes et la "troïka" composée du Fonds monétaire international (FMI), de l'Union européenne et de la Banque centrale européenne (BCE) ne sont pas d'accord sur le montant des économies nécessaires pour respecter les objectifs budgétaires définis pour 2014.

Ce différend a alimenté des spéculations suggérant que la Grèce, en récession depuis six ans, doive prendre de nouvelles mesures d'austérité.


"Les négociations sont difficiles, mais nous avançons en partant du principe que nous aboutirons à un accord d'ici le 9 décembre", a dit à des journalistes le ministre des Finances Yannis Stournaras après une réunion avec le Premier ministre Antonis Samaras.

Dans la journée, les inspecteurs de la troïka se sont entretenus pendant plus de cinq heures avec Yannis Stournaras et d'autres ministres afin de trouver les moyens de combler un trou de deux milliards d'euros dans le budget 2014.

Des responsables de la troïka ont notamment contesté les projections du gouvernement concernant les recettes attendues d'une taxe immobilière remise à plat, décelant un manque à gagner de 3350 millions d'euros.

Avec des ménages qui ont vu fondre leurs revenus disponibles de 40% en six ans et un taux de chômage de près de 28%, la coalition au pouvoir est fortement opposée à de nouvelles baisses des salaires et des retraites. (George Georgiopoulos, Benoit Van Overstraeten pour le service français)
Source : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-grece-vise-un-accord-avec-la-troika-d-ici-le-9-decembre_416365.html

L'ancien président allemand Roman Herzog rappelle une évidence historique : "La démocratie n'est pas née en Grèce"

Roman Herzog: “Democracy Wasn’t Born in Greece”
By Nikoleta Kalmouki on November 21, 2013 in Economy, News, Politics

The former president of Germany, Roman Herzog, in an interview to the newspaper Handelsblatt, claimed that democracy wasn’t born in Greece.
When the journalist mentioned that the trump card of Greece is the birth of democracy, the German politician said that he believes that democracy’s mother countries are Switzerland and England.

In the same interview, Herzog was asked about whether European solidarity should be expressed with financial aid or with the requirement of more responsibilities. “The financial aid alone is not enough. There are also other forms of assistance. The financial assistance should be put in the first line. That is why money should be allocated according to a new Marshall Plan. However, human behavior is critical.”

When the journalist observed that Greece will need further support by the euro zone and that the patience of the its partners will reach its limits, Herzog replied that “the fact that Greece hasn’t the economic power of other countries, was clear from the start. The weaknesses were known, but there were no problems in the fields of human rights or religion. In contrast, Turkey has a much stronger economy but the above issues are not harmonized with the European law.”
Source : http://greece.greekreporter.com/2013/11/21/roman-herzog-democracy-wasnt-born-in-greece/

mercredi 20 novembre 2013

L'Australie continue d'expulser des ressortissants grecs

Deportation of Greeks continues

Two more Greek nationals were deported from Melbourne

19 Nov 2013

An increasing number of Greeks who visit Australia as tourists are detained and deported by Australian authorities upon their arrival in various airports, despite the fact that they are holders of tourist visas.
Only last week in Melbourne, Neos Kosmos received a request for assistance from two Greek citizens visiting Australia on a tourist visa. Our newspaper, as well as the Greek Orthodox Community of Melbourne and Victoria and the Consulate General of Greece, made representations on behalf of the two Greek citizens who were detained. Unfortunately they were both deported back to Greece, because they could not convince the Australian authorities that they were genuine tourists.
The Department of Immigration investigated the two tourists on arrival who were initially granted a three month tourism visa to visit Australia. The aim of the particular investigation, which is a standard procedure for Australian authorities, was to determine whether or not they had a return flight back to Greece, adequate money for their stay while in Australia and a clearly stated and specific travel itinerary.
Our two compatriots failed to convince officials that they were indeed visiting Australia as tourists. One was put on the first flight back to Greece and the other was detained at Broadmeadows before his eventual deportation.
As reported by Neos Kosmos last year, authorities at Melbourne's international airport alone detained 29 Greek passport-holders between July 2011 and June 2012, compared to just three in the previous 12-month period.
With official unemployment figures in Greece of 27 per cent as the economic crisis bites deeper, the number of Greeks travelling abroad in search of an alternative life by any means, in countries such as Australia, increases.
People visiting Australia on a tourist visa should have a specifically dated return ticket, adequate money to support their trip to Australia and accommodation details that can be verified by immigration officials on demand.
Source : http://neoskosmos.com/news/en/deportation-of-greeks-continues

Voir également : Le gouvernement britannique ne veut pas d'immigration grecque
 
Le risible Christophe Barbier prône l'immigration grecque en France

L'émigration inexorable des jeunes grecs

Immigration croissante de Grecs... en Turquie

Poussés par la pauvreté, des Grecs émigrent en Turquie

La Grèce inutile se fait taper sur les doigts par l'Allemagne et l'Autriche au sujet de l'immigration clandestine

Immigration clandestine : l'UE enfin prête à sanctionner la Grèce laxiste et décidément inutile en l'expulsant de l'espace Schengen

mercredi 6 novembre 2013

Chypre : un pope grec reconnu coupable de viol

Cyprus: Priest Convicted in Abuse Case of Young Girl
By Nikoleta Kalmouki on November 5, 2013 in Crime, Cyprus, News, Society

The District Court of Nicosia, passed a guilty verdict to a priest in Cyprus accused of abusing a minor girl. The family of the priest was the girl’s foster family.


The priest was accused for indecent assault, between 1995 and 2000, while the victim decided to speak after years, at the instigation of a psychologist who also testified in court. The psychologist explained that children of vulnerable ages are not able to understand what constitutes as abuse.

The court ordered the detention of the priest in the central prison until his sentencing. According to the newspaper “Politis,” the court having heard the oration of the defence counsel, will announce the priest’s sentence on Monday.

The welfare services office, who placed the girl in the family wasn’t worried as they hadn’t received any complaints. The girl had only once reported maltreatment by the priest’s wife, but they didn’t believe her.

The priest’s lawyer asked leniency from the court, with the main arguments; he said that many years have passed since the committed offences to come to a conclusion of criminal responsibility. He also marked the consequences that the priest will suffer after the conviction which will lead to his dethronement.

According to the newspaper, the priest intends to appeal against his conviction, regardless of the sentence that the court will impose.
Source : http://greece.greekreporter.com/2013/11/05/cyprus-priest-convicted-in-abuse-case-of-young-girl/

Voir également : Etonnant ? Un "pope" grec a été pris avec trois kilos de cannabis dans ses bagages

L'extrême droite grecque au secours des moines véreux

Insolite : fétichisme nécrophile au sein du clergé grec-orthodoxe

mardi 5 novembre 2013

La Grèce, maillon faible de l'Europe (1985)

Ilios Yannakakis, "La Grèce, maillon faible de l'Europe", Est & Ouest, n° 17, avril 1985 :

"Le vendredi 7 mars, le Premier ministre grec, M. A. Papandréou, convoque quelques membres du comité exécutif du PASOK à Kastri (sa résidence personnelle) pour désigner le candidat du Parti à l'élection présidentielle du 15 mars. Le lendemain à 10 heures le comité central unanime entérine la décision prise la veille de présenter M. Christo Sartzetakis et de ne plus soutenir M. Caramanlis. A 7 heures du soir, le groupe parlementaire socialiste, unanimement, applaudit à cette décision.

En apparence, le PASOK, parti majoritaire, a suivi une procédure « démocratique » pour désigner son propre candidat. La nouvelle soulève l'enthousiasme des partisans du P.C.G. et du PASOK : « Finissons-en avec la Droite », « Notre combat est victorieux... » tels sont les slogans que l'on entend et qu'on lit sur les murs de la ville.

Dimanche 9, le président de la République démissionne ; M. Alevras, socialiste, président du Parlement, assure aussitôt son intérim. Cet événement a suscité une profonde inquiétude non seulement au sein de la Nouvelle Démocratie (le parti de l'opposition parlementaire) mais aussi parmi « la gauche indépendante » qui s'était politiquement et idéologiquement détachée du PASOK depuis 1981. Une partie de l'opinion publique a été stupéfaite par l'attitude cavalière de M. Papandréou et des dirigeants socialistes à l'égard de M. Caramanlis qu'ils avaient assuré de leur soutien quant à sa réélection à la présidence. La décision prise par M. Papandréou et le PASOK a précipité la Grèce dans une crise politique dont on ne soupçonne pas encore l'ampleur. Tant parmi les « centristes » que dans la « gauche indépendante », on n'hésite pas à déclarer que le Premier ministre a commis « un coup d'Etat parlementaire » afin d'instaurer à brève échéance un régime qui abolirait la démocratie et où le PASOK deviendrait « le parti hégémonique ». Le Premier ministre aurait des pouvoirs accrus et le Président de la République tiendrait un rôle de figuration : l'opposition musclée servirait de « décor ». (...)

A. Papandréou a « recentré » le dispositif militaire de son pays en direction de la Turquie en arguant que la menace d'une guerre provient de ce côté, et exige des Etats-Unis une aide militaire accrue pour faire face à une éventuelle attaque turque. Les frontières nord du pays sont systématiquement dégarnies au profit de celles qui le séparent de la Turquie.

