mercredi 20 février 2013

Mauvaise nouvelle pour Athènes : la coopération stratégique entre la Serbie et la Turquie se poursuit

Turkey calls Serbia strategic partner in region

Details Published on Saturday, 02 February 2013 04:55 Written by BC-Stuff

Foreign Minister Ahmet Davutoğlu stated that Turkey regarded Serbia as a strategic partner in the international arena, during a press conference he and his Serbian counterpart, Ivan Mrkic, held in Belgrade on Friday.

Davutoğlu stated that the relationship between the two countries contributed to regional stability, adding that Serbian President Tomislav Nikolic's visit to Turkey planned for next week was an indication that official talks between Turkey and Serbia would continue. Davutoğlu also recalled that Serbian President and Prime Minister Ivica Dacic paid visits to Turkey in the past.

Highlighting that both countries had a strong political will, which is required to enhance economic cooperation, Davutoğlu said Nikolic was scheduled to meet with Turkish business circles during his visit to Turkey.

Davutoğlu noted the bilateral trade volume between the two countries as $550 million, adding that this figure could go up to $1 billion over the next few years. He further highlighted the timing of the improvement of economic cooperation, which was of great importance as it came during the economic crisis in Europe.

The Turkish foreign minister, noting that Turkey supported the negotiation process between the Prishtine and Belgrade administrations, said the country was ready to contribute to this process in every way possible. Davutoğlu also mentioned the trilateral Bosnian-Serbian-Turkish mechanism, which he said Turkey planned to continue supporting. He acknowledged that Turkey and Serbia shared a common vision in the Balkans and Southeastern Europe and suggested that historical ties should be more important for the countries of the region and people should leave their prejudices aside.

Speaking at the press conference in Serbia, Mrkic talked about Nikolic's visit to Turkey next week, stating, "This visit will be an indication of the friendship between the two countries."


Davutoğlu also had talks with Serbian Prime Minister Ivica Dacic, Deputy Prime Minister Rasim Ljajic and State Minister Sulejman Ugljanin.

After participating in midday prayers at the historic Bajrakli Mosque, Davutoğlu attended a lunch given in his honor by Mrkic.

Meanwhile, Serbian President Tomislav Nikolic will arrive in Turkey on Monday as part of an official two-day visit at the invitation of President Abdullah Gül, the President's Office announced on Friday.


The statement by Gül's office said Nikolic's visit will be the sixth presidential visit between the two countries in the past five years. The Turkish president last visited Serbia when he participated in a trilateral Bosnian-Serbian-Turkish summit in Karadjordjevo in April 2011, while Nikolic came to İstanbul in June of last year to attend a summit organized by the Organization for the Black Sea Economic Cooperation (BSEC) where he privately met with Foreign Minister Ahmet Davutoğlu to discuss regional political and economic cooperation.

The statement went on to say that officials will review bilateral relations between the two countries with a view to maintaining peace, stability and security in the Balkans. The officials will also exchange views on current regional and international affairs.

The statement described the visit of the Serbian president as a "new phase" of intense relations between Turkey and Serbia that has accelerated in recent years and has been of extraordinary benefit to regional peace and security. It added that Nikolic's visit will help foster greater cooperation opportunities between the two nations.

The last presidential visit from Serbia to Turkey was in 2007 by then-Serbian President Boris Tadic, which was then followed by a visit by President Gül in October 2009.
Source : http://www.balkanchronicle.com/index.php/world/world-news/balkans/2835-turkey-calls-serbia-strategic-partner-in-region

2/7/2013 12:41:00 PM
Nikolic: Serbia Turkey's economic bridge to Europe

BELGRADE – Serbia can be Turkey's economic bridge to the Russian Federation and Western Europe, which makes the potentials of the two countries' business cooperation almost limitless, Serbian President Tomislav Nikolic stated at the end of his first official visit to Turkey.
In an interview for the Turkish national television, Nikolic stated that the former Turkish Empire spread across Serbia to the west and now Turkey can achieve the same goal in economic terms in the same way.

Serbia can be a great bridge between the EU and other countries and an exceptional bridge between the Russian Federation and other countries, and Serbia's agreement with Russia is a basis for many individuals to create additional capital in Turkey, for many Serbian citizens to get jobs and for the Turkish budget to be full enough to resolve social problems of Turkish citizens, Nikolic said.

He recalled that Serbia can export almost 80 percent of its goods to Russia tax free, it just needs to produce it and for that, it needs to cooperate with other countries.Capital investments in Serbia would be a mode of short-term cooperation, while long-term cooperation would imply construction of industrial facilities and factories which would export goods to the Russian Federation and that would set up strongest bilateral ties, Nikolic said.

Stating that there is a lot of room for enhancement of political cooperation between Serbia and Turkey, Nikolic said that Serbia can achieve the role of a factor of peace and stability in the Balkans only with extensive cooperation with Turkey and its influence in the region is increasing.
The only problem in the relations between the two countries lies in the fact that Turkey has recognised Kosovo's independence, Nikolic said and added that Serbia is now cooperating with countries whose view of the Kosovo issue differs from its own.

Exchange between Serbia and Turkey will soon reach the figure of EUR 1 billion and this will be achieved without EU membership, as shows that the economies of EU hopefuls can develop outside the frames of the EU, Nikolic said.
“Serbia was a truthful partner of many poor countries in the Non-Aligned Movement. In the meantime, those countries experienced a steep rise and development and now they are helping Serbia rise as well, but we will never renounce the EU and we will fulfil all the conditions acceptable for a sovereign country,” Nikolic said.

Reflecting on the problems Serbia and Turkey are facing on their EU paths, Nikolic said that unlike Turkey which has simply been waiting too long for the EU to grant its accession, Serbia fears that it will be given green light for accession only on condition that it recognises an independent Kosovo.
“In this case, we would stop discussing membership with the EU,” Nikolic said and