Sur la question chypriote, selon des sources bien informées, A. Papandréou a pesé de tout son poids pour que le Président chypriote M. Kyprianou ne signe aucun accord avec M. Denktash, le représentant de la minorité turco-chypriote. Cet accord longuement préparé sous l'égide de l'ONU prévoyait le règlement des graves problèmes de l'île, suite à l'intervention militaire turque. Il est évident que la normalisation de la situation en Chypre aurait constitué un « argument » pour A. Papandréou quant à la menace turque.

C'est dans la perspective d'une telle rupture progressive des alliances qu'il faudrait comprendre l'ouverture à l'Est du gouvernement socialiste. Le soutien qu'il accorde à la politique extérieure soviétique sur des questions de grande importance, comme le désarmement, l'Afghanistan, l'affaire du Boeing coréen, la Pologne, le Moyen-Orient, ne signifie guère que A. Papandréou soit devenu un « allié inconditionnel » de l'U.R.S.S., ou bien qu'il soit « manipulé » par elle. L'ouverture à l'Est, tant politique qu'économique, dénote plutôt un « aveuglement » volontaire sur la nature de l'U.R.S.S., et d'autre part une forme dangereuse de chantage envers l'Occident. C'est en cela que la Ost-politik grecque est, dirait-on, potentiellement en « voie de cubanisation » dans la mesure où, en cas de rupture brutale avec l'Occident, la Grèce risque de basculer sans coup férir dans le giron soviétique. (...)

La politique du P.C.G. reflète avec exactitude l'attitude de l'U.R.S.S vis-à-vis de la Grèce.

Le P.C.G., tout en critiquant le PASOK et le gouvernement pour son manque de détermination à effectuer un changement réel, évite de s'opposer frontalement à A. Papandréou. Si, au sein du Parti communiste, on croit déceler deux lignes, l'une prônant un conflit ouvert avec le PASOK, dont Farakos serait le partisan et l'autre, à l'inverse, soutenant la politique intérieure et extérieure de Papandréou, tout en « poussant à la roue » pour un changement « authentiquement » socialiste, en réalité le Parti n'entrave en rien la dérive national-socialiste et escompte obtenir, au moment propice, des positions-clés dans un éventuel gouvernement « Union nationale ».

C'est dans cette optique que, tant l'ambassadeur d'U.R.S.S. à Athènes, Andropov, que Zagladine, chargé aussi du secteur Méditerranée orientale au C.C. de P.C.U.S., « conseillent » au secrétaire général du P.C.G. Florakis de soutenir, en « mobilisant les masses », toutes les initiatives d'A. Papandréou qui vont vers l'instauration d'un système de « parti hégémonique ». De ce point de vue, il est significatif que c'est le P.C.G. qui depuis des mois déjà, a lancé une violente campagne contre la réélection de M. Caramanlis, en entraînant aussitôt la base militante du PASOK. Ainsi est né « spontanément » un mouvement frontiste à la base pour « en finir avec la droite ». De même les campagnes organisées contre les bases américaines, ou pour le soutien de l'OLP, ou bien contre l'installation des Pershing, prennent toujours un caractère ouvertement... front uni entre les militants du PASOK et du P.C.G. (...)

L'Union Soviétique, depuis de nombreuses années déjà, a réussi une extraordinaire percée, tant idéologiquement qu'économiquement. La Grèce est le dernier pays en Europe où le mythe de l'Union Soviétique, pays socialiste, reste inentamé.

A partir de 1981, le gouvernement socialiste a favorisé davantage cette « entrée » de l'U.R.S.S. en Grèce. En compensation, Moscou et ses satellites ont réglé la question du retour des réfugiés grecs installés à l'Est depuis 1949, en leur versant des pensions. Quand on connaît la difficulté qu'ont les pays socialistes à débourser des devises, on ne peut que s'interroger sur les transactions secrètes entre Athènes et Moscou. Cependant, l'U.R.S.S. se montre d'une grande prudence dans cette région si sensible où l'OTAN est puissamment installée.

La déstabilisation de la Turquie par le terrorisme de droite et d'extrême-gauche manipulé par les services soviétiques ayant échoué, l'U.R.S.S. a repris sa politique de « bons rapports » avec ce pays. Elle maintient des relations équilibrées entre la Grèce et la Turquie, en ne favorisant aucun des deux pays en ce qui concerne le contentieux gréco-turc dans la mer Egée.

Pour l'Union Soviétique, la Grèce est « un fruit qui mûrit » et qui, pour l'instant, sert ses intérêts immédiats dans la mesure où elle sème la discorde dans le camp occidental. Elle regarde d'un bon œil le nouvel axe qui se met en place entre la Grèce, la Libye et Malte et qui couperait diagonalement la Méditerranée. De surcroît, ces trois pays soutiennent la Syrie dans sa politique expansionniste au Proche-Orient. Une alliance Grèce-Malte-Libye-Syrie est-elle en train de s'ébaucher soutenue en sous-main par l'U.R.S.S. et qui affaiblirait considérablement l'OTAN en Méditerranée orientale ?"

Voir également : Les Grecs, des Occidentaux ? Leurs relations avec le tiers-mondisme arabe et la République islamique d'Iran

La collaboration militaire entre l'Etat grec et la dictature terroriste syrienne

Quand les Grecs soutenaient le FLN contre la France...

Les Grecs, des Européens ? Leurs relations historiquement étroites avec les Arabes

dimanche 11 août 2013

L'anticatholicisme acerbe de Bartholomée Ier (patriarche de Constantinople)

Marie-Laure Digbeu, "L'épine uniate", Europ Magazine, n° 25, printemps 2000 :

"Dans un discours prononcé à Zurich en Suisse, le 14 décembre 1995, à l'occasion d'une rencontre œcuménique avec des envoyés du pape, le patriarche orthodoxe Bartolomé 1er déclarait que « l'idée selon laquelle le Christ, en choisissant ses douze apôtres, confia à l'un d'eux, saint Pierre, la tâche de les gouverner n'a aucun fondement dans l'Ecriture sainte »."

Voir également : Haine anti-catholique au sein du clergé grec-orthodoxe

L'oppression religieuse en Grèce

mardi 6 août 2013

François Hollande insulte les Macédoniens et prend de facto le parti des Grecs

François Hollande invente la République de "Macédonie"

Le Monde.fr | 29.07.2013 à 12h51 • Mis à jour le 29.07.2013 à 13h29

Durée : 00:20  |  Images : Elysée.fr

Consultez la chaîne Vidéos

Lors d'un déplacement à Ljubljana, en Slovénie, François Hollande a évoqué "l'ancienne République yougoslave de Macédonie", au lieu de la Macédoine.

C'est la troisième fois que le chef de l'Etat commet quelques erreurs d'ordre géographique. Le 4 juillet, à Tunis, alors qu'il était interrogé sur la situation en Egypte il avait répondu : "La France a pris acte de la situation en Tunisie." Avant de tenter de rattraper son erreur.
Autre lapsus quelques semaines auparavant : en visite au Japon, il avait évoqué le "peuple chinois" à la place du peuple japonais.
Le Monde.fr
Source : http://www.lemonde.fr/politique/video/2013/07/29/francois-hollande-invente-la-republique-de-macedonie_3454970_823448.html

La France propose d’aider la Macédoine à trouver un nom

François Hollande a proposé l’aide de la France pour régler le conflit entre la Macédoine et la Grèce, qui refuse de reconnaître le nom de cette ancienne république yougoslave.


28/7/13

Le différend bloque l’adhésion de la Macédoine à l’Otan et à l’UE.

C’est un conflit qui dure depuis 1991 et l’indépendance de la République de Macédoine. Ou plutôt de l’Ancienne République yougoslave de Macédoine. Car ce petit État de 2 millions d’habitants ne porte pas le nom qu’il souhaite. Revendiquant l’héritage antique, et notamment la figure d’Alexandre le Grand, qui a eu une existence à la fois grecque et macédonienne, le pays a choisi dès l’indépendance de s’appeler République de Macédoine. Une décision à laquelle la Grèce s’est toujours opposée, empêchant l’adhésion du pays à l’Otan et à l’UE.

Jeudi 25 juillet, François Hollande a proposé l’aide de la France pour régler ce conflit de plus de vingt ans. Mettant en avant « la qualité des relations » entre la France et la Grèce, le président de la République a indiqué que la France était « disposée à chercher une solution ».
Il participait alors en Slovénie à un sommet historique des Balkans occidentaux, qui réunissait les sept pays de l’ex-Yougoslavie et l’Albanie. « La question du nom bloque pour l’instant le processus [d’adhésion à l’Otan et à l’UE] et c’est vrai que nous ne pouvons pas en rester là », a déclaré François Hollande au cours d’une conférence de presse commune avec le président slovène Borut Pahor.
Veto grec à l’entrée dans l’Otan

En 1993, la Macédoine est admise à l’ONU sous le nom d’Ancienne république yougoslave de Macédoine. Mais le pays souhaite utiliser le nom qu’elle portait lorsqu’elle était une entité fédérée de la Yougoslavie : la république socialiste de Macédoine, en supprimant simplement le mot « socialiste ». Problème, une région de Grèce porte le nom de Macédoine, au nord du pays, et le pays considère aussi être l’héritier d’Alexandre le Grand. En 1995, les deux pays normaliseront leurs relations par un accord intérimaire qui ne règle pas la question du nom. Depuis, et malgré les tentatives internationales de règlement, aucun des noms successivement proposés n’a pu obtenir un consensus.

Au point que, en 2008, la Grèce met son veto à l’entrée de la Macédoine dans l’Otan. C’est la première fois que l’entrée d’un pays est refusée à ce stade du processus d’adhésion. C’est un véritable choc pour les Macédoniens. À cette époque, le pays est dirigé par le premier ministre Nikola Gruevski, qui renforce les références à l’Antiquité. Il érige des statues de style antique, renomme l’aéroport de Skopje « Alexandre le Grand »…
Perspective d’adhésion à l’UE

La Grèce avait alors assoupli sa position, et acceptait la présence du mot « Macédoine » dans le nom du pays. Plusieurs propositions étaient sur la table : République de Haute Macédoine, République de Macédoine du Nord, République indépendante de Macédoine, République démocratique de Macédoine, République de Nouvelle Macédoine… Mais toutes sont rejetées par Nikola Gruevski, qui dirige toujours le pays.

La France, en proposant ses bons offices, espère régler le conflit, dans une région, les Balkans, où les questions identitaires sont particulièrement sensibles. Un règlement qui ouvrirait la voie de la Macédoine à l’adhésion à l’UE et à l’Otan.

Rémy Pigaglio
Source : http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/La-France-propose-d-aider-la-Macedoine-a-trouver-un-nom-2013-07-28-991861

mardi 25 juin 2013

L'ERT, symbole du "mal grec"

12 juin 2013
Grèce : l’ERT était « l’organisme le plus corrompu et le plus dysfonctionnel de la Grèce »


La fermeture pure et simple de l’ERT, le service public de radio-télévision grec, brutalement annoncée mardi par le gouvernement d’Antonis Samaras est sans précédent dans l’histoire démocratique occidentale. Il y a déjà eu des reprises en main de l’audiovisuel par l’État, souvent sous couvert de réformes, mais une liquidation pure et simple, jamais. Pourquoi le gouvernement grec a-t-il ainsi pris le risque d’apparaître aux yeux du monde comme « liberticide » ? L’émotion, à travers l’Europe, a été à la hauteur du symbole : des forces de l’ordre démontant des antennes de diffusion et les chaînes publiques cessant d’émettre vers 23 h 15.

Même si le symbole est fort, on ne peut pas comparer la Grèce à la France ou la Grande-Bretagne. L’ERT n’est ni France Télévision, ni la BBC : la qualité et l’indépendance minimale ne sont pas au rendez-vous, loin de là. L’idée que la démocratie soit menacée en Grèce par la suppression de la radio-télévision publique fait beaucoup rire l’éditorialiste Yannis Pretenderis (To Vima et Ta Nea, deux quotidiens de gauche, précision ajoutée le 13/06) : « en moyenne, l’ERT, c’est 4 % d’audience par chaîne, soit 12 % pour les trois chaînes. La démocratie y survivra. Il est d’ailleurs très amusant de voir que ceux qui hurlent contre la fermeture de la télévision publique sont les mêmes que ceux qui, hier encore, dénonçaient un organe de propagande gouvernementale ». « Ce n’est pas comme si l’on supprimait la BBC », surenchérit l’historien Nikolas Bloudanis : « l’ERT exposait le seul point de vue du gouvernement en place. Personnellement, je suis très content de ne plus payer pour ce machin ».

Le premier ministre, en choisissant l’ERT, n’a donc pas cogné au hasard : elle symbolise tout le mal grec. « C’est l’organisme le plus corrompu et le plus dysfonctionnel de l’État », assène Nikolas Bloudanis. Tous les salariés « étaient clients soit du PASOK, soit de la Nouvelle Démocratie », reconnaît Filios Stangos, ex de l’ERT et actuellement patron de la chaine publique régionale de Thessalonique. À chaque changement de majorité, on embauchait les amis et on placardisait les anciens, d’où des effectifs pléthoriques. « L’ERT a besoin d'un assainissement », poursuit Stangos : « c’est un organisme anachronique, dépendant du pouvoir, où les meilleurs ne sont pas ». C'est exactement la position de la section grecque de l'Association des journalistes européens (AJE).

Le gouvernement grec a bien essayé de réformer ce « monstre qu’était l’ERT », selon l’expression de Yannis Pretenderis : 2700 salariés, 3 chaines plus 2 par satellites, 25 radios. En vain, les puissants syndicats veillant au grain. Depuis le début de l’année, l’ERT a été en grève perlée en tout pendant 11 semaines. « Je ne crois vraiment pas que l’ERT était réformable en continuant à fonctionner », reconnait Filios Stangos : « il fallait fermer et créer autre chose ». « Il sera plus facile de choisir qui entrera dans le futur service public, en puisant partiellement dans le vivier des licenciés. Celui-ci devrait compter au maximum entre 1700 et 1900 personnes, soit un gain de 1000 emplois », poursuit ce patron qui a su restructurer sa propre chaine. Car il n’a jamais été question de supprimer le service public : selon la presse grecque, le gouvernement a déjà déposé un projet de loi créant un nouvel organisme (NERIT) qui émettra dès septembre. Selon les journaux Ta Nea et Ethnos, c’est Ioannis Tentes, actuel coordinateur national de la lutte contre la corruption et ancien procureur de la Cour de cassation qui devrait en prendre la direction. Tout un symbole.

Pour Filios Stangos, ce sera l’occasion de « tout remettre à plat : un pays de 11 millions d’habitants peut-il s’offrir le luxe d’avoir 7 (et non 11, comme dit par erreur) chaines nationales privées ? C’est un système malsain, ces chaines étant possédées par des chefs d’entreprises qui s’en servent comme moyen de pression sur le gouvernement. Et celui-ci fait aussi pression sur ces chaines puisque leurs autorisations d’émettre sont renouvelées tous les ans ». Reste à savoir si Samaras aura le courage politique de s’attaquer à la refonte du paysage audiovisuel grec et résister à la tentation de placer ses petits camarades dans le futur service public…

Quoi qu’il en soit, l’Union n’a rien à voir dans la décision de fermer l’ERT qui est un choix grec. Il s’est cependant trouvé quelques belles âmes, notamment en France, pour y voir la main de la Troïka : pensez, cet organe, composé des représentants de la Commission, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international, a débarqué lundi pour son passage en revue trimestrielle de l’économie grecque. La « coïncidence » est trop belle pour ne pas alimenter la théorie du complot…

En réalité, la seule chose qu’exigent les Européens est que le mammouth de l’administration publique soit sévèrement dégraissé : en effet, la grande majorité des fonctionnaires ont été recrutés sur une base politique et non sur leur compétence et sans aucun rapport avec les besoins réels de la population. En février 2012, l’ancien premier ministre grec, le socialiste Georges Papandreou a d’ailleurs officiellement reconnu le népotisme et la corruption de l’État : « Notre système politique est responsable collectivement de tous les fonctionnaires que nous avons embauchés par favoritisme, des privilèges que nous avons accordés par la loi, des demandes scandaleuses que nous avons satisfaites, des syndicalistes et des hommes d'affaires que nous avons favorisés et des voleurs que nous n'avons pas mis en prison ».

Le problème est que ces embauches ont abouti à une fonction publique inefficace dans laquelle la population n’a aucune confiance (ce qui explique qu’on refuse de payer ses impôts). Mais l’État grec a résisté aux demandes européennes, car il n’est pas facile de virer ses affidés. Cette fois-ci, la Troïka n’a pas voulu transiger et a exigé une première liste nominative de fonctionnaires à licencier. Samaras, dont le gouvernement vient d’autoriser ses ministres à supprimer par décret les entreprises publiques dont ils ont la responsabilité, a donc pris la décision de fermer l’ERT, organisme inefficace, et de virer – avec indemnités — ses 2656 salariés (CDI et CDD). De toute façon, les choix de Samaras étaient limités, car « la Constitution interdit de licencier des fonctionnaires », rappelle l’historien Nikolas Bloudanis. « Le seul moyen pour le faire est de supprimer les services dont ils dépendent, ce qu’a fait Samaras. Je signale au passage que c’est la première fois que des fonctionnaires ou assimilés vont se retrouver au chômage. Les 1,6 million de chômeurs grecs viennent tous du secteur privé, car on n’a pas voulu toucher à la vache sacrée du service public peuplé de la clientèle des partis politiques. Ceux qui ont payé le prix le plus élevé au sauvetage de la Grèce, ce ne sont pas les fonctionnaires ».

Au final, le conservateur Samaras a sans doute bien joué. D’abord, en apparaissant comme l’homme fort de la Grèce : tout comme Ronald Reagan qui, confronté à la grève des contrôleurs aériens au début des années 80, a pris la décision de les licencier, il fait la même chose avec l’ERT. « Le premier ministre a lancé un message fort à l’intérieur et à l’extérieur du pays montrant sa détermination à promouvoir les réformes indépendamment des réactions de l’opposition et quel qu’en soit le coût politique », écrit ainsi le quotidien Kathimerini. Au passage, il fait oublier l’échec, lundi, de la vente du groupe gazier DEPA à Gazprom, ce qui risque de gravement plomber les finances publiques grecques. Ensuite, il a réussi à faire porter indirectement le chapeau du choix de la fermeture d’ERT à la Troïka avec l’aide de la gauche qui a conforté cette thèse. Ce qui lui permet, au passage, de desserrer l’étau qui enserre la Grèce, Bruxelles étant désormais bien embêtée d’être accusée de vouloir limiter la liberté de la presse. Enfin, en plaçant ses alliés du Pasok et du Dimar devant le fait accompli, il les met au défi d’aller vers des élections anticipées qu’il semble sûr d’emporter. S’ils renoncent, son leadership sera là aussi renforcé. « Il a voulu jouer un coup décisif », confirme Pretenderis. Va-t-il le réussir ?
Source : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2013/06/gr%C3%A8ce-lert-%C3%A9tait-lorganisme-le-plus-corrompu-et-le-plus-dysfonctionnel-de-la-gr%C3%A8ce-.html

mardi 23 avril 2013

La réputation des Grecs

Edmond About, La Grèce contemporaine, Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1863, p. 59 :

"Il est un dernier point sur lequel les apologistes les plus ardents du peuple grec sont forcés de passer légèrement : c'est le chapitre de la probité. Les Grecs se sont fait à l'étranger une réputation détestable en tout pays, on dit un Grec comme on dirait un filou de bonne compagnie. Je suis contraint d'avouer qu'ils ne valent pas mieux que leur réputation. On m'a montré à la cour du roi Othon tel officier supérieur qu'on a surpris plusieurs fois à voler au jeu ; mais on ne montre pas les juges qui ont vendu la justice, les hommes d'Etat qui se sont vendus eux-mêmes et les grands officiers de la couronne qui ont commandé des bandes de brigands : on aurait trop à faire. C'est un axiome chez les Grecs que tous les moyens sont bons pour s'enrichir ; le vol heureux est admiré, comme autrefois à Sparte ; les maladroits sont plaints ; celui qui s'est laissé prendre ne rougit que d'une chose : de s'être laissé prendre."

mardi 26 mars 2013

Jacques Attali : "Ou Chypre devient un pays éthiquement irréprochable. Ou Chypre n’a plus sa place dans la zone euro."

Ethique ou Exit
le 25 mars 2013 17H55 | par
Jacques Attali

L’affaire de Chypre nous rappelle un principe simple : dans une zone d’état de droit, il n’y a pas de place pour une collectivité ne le  respectant pas. 
Et comme on ne peut pas admettre une zone  de non-droit  dans  Marseille, on ne peut pas l’accepter non plus à Chypre. Comme il n’est pas question d’exclure de la nation les  quartiers nord de Marseille, la seule chose à y faire et d’y faire respecter la loi. Par contre, pour Chypre, l’exclusion est possible,  et doit être envisagée. 
Même si la crise de Chypre a été  gérée en dépit du bon sens par un Eurogroupe à la dérive, et  même s’il   est vraisemblable qu’on va trouver les 15 milliards nécessaires pour colmater les brèches d’un système bancaire totalement pourri, on  ne peut durablement admettre, dans une zone partageant une monnaie  tentant de devenir une des plus sérieuses du monde, la présence d’une des places financières les plus opaques de la planète : Ou Chypre devient un pays éthiquement irréprochable. Ou Chypre n’a plus sa place dans la zone euro.

 Pour certains,  la sortie de Chypre n’est pas envisageable parce que cela  conduirait à son effondrement, à la ruine de tous les Chypriotes, au transfert des avoirs de ses banques vers  la partie turque de l’ile et   vers d’autres paradis fiscaux encore moins  fréquentables ;  et  transformerait Chypre en un porte- avion pour des puissances criminelles.

Pour moi, le risque mérite d’être couru : laisser durablement une telle machine de blanchiment de l’argent sale prospérer à l’intérieur de la zone euro, c’est la gangrener de l’intérieur. Elle attirerait de plus en plus de capitaux infréquentables, qui y gagneraient une respectabilité, tout en ruinant celle de l’euro. Les banques chypriotes étant de plus en plus liées à celles du reste de la zone,  celles-ci devraient fermer les yeux sur la nature de plus en plus contestable de leurs déposants.  Dans un monde où l’économie criminelle prend, et prendra, des proportions de plus en plus vertigineuses,   l’euro deviendrait la   monnaie des mafias et  ne pourrait jamais devenir un instrument d’échange mondiaux.  Il faut donc imposer à Chypre, en échange de la solidarité de la zone,  les règles les plus strictes en matière de transparence bancaire,  qui sont exigées, et appliquées, par  les banques françaises, en France.

 Tout cela était prévisible depuis des années. Au moins depuis que la Grèce a échangé avec l’Allemagne l’entrée dans l’Union de Chypre contre celle de la Pologne. Et plus encore depuis que le  défaut des banques grecques sur leurs obligations privées a particulièrement pénalisé les banques chypriotes. On a préféré ne rien faire et attendre la dernière minute, venue avec l’élection présidentielle chypriote. 

Il faut donc en tirer une leçon plus large encore et  cesser d’attendre le dernier moment pour  régler les problèmes devenus insolubles.  En matière d’éthique financière en Europe,  les problèmes sont connus  et nombreux. Il faut oser les aborder au plus tôt :

    Eliminer les autres paradis fiscaux et bancaires : Malte, la Slovénie ; et au-delà, se poser la question du Luxembourg, dont le statut bancaire et fiscal nuira un jour gravement à la crédibilité de l’euro.  Et ne pas faire entrer dans l’eurozone la Lettonie, au système bancaire encore tres  obscur.
    Solvabiliser   les banques de la zone,   aujourd’hui encore  trop souvent financées de facon tres instable et obscure. 
    Gérer l’introduction, éthiquement justifiée,  de la taxe sur les transactions financières d’une facon telle que les marchés n’étouffent pas  en réponse la liquidité  des entreprises, provoquant un nouveau crash majeur.
    Cesser de mentir à tous,  en laissant croire  que la création monétaire suffira à recréer de la croissance et à éliminer la dette. La planche à billets n’est pas éthique ; elle  ne fait que transférer les actifs les moins surs dans les bilans des banques centrales et prépare l’inflation, impôt sur les plus pauvres.
    Éviter le risque de contagion de la crise chypriote aux systèmes bancaires italiens et espagnols. L’Italie, notamment, subit depuis plusieurs mois une baisse préoccupante de l’investissement privé et du crédit bancaire.

Pour  faire tout cela et  rendre éthique la finance, il faudra bien plus qu’une réunion d’un Eurogroupe disqualifié. Cela implique des choix philosophiques  et géostratégiques majeurs. Qui osera les faire ? 

   j@attali.com
Source : http://blogs.lexpress.fr/attali/2013/03/25/ethique-ou-exit/

dimanche 24 mars 2013

Qu'ils s'en aillent : 67 % des Grecs de Chypre sont favorables à la sortie de la zone euro

21/03/2013
Chypre : 67 % des habitants favorables à une sortie de la zone euro et à un resserrement des liens avec la Russie.


Chypre. Un sondage Prime Consulting montre que 67 % des habitants sont favorables à une sortie de la zone euro et à un resserrement des liens avec la Russie.
Source : http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2013/03/21/chypre-67-des-habitants-favorables-a-une-sortie-de-la-zone-e.html

L'erreur de l'entrée du paradis fiscal chypriote-grec dans l'UE

Chypre : les ambitions démesurées de "la petite Suisse de la Méditerranée"
LE MONDE | 20.03.2013 à 14h14 • Mis à jour le 21.03.2013 à 10h12 Par Claire Gatinois

Au centre d'un nouveau psychodrame dans la zone euro, Chypre alimente bien des fantasmes. Au point, estiment certains, de masquer des désordres propres à l'Union monétaire.

L'île d'Aphrodite, grande "lessiveuse" présumée d'argent sale pour oligarques russes, souffre de son statut de place financière offshore. Ce profil économique bancal – la taille du secteur bancaire atteint huit fois la richesse nationale – est à l'origine de sa chute et de l'animosité d'autres pays membres : pourquoi sauver un Etat qui accueillerait sans scrupule ces milliards de dollars à la provenance douteuse ?

Les montants en jeu pour sauver Nicosie de la faillite – 17 milliards d'euros, dont 10 seraient déboursés par l'Europe et le Fonds monétaire international (FMI) – ont beau être dérisoires au regard des sommes mises sur la table pour le voisin grec, il y a blocage.

A écouter Athanasios Vamvakidis, économiste chez Bank of America-Merrill Lynch, cet argent que brassent les banques chypriotes visait au départ à diversifier une économie trop dépendante du tourisme. Tout a commencé il y a plus de vingt ans, dit-il, sous l'impulsion des dirigeants de l'époque. Chypre, à la jonction de l'Europe et du Proche-Orient, se rêvait en "hub" financier. Le pays avait pour cela des atouts. Ancienne colonie britannique, on y parle anglais, l'économie est flexible et la législation inspirée du droit britannique est réputée "business friendly", autrement dit bienveillante envers le monde des affaires.

Très bienveillante même, si l'on observe le taux d'imposition des sociétés, le plus bas d'Europe, 10 % aujourd'hui mais 5 % hier, et 12,5 % demain, suite aux exigences de l'Europe. Selon M. Vamvakidis, ce taux d'imposition ultra-séduisant – "comme en Irlande ou à Singapour", précise-t-il – a servi d'aimant aux capitaux étrangers.

Les entreprises se sont installées dans l'île parfois au travers de simples "boîtes aux lettres" pour en profiter, en déposant tout ou partie de leurs avoirs. Là aussi, les banques chypriotes ont su y faire en rémunérant les dépôts bancaires jusqu'à 5 %. Le taux, d'abord raisonnable, a été augmenté au fur et à mesure de l'aggravation de la crise financière, de peur d'assister à une hémorragie de capitaux, assure M. Vamvakidis.

DOUTES SUR LA MISE EN ŒUVRE DES STANDARDS EUROPÉENS DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT D'ARGENT

Chypre s'est ainsi transformée en une petite "Suisse de la Méditerranée". Et si la République dit répondre aux standards européens de lutte contre le blanchiment d'argent, "il y a quelques doutes sur la bonne mise en œuvre", souffle une source européenne.

La découverte, en 2001, des comptes secrets de l'ancien dictateur serbe Slobodan Milosevic à Chypre a marqué les esprits. Un audit sur le blanchiment est en cours. Mais fallait-il attendre que Chypre s'effondre pour dénoncer ce "paradis bancaire" ?
En 2004, lorsque l'île a intégré l'Union européenne, puis, en 2008, la zone euro, les voix n'ont pas grondé à ce sujet. Ou si peu. A l'époque, Chypre était un problème, mais pour des raisons géopolitiques, dues à l'occupation de sa partie nord par les troupes turques, se souvient Yves Bertoncini, directeur du think tank Notre Europe. Aujourd'hui la "vision romantique" d'une Europe accueillant le plus possible de démocraties n'a plus cours, constate-t-il.

Pour autant, "si la question du blanchiment d'argent est évidemment à traiter, les comptes russes n'ont rien à voir avec l'histoire dont on parle", pense l'économiste Daniel Cohen (membre de conseil de surveillance du Monde), qui rappelle que les déboires du pays sont essentiellement dus aux pertes infligées aux banques chypriotes par la restructuration de la dette grecque. "Que se serait-il passé si les banques de Chypre avaient été "clean" ?, s'interroge-t-il. Je ne suis pas sûr que l'on aurait fait preuve de beaucoup plus d'allant. La vérité, c'est que l'Europe ne veut pas payer pour les banques en difficulté."

Claire Gatinois
Source : http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/03/20/les-ambitions-demesurees-de-la-petite-suisse-de-la-mediterranee_1850849_3214.html

Pays-Bas : le PVV contre les 10 milliards d'euros pour la Chypre grecque

16/03/2013
Geert Wilders dénonce les 10 milliards d'euros pour Chypre.

Pays-Bas. Le PVV dénonce le fait que Chypre va recevoir 10 milliards d’euros, somme à laquelle les Pays-Bas doivent contribuer, alors qu'aux Pays-Bas les économies et les taxes sont accrues.
Source : http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2013/03/16/geert-wilders-denonce-les-10-milliards-d-euros-pour-chypre.html

Voir également : Le député néerlandais Tony van Dijck : "Les Grecs sont et restent des escrocs"

Pays-Bas : Geert Wilders exige que l'argent des contribuables néerlandais ne soit plus gaspillé pour la Grèce parasitaire

Pays-Bas : Geert Wilders et Teun van Dijck exigent des explications quant à l'affaire des 400 chars qui auraient été achetés par les Grecs

Pays-Bas : Geert Wilders humilie la Grèce corrompue 

Comment la Chypre grecque en est arrivée là

Comment Chypre en est arrivée là
Par Fabrice Nodé-Langlois, Service infographie du Figaro

Mis à jour le 19/03/2013 à 10:38 | publié le 18/03/2013 à 19:42

INFOGRAPHIE - Les banques chypriotes, dont les actifs pèsent huit fois le PIB du pays, ont été entraînées par la Grèce où elles ont perdu 5 milliards d'euros. Mais cette crise s'est greffée sur un pays déjà fragilisé par les déficits et la récession.

La petite république de Chypre a beau ne peser que 0,2 % du PIB de la zone euro, les chiffres évoqués à propos de son sauvetage financier donnent le vertige.

Qu'on en juge: le besoin de financement évoqué ces derniers mois tourne autour de 17 milliards d'euros, soit l'équivalent du PIB du pays. Comment la moitié sud de l'île, membre de la zone euro depuis 2008, souvent surnommée la «Suisse de la Méditerranée», en est-elle arrivée là?

La première réponse tient en un mot: Grèce. La République de Chypre, dont le petit million d'habitants est orthodoxe et parle grec, était particulièrement exposée à la situation financière d'Athènes. Il y a un an, lorsque l'Union européenne a imposé un effacement de la dette grecque, entre 73 % et 80 % des créances chypriotes en bons du trésor grecs sont parties en fumée. Soit une perte de 4 à 5 milliards d'euros pour les banques de l'île. À cette perte sèche s'est ajouté un taux dangereux de «prêts non performants», le nom donné aux crédits confrontés à des difficultés de remboursement. Les banques chypriotes avaient prêté aux entreprises et aux ménages grecs à hauteur de 23 milliards d'euros. Au printemps 2012, entre 10 et 14 % de ces prêts étaient jugés «non performants» par Bruxelles. Le séisme grec a conduit Nicosie à nationaliser dans la précipitation la Laiki Bank, le deuxième établissement du pays.

Or, à Chypre, la fragilité du système bancaire conditionne bien plus qu'ailleurs toute l'économie. Celle-ci s'est développée depuis un quart de siècle autour des services financiers grâce à une fiscalité très attractive - l'impôt sur les sociétés est le plus bas de l'UE, à 10 %. «Les actifs bancaires représentent huit fois le PIB», rappellent les experts de Natixis. Parmi les capitaux étrangers arrivés en masse, ceux venus de Russie représenteraient autour de 20 milliards de dollars (environ 15 milliards d'euros). Les investisseurs russes y recherchent des rendements juteux et une sécurité juridique plus confortable que chez eux. Une partie de ces avoirs, dénonce Berlin, relève du blanchiment de capitaux.

Si la Grèce a précipité la crise chypriote, elle ne l'explique pas entièrement. «Chypre a accumulé des déséquilibres budgétaires et extérieurs durant les années fastes», rappelle Bank of America Merrill Lynch dans une note récente. «Certaines de ses régions littorales ont aussi connu une bulle immobilière», ajoute la banque. De fait, les années 2000 furent celles du crédit facile pour les patrons comme pour les particuliers.

Quant au gouvernement, le seul de la zone euro dirigé par un président communiste (jusqu'aux élections des 17 et 24 février remportées par le libéral Nicos Anastasiades), il a laissé filer les dépenses d'un secteur public pléthorique sans engager les réformes structurelles réclamées par Bruxelles.
Secteur public pléthorique

La fragilité financière de l'île est aggravée par la crise économique qui asphyxie toute la zone euro. L'an dernier, le PIB chypriote a reculé de 2,4 % et devrait encore plonger de 3,5 % cette année. Dans un tel contexte, rétablir les finances publiques, soutenir ses banques et honorer ses dettes relevait de la mission impossible sans plan de sauvetage. Nicosie a adressé son appel à l'aide officiel dès juin dernier mais les négociations avec la troïka et Moscou ont traîné. Les Européens attendaient le changement de gouvernement issu des urnes dans l'espoir d'obtenir de Nicosie davantage de réformes, parmi lesquelles des privatisations.

Au final, les experts européens estiment que 10 milliards d'euros sont nécessaires pour recapitaliser les banques chypriotes. C'est le montant de l'aide accordée vendredi dernier à Bruxelles. Mais Chypre a encore besoin de 5 milliards pour financer la dette publique et de 2 milliards pour faire face aux dépenses budgétaires urgentes. Le projet de taxe sur les dépôts bancaires, qui secoue l'île et inquiète les marchés européens, est censé contribuer à ces besoins, à hauteur de 5,8 milliards.
Source : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/03/18/20002-20130318ARTFIG00647-comment-la-chypre-en-est-arrivee-la8230.php

mercredi 20 mars 2013

Banalisation de l'ultra-racisme au sein du milieu scolaire grec

Enet
Grèce : les néo-nazis font régner la terreur à l’école
Traduit par Ermal Bubullima

Publié dans la presse : 8 février 2013
Mise en ligne : vendredi 8 mars 2013

La formation dirigée d’une main de fer par Nikólaos Michaloliákos infiltre un à un tous les secteurs de la société grecque. Après sa percée lors des derniers scrutins, Aube dorée s’invite désormais sur les bancs de l’école. Le corps enseignant s’inquiète de voir le racisme se banaliser au sein même des établissements scolaires et dénonce les violences qui se multiplient. État des lieux.

Par Alexandra Tzavella

Des graffitis qui clament que les îlots d’Imia sont grecs [1] et revendiquent « l’honneur et le sang », des cœurs qui cerclent le logo d’Aube dorée peints sur les sacs, des élèves au crâne rasé qui affichent le logo du parti sur leur blouson : les néo-nazis grecs font une entrée fracassante dans le milieu scolaire. D’autant que les violences racistes explosent, entre élèves et mêmes contre les enseignants.

Certains parents, favorables aux idées de la formation d’extrême-droite, réclament « l’épuration des écoles grecques » ainsi que l’instauration d’une seconde prière, exclusivement réservée aux « élèves grecs ». Preuve du durcissement nationaliste en cours dans le milieu scolaire, la dernière réunion parents-professeurs d’un établissement d’Athènes était occupée par une question centrale : la demande de hisser chaque jour le drapeau grec. En général, le personnel enseignant se tait, par peur.

Agressé à coups de couteau pour avoir critiqué Aube dorée

F., lycéen de Paleo Faliro, une station balnéaire proche d’Athènes, s’est fait agresser un matin juste avant que la cloche ne sonne. Deux individus cagoulés l’ont attaqué à coups de couteau devant les yeux de ses camarades. Sa faute ? S’être moqué d’Aube dorée en public. Le principal accusé dans cette affaire n’est autre qu’un jeune membre du parti néo-nazi, fils d’un policier.

« Au lycée, il y a des élèves qui font partie d’Aube dorée. Tout le monde le sait. Aube dorée est à la mode. Leurs militants, ils écoutent du hard rock, vont dans un café à eux, se coiffent et s’habillent pareil », explique Anastasia, élève à Menidi, près d’Athènes. « Ils écrivent partout des graffitis en l’honneur du parti ; une fois ils ont même giflé une fille qui avait mal parlé d’Aube dorée. »

Dans un collège d’Athènes, les jeunes militants d’Aube dorée s’amusent même à persécuter les migrants. Le vendredi, ils se retrouvent à la fin des cours pour jouer au « Paki ». La règle de ce jeu est très simple : il suffit de voler les fruits et légumes des épiceries tenues par les Pakistanais est de les jeter sur les immigrés du quartier.

Des enseignants désemparés

Une professeure d’un collège de Kamatero, dans la banlieue d’Athènes, raconte qu’à l’automne un de ses élèves lui a conseillé de ne pas assister à la fête du 17 novembre (qui célèbre la révolte contre la dictature des colonels en 1974, NDT). Il lui a dit : « Madame, n’y assistez pas, nous préparons une action violente ». « J’ai répondu avec humour, si vous faites ce genre de choses, prévenez-moi la veille que je ne vienne pas », rit-elle, avant de reconnaître qu’elle a peur. « De nombreux élèves sont membres de la section locale d’Aube Dorée. Ils ont le crâne rasé et portent des blousons avec le logo du parti ».

De fait, aborder les questions de racisme devient de plus en plus compliqué pour le corps enseignant. « Qu’y a-t-il de mal avec le racisme ? Nous sommes saturés d’immigrés. » Voilà ce que cette professeure s’est vu rétorquer par certains de ses élèves de 3e. « Je leur ai répondu en rappelant que le principe de base d’Alexandre le Grand était que ‘celui qui reçoit une éducation grecque est Grec’ ». « Cela les a remis en question », ajoute-t-elle, comme pour se rassurer.

Une croix gammée dessinée sur le tableau de la classe

Malheureusement, le racisme ne s’invite pas seulement dans le secondaire, même les écoles primaires sont touchées. En rentrant dans sa classe après une récréation, Xristos G., instituteur à Nea Ionia, autre banlieue du nord d’Athènes, a eu la désagréable surprise de découvrir une croix gammée dessinée à la craie sur le tableau noir. Aucun de ses élèves n’a osé se dénoncer et aucun n’a répondu quand il a demandé s’ils savaient ce que cela symbolisait.

Au lieu de faire cours de maths comme c’était prévu, il a donné une leçon d’histoire. « Comment aurai-je pu leur parler de divisions alors qu’une croix gammée recouvrait le tableau ? Alors je leur ai parlé du nazisme. Mais à la réunion avec les parents d’élèves qui a suivi, je me suis fait accuser d’avoir fait de la propagande. »

« Ensuite a réunion a dégénéré. Un père, membre d’Aube dorée, m’a demandé de déplacer son fils pour qu’il ne soit plus assis à côté d’une petite Albanaise », poursuit cet instituteur, choqué. « Nous ne pouvons pas laisser les écoles devenir des lieux où se développe l’idéologie nazie. Il y avait bien des incidents racistes avant l’émergence d’Aube dorée, mais là, ça dépasse les limites. »

Des parents qui ne veulent plus des élèves immigrés

« Les petits répètent sans comprendre tout qu’ils entendent de leurs parents », observe Evi Andrianou, institutrice dans une école maternelle où sont scolarisés de nombreux enfant issus de l’immigration. « Plusieurs fois j’ai entendu des phrases comme ‘pars d’ici, sale étranger’ où ‘je ne veux pas jouer avec toi, sale tsigane’. Après ils oublient, et ils continuent à jouer. » Aujourd’hui, elle essaie de mettre en place des activités pour lutter contre le racisme.

Elle raconte aussi qu’un père membre d’Aube Dorée a demandé à une de ses collègues d’empêcher sa fille de jouer avec des « étrangers » : « Ne la laissez pas avec eux. Je ne veux pas qu’elle joue avec des petites tsiganes. » Et à Chalandri, dans le nord-est d’Athènes, l’association des parents d’élèves a décidé de chasser les enfants roms des écoles. Plusieurs sources indiquent que cette action a été menée par des parents militants d’Aube Dorée. « Ils assurent que la fréquentation des Roms a une mauvaise influence sur les autres enfants », témoigne un instituteur.
Réagir à cet article

[1] îlots chypriotes disputés entre Athènes et Ankara qui ont suscité les très violents troubles en 1996, NDT
Source : http://balkans.courriers.info/article21792.html
  
Voir également : Les milices ultra-nationalistes, racistes et conspirationnistes s'épanouissent en Grèce

Grèce : pas d'excuses pour les électeurs de l'extrême droite ultra-nationaliste (LAOS et "Aube Dorée")

Une spécificité grecque : le néo-nazisme germanophobe (sic)

La majorité des policiers athéniens auraient voté pour le parti néo-nazi

Des Grecs attaquent sauvagement des immigrés isolés, dont une femme afghane et ses enfants

Allemagne : un Grec victime d'un groupe de néo-nazis


Le Comité Juif Américain tire la sonnette d'alarme concernant la participation de l'extrême droite grecque fanatique à l'"union nationale"

Bild : les Juifs allemands inquiets et mécontents de l'entrée éventuelle du parti extrémiste LAOS dans le "gouvernement grec d'union nationale"


Pas facile d'être juif en Grèce...

Haine anti-européenne au sein de l'armée grecque

Bouc-émissairisation des Européens albanais en Grèce

Xénophobie anti-européenne au sein de la population grecque

Ce qu'est l'économie chypriote-grecque

Chypre
Chypre. L’économie se résume à la finance et au tourisme

Économie lundi 18 mars 2013

Chypre envisage de taxer les dépôts bancaires en échange d’un plan d’aide international pour régler sa crise. Ce projet qui n’est pas sans faire de remous est l’occasion d’un décryptage de l’économie chypriote, basée uniquement sur le tourisme et la finance

Un plan d’aide de la taille du PIB

Chypre demande à l’Union européenne, à la Banque centrale européenne et au FMI de participer à un plan d’aide de 17 milliards qui lui permettrait de faire face à la crise bancaire déclenchée l’an dernier par les deux premiers établissements de l’île. 17 milliards, cela paraît peu après les quatre plans d’aide à la Grèce, à l’Irlande, au Portugal et à l’Espagne, mais c’est tout de même l’équivalent du Produit intérieur brut de l’île.

Les Russes très exposés

La taxe de 6,75 % (9,9 % au-dessus de 100 000 €) sur les dépôts bancaires devrait rapporter 5,8 milliards. Cela douche les 840 000 Chypriotes, mais l’Union européenne a exigé cette taxe en pensant surtout aux étrangers qui détiennent des fonds dans ce paradis fiscal auquel on reproche le blanchiment d’argent. Ils supporteront les deux tiers de la facture, même si à Chypre, seuls 37 % des dépôts sont détenus par des étrangers. À eux seuls, les Russes détiendraient 15 à 20 milliards sur les 68 milliards de dépôts même si Chypre garantit l’anonymat des dépôts. Le géant Gazprom, le pétrolier Loukoïl et la holding Evraz sont enregistrés à Chypre pour profiter du traité fiscal bilatéral de 1998. Le gouvernement chypriote souligne régulièrement qu’il ne faut pas confondre évasion fiscale et blanchiment d’argent. L’évasion fiscale, favorisée par l’imposition à 10 % des sociétés que l’Union européenne veut voir relever à 12,5 %, existe bel et bien mais elle est légale. L’OCDE a d’ailleurs classé Chypre en 7e position pour ce qui est des lois anti-blanchiment, devant la France (9e). Sans doute, mais les services secrets allemands ont révélé que ces lois vertueuses étaient peu appliquées.

La finance plombe l’économie

Le secteur bancaire, qui accordait des prêts généreux (l’endettement des ménages atteint 159 % du Produit intérieur brut), est entré dans une crise profonde. Banque de Chypre et Banque populaire de Chypre, qui ont bu la tasse dans les turbulences de la crise grecque, ne prêtent plus. La première chaîne de distribution est au bord de la faillite. Les promoteurs sont à bout de souffle. La construction est au point mort. Trois entreprises ferment chaque semaine.

Le salut pourrait venir d’« Aphrodite »

Or, le pays ne peut guère compter que sur la finance, qui représente sept fois la taille de son économie, et le tourisme. Il ne produit pratiquement rien, à part du cuivre, des pommes de terre, des citrons et des oranges qui constituent l’essentiel de ses exportations. Le salut pourrait venir d’énormes réserves de gaz découvertes en 2011. Il y a dans la nappe baptisée « Aphrodite » l’équivalent de onze siècles de consommation pour Chypre. Mais comme il n’est pas question d’utiliser le gazoduc Nabucco projeté par la Turquie, qui occupe la moitié de Chypre depuis 1974, il faudra attendre la construction d’une usine de liquéfaction, laquelle n’aboutira pas avant 2019. En attendant, le chômage atteint 15 % alors que l’île connaissait encore le plein-emploi, il y a quatre ans.

Even VALLERIE.
Source : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Chypre.-L-economie-se-resume-a-la-finance-et-au-tourisme_6346-2174425-fils-10_filDMA.Htm

La crise chypriote-grecque : pas la faute des Allemands

Chypre : La crise ? La faute de Merkel, bien sûr !
19 mars 2013
El Mundo Madrid

Le plan d’aide lancé par l’Eurogroupe en contrepartie d’une taxe sur les dépôts bancaires chypriotes a suscité de violentes réactions. L’Allemagne est souvent accusée d’avoir encore voulu punir un pays en difficulté. Ce n’est pourtant pas la chancelière qui est responsable des errements de l’île, rappelle un économiste.
John Müller

Le dernier épisode de la crise européenne n'est pas la faute des Chypriotes, mais d'Angela Merkel et de son gouvernement. Ne perdez pas de temps à chercher des explications ! Ce n'est pas la faute d'un secteur bancaire hypertrophié qui détient 128 milliards d'actifs alors que le PIB du pays est de 17 milliards d'euros, blâmons plutôt Angela Merkel.

Ce n'est pas la faute de quelques banques qui ont accepté les yeux fermés, et sans poser de question, les 21 milliards d'euros déposés par des oligarques russes et autres millionnaires arabes (aux fortunes difficilement justifiables), comme l'ont révélé les services de renseignement allemands en novembre 2012. Ces banques ont exécuté des "International Personal Banking" et se sont par ailleurs livrées à de "l'optimisation budgétaire", mais Angela Merkel, en revanche, a une morale protestante.

Ce n'est pas non plus la faute des directeurs de ces mêmes banques qui ont investi 50 % – oui, 50 % – de leurs avoirs dans des obligations grecques, par pur patriotisme (la moitié du territoire de Chypre est grec), même s'ils savaient qu'ils risquaient de tout perdre. Non, il faut en vouloir à Angela Merkel.

Ce n'est pas la faute de Sigmar Gabriel, sympathique leader social-démocrate allemand, qui a privé la chancelière de toute marge de manœuvre : "Je n'imagine pas le contribuable allemand venir au secours de quelques banques chypriotes dont le modèle est conçu pour favoriser l'évasion fiscale". C'est avant tout et surtout, bien sûr, la faute d'Angela Merkel.
Bêtise après bêtise

Il en va de même pour l'ancien président chypriote, le pathétique Dimitris Christofias, un despote formé au Komsomol – petit nom de la jeunesse communiste – ce qui explique peut-être le grand nombre de comptes russes [ouverts dans l'île]. A aucun moment, il n'a consulté ses ministres, le Parlement ou la banque centrale. The Guardian, un journal qui n'a jamais été soupçonné d'hostilité, l'a accusé en décembre 2012 de transformer le pays "en un Etat lamentable". C'est Christofias qui s'est obstiné à maintenir dans son port [Limassol] le Monchegorsk, un bateau contenant un cargaison d'armes et de munitions pour le Hezbollah qui a explosé en 2011 et détruit la seule centrale électrique du pays.

Il a également apporté son appui au directeur de l'une des deux grandes banques, Marfin Laiki, quand celle-ci a transféré son siège en Grèce, malgré l'opposition de la banque centrale. Sa dernière bêtise a été de refuser de négocier la fusion du système bancaire chypriote avec les banques grecques quand la fameuse remise de dette a été décidée. Ce génie de l'économie a alors précipité le pays dans la faillite. Mais non, c'est la faute à Merkel.
Saigner à blanc les Chypriotes

Il ne semble pas non plus que la responsabilité incombe à son brillant successeur, Nicos Anastasiades, un faible qui au lieu d'agir "fait porter le chapeau à l'Europe". Anastasiades se fonde sur des demi-vérités pour saigner à blanc ses concitoyens, au lieu de commencer à faire payer les actionnaires et les créanciers des banques. Mais évidemment, cela supposerait de mettre fin à un système financier juteux que certains ont mis en place et dont ils espèrent continuer à vivre. [Wolfgang] Schäuble [le ministre des Finances allemand] lui a rappelé hier que le hold-up des déposants n'était pas une idée allemande. Mais non, c'est la faute à Merkel.

Et c'est d'autant plus vrai que Merkel à laissé Anastasiades jouer avec le prestige de la zone euro, comme Papandreou l'avait fait avant lui. Sans compter qu'il y a 4 ans, elle n'a pas eu la fermeté d'opposer son veto à l'entrée de Chypre dans la zone euro. Ajoutez à cela qu'elle s'est laissée embobiner par la certification de l'OCDE, selon laquelle Chypre respectait 40 directives anti-blanchiment. Et c'est d'ailleurs aussi la faute de Christine Lagarde, du FMI, qui l'a soutenue. Vous vous rappelez qui a fourni au ministre grec la liste des fraudeurs fiscaux, celle qui s'est perdue ? Comme si Lagarde n'était pas au courant de ce qui se passait dans le système bancaire chypriote…

Mais non, c'est la faute à Merkel ! Et il ne saurait en être autrement, sans quoi nous serions renvoyés à notre propre incurie.

Traduction : Leslie Talaga


Vu d’Allemagne
Exproprier n’est que justice


Ce 19 mars, dans la presse allemande, la Süddeutsche Zeitung se distingue par un commentaire pro-expropriation : "Qui profite doit payer", titre le quotidien de centre-gauche qui juge :

    Oui, un gouvernement a le droit [d’exproprier les citoyens] — et dans le cas de Chypre, c’est même juste, au moins sur le principe. [...] Le modèle économique qui marie le dumping fiscal à un faible contrôle financier tout en lançant des offres pour séduire les millionnaires étrangers n’a pas été imaginé à Berlin ou Paris mais à Nicosie. [...] C’est pourquoi l’épargne est en danger là bas, et pas ici.

Le quotidien de Munich estime cependant qu’il est crucial de protéger les "petits épargnants innocents". Il reproche au président Anastasiades d’avoir dressé son opinion publique contre les partenaires européens en prétendant que l’implication des petits épargnants était inévitable afin de masquer le fait qu’il ne tient pas à abandonner le modèle économique de l’île, selon la SZ.
Source : http://www.presseurop.eu/fr/content/article/3560501-la-crise-la-faute-de-merkel-bien-sur

Stéphane Déo : "Les Chypriotes ont fait n'importe quoi en laissant leur secteur bancaire atteindre une telle taille."

18 mars 2013
Chypre: nationalisation partielle des comptes bancaires

Samedi, Chypre est devenu le cinquième pays de la zone euro à bénéficier d’un plan d’aide, après la Grèce, l’Irlande, le Portugal et l’Espagne (pour ses banques). Dix milliards d’euros vont lui être versés, loin des 240 milliards déversés en Grèce. Surtout, pour la première fois, les dépôts bancaires vont être mis à contribution. Une mesure qui passe mal : le Parlement ne se réunira finalement qu’aujourd’hui et la fermeture des banques, destinée à éviter des retraits massifs, a été prolongée jusqu’à jeudi matin.

    Comment Chypre en est-elle arrivée là ?

Grande comme la Corrèze, Chypre (0,2 % du PIB de la zone euro) a bâti sa prospérité sur la marine marchande et surtout les services financiers, qui, rapportés à la taille du pays, arrivent en deuxième place de l’UE, après le Luxembourg. Comme en Irlande ou en Islande, la crise de Chypre est d’abord une crise des banques. Déjà affaiblies par la crise financière de 2008, celles-ci ont pris de plein fouet l’effondrement de la Grèce, premier partenaire économique de l’île. Avec la restructuration de la dette grecque, les banques chypriotes ont perdu 4 milliards d’euros. Seuls des prêts d’urgence de la BCE ont maintenu en vie ces derniers mois les deux plus grosses banques du pays, Bank of Cyprus et Popular Bank (nationalisée en 2012).

    Quel est le plan de sauvetage décidé par la zone euro ?

Chypre avait besoin de 17 milliards d’euros, dont 10 pour sauver son seul secteur bancaire. Le problème est qu’un tel prêt n’aurait jamais pu être remboursé, car il correspond au revenu annuel du l’île : le taux d’endettement aurait bondi à 160 % du PIB. Autrement dit, d’ici quelques années, il aurait fallu restructurer la dette chypriote et donc transférer le sauvetage des banques chypriotes sur les contribuables de la zone euro… Inacceptable non seulement pour la zone euro, mais aussi pour le Fonds monétaire international (FMI).

Ce seront donc 10 milliards d’euros qui seront débloqués par le Mécanisme européen de stabilité (MES) ce qui permettra de contenir la dette à 100 % du PIB à l’horizon 2020. Pour combler le surplus, Chypre s’est engagé à prélever une taxe non renouvelable de 6,75 % sur les dépôts bancaires en deçà de 100.000 euros et de 9,9 % au-delà (capital et intérêts compris). Le montant des dépôts atteignant plus de 70 milliards d’euros, cela permettra de lever 5,8 milliards. Tous les comptes sont concernés : à vue, d’épargne, assurance-vie, en actions, de particulier et d’entreprise, résident et surtout non-résident (la moitié des dépôts). Pour éviter une fuite massive de capitaux, les sommes dues sont d’ores et déjà isolées et gelées sur les comptes en attendant le vote de la loi qui permettra de les verser à l’État chypriote.

Cette taxe exceptionnelle sera compensée à « 100 % », selon Michalis Sarris, le ministre des finances chypriote, par une distribution d’actions des banques concernées. Mais, dans un premier temps du moins, elles risquent de vite se déprécier… Le communiqué de l’Eurogroupe précise que les créanciers non privilégiés des banques verront aussi leurs créances transformées en actions. Le paradis fiscal chypriote en prend un coup au passage : à l’avenir, les intérêts servis par les banques seront imposés et l’impôt frappant les sociétés passera de 10 (le niveau le plus faible de l’UE) à 12,5 % (le niveau irlandais).

    Quelles seront les conséquences pour les Chypriotes ?

La taxe sur les dépôts sera prélevée en une fois, ce qui sera violent pour les petits comptes. En même temps, il faut avoir à l’esprit que les intérêts versés par les établissements chypriotes sont particulièrement élevé : une banque comme la PrivatBank (filiale de la plus grande banque ukrainienne) propose de 3,2 % à 9,5 % (selon la somme et la durée de dépôt)… En clair, le prélèvement revient à priver les épargnants d’une année ou deux d’intérêts bancaires. « Placer son argent dans de telles banques, c’est prendre un gros risque. Il s’est réalisé, c’est tout », explique Jean Pisani-Ferry, le patron du centre de réflexion Bruegel.

Surtout, cet ensemble de mesures épargnera à l’île une cure d’austérité à la grecque pour ramener la dette publique à des proportions raisonnables. Certes, l’Eurogroupe réclame un effort supplémentaire de diminution des dépenses publiques de 4,5 % du PIB, mais la taxation des dépôts permettra d’éviter « des coupes dans les salaires et les retraites », selon Sarris.

Quand au risque de « bank run », c’est-à-dire d’une fuite massive de capitaux, il paraît limité, à la fois parce que la taxe sera prélevée une fois pour toutes et parce qu’une bonne partie de l’argent placé à Chypre serait de l’argent sale, ce qui explique d’ailleurs la forte réticence allemande à aider Nicosie. « Cet argent n’a pas quitté l’île, car quasiment aucun autre pays ne serait prêt à l’accepter tellement il sent mauvais », explique une source d’une banque d’investissement qui a requis l’anonymat. Quant à un « bank run » européen, personne n’y croit : pourquoi un Français placerait-il son argent en Allemagne alors que son système bancaire a fait preuve de sa solidité ?

Cette crise permettra d’assainir la bulle financière : l’Eurogroupe exige que le secteur bancaire chypriote soit ramené d’ici à 2018 de 8 fois à 3,5 fois le PNB, en ligne avec la moyenne de l’UE (trois fois en France). Pour les Européens, ce coup de torchon est aussi un coup de pied dans la fourmilière de l’argent sale. Malgré les démentis de Nicosie, l’île est soupçonnée de ne pas être assez regardante sur l’origine des milliards de capitaux russes qui y ont afflué. De fait, une bonne partie des comptes touchés sont russes : selon Moody’s, l’agence de notation, les avoirs russes à Chypre s’élève à 14,6 milliards auxquels s’ajoutent 9,2 milliards d’avoirs de banques russes dans des établissements chypriotes. Est-ce la mise à mort de la poule aux œufs d’or  dont  a vécu toute l’ile ? C’est bien l’angoisse des milieux d’affaires locaux : "Il y a un risque très important que cela sonne le glas de Chypre » comme business center international, se lamentait ce week-end Marios Skandalis, vice-président de l'Institut des experts comptables publics.

    Un autre plan était-il concevable ?

Laisser les banques faire faillite aurait contraint Chypre à trouver 30 milliards d’euros pour rembourser les dépôts à hauteur de 100.000 euros comme le prévoit une directive européenne (qui ne joue qu’en cas de faillite bancaire). Évidemment inimaginable. Autrement dit, les Chypriotes auraient quasiment tout perdu et surtout, l’économie réelle, qui n’aurait plus été financée, aurait été durement touchée. De même, le gouvernement chypriote a écarté l’idée de saisir uniquement les comptes non résidents (solution islandaise), de peur de compromettre définitivement l’attractivité de l’île. C’est d’ailleurs pour cela qu’il a aussi refusé de ne taxer que les comptes non résidents.

C’est aussi pour cela que Nicosie s'est opposé à ce que les petits comptes soient exclus de cet impôt, comme l’a demandé hier Martin Schulz, le président du Parlement européen, qui suggère un abattement de 25.000 euros. « Si les Chypriotes veulent obtenir une telle décote maintenant pour des raisons de justice sociale, il faudra qu’ils demandent l’autorisation de leurs partenaires », dit-on à la Commission."Or, le temps presse".

Enfin, une restructuration de la dette chypriote a été écartée, car la zone euro s’est engagée à ce que la Grèce reste un cas exceptionnel. Un changement de cap aurait déclenché un nouveau vent de panique sur les marchés financiers. « On aurait certes au moins pu contraindre tous les créanciers, privilégiés ou non, des banques chypriotes à prendre leur perte en convertissant leurs prêts en actions », explique Stéphane Déo, chef de l’allocation d’actifs chez UBS. « Cela aurait été moral, car ils ont pris un risque. Mais, en économie, la morale n’a rien à faire : il y aurait eu un risque de panique, plus personne ne prêtant d’argent aux autres banques des pays les plus faibles de peur se faire rincer ».

Finalement, ce sont toujours les citoyens qui payent pour les erreurs de leurs banques, que ce soit sous forme d'augmentation des impôts ou de coupes dans les dépenses publiques : "moralement, faire payer les dépôts bancaires, c'est ce qu'il y a de plus moral", estime Stéphane Déo. "Les Chypriotes ont fait n'importe quoi en laissant leur secteur bancaire atteindre une telle taille. Maintenant, il faut payer l'addition et il est normal que ce ne soient pas les citoyens européens qui soient mis à contribution".
Source : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2013/03/chypre-les-comptes-bancaires-au-secours-des-banques.html

Chypre grecque : risque de panique bancaire

Chypre, ou le risque d'une panique bancaire
LE MONDE | 18.03.2013 à 12h13 • Mis à jour le 18.03.2013 à 12h19 Par Éditorial du "Monde"

Editorial. En finance, on ne prend pas un risque dont on ne sait mesurer les conséquences. Pourtant, depuis qu'a éclaté la crise mondiale du surendettement en 2007, ce choix a été fait à deux reprises. En septembre 2008, l'administration Bush a laissé Lehman Brothers, la quatrième banque d'affaires américaine, tomber en faillite, créant une syncope bancaire généralisée sur toute la planète. A l'automne 2010, à Deauville, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont décidé que les pays de la zone euro ne rembourseraient pas nécessairement leurs dettes à l'avenir : ils ont ainsi accéléré la crise financière non seulement en Grèce, mais aussi au Portugal, en Irlande, en Espagne et en Italie.
Comme si ces précédents n'avaient pas suffi, les Européens et le FMI ont tenté ce week-end une troisième expérimentation : organiser un prélèvement sur les comptes bancaires des Chypriotes. Il a été décidé de ponctionner d'autorité 6,75 % des dépôts jusqu'à 100 000 euros, 9,9 % au-delà. L'idée est de faire participer au plan de sauvetage du pays les Chypriotes et surtout les Russes, qui en ont fait leur base arrière, pour ne pas dire la "lessiveuse", de leurs financements. Ils y ont déposé plus de 20 milliards d'euros sur un total de 70 milliards de dépôts. La mesure, qui doit rapporter 5,8 milliards d'euros, a permis de baisser l'ardoise du plan de sauvetage de l'île, jugé inacceptable par les Allemands : celle-ci ne devrait être que de 10 milliards d'euros – 9 milliards financés par la zone euro, 1 milliard par le FMI –, contre 17 milliards d'euros prévus initialement.

Nul ne peut mesurer les conséquences de cette décision. A Chypre d'abord, où les épargnants se sont rués sur les distributeurs de billets, à peine connu le plan. Son annonce met en grande difficulté le président de la République, Nicos Anastasiades, en place depuis deux semaines. Devant la colère des électeurs-déposants chypriotes, M. Anastasiades a dû reporter le vote du Parlement de Nicosie prévu dimanche, afin d'entériner une décision dont la légalité devra être assurée. Pour calmer le jeu, le taux des prélèvements pourrait être plus progressif, histoire de ménager les épargnants les plus modestes.

Surtout, il est très difficile de prévoir le possible effet de contagion du plan chypriote. La zone euro est en rémission depuis l'été 2012. La Banque centrale européenne avait alors annoncé qu'elle soutiendrait quoi qu'il arrive la monnaie unique, tandis qu'Angela Merkel avait décrété que la Grèce, finalement, resterait dans la zone euro.

Ce week-end, les Européens et le FMI ont pris le risque de relancer la défiance contre la monnaie unique. Lundi matin, les Bourses et l'euro étaient en baisse. Il convient de s'assurer que les épargnants espagnols, portugais, irlandais, italiens ne vont pas retirer à leur tour leurs économies, décidément bien peu en sécurité dans les banques.

Les dirigeants européens répètent que la spectaculaire taxation des dépôts chypriotes restera exceptionnelle, voire unique. Un principe sacro-saint a toutefois été brisé : jusqu'ici, les comptes étaient garantis partout dans la zone euro, jusqu'à 100 000 euros. Depuis samedi, ce n'est plus tout à fait le cas.

Éditorial du "Monde"
Source : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/03/18/chypre-ou-le-risque-d-une-panique-bancaire_1849913_3232.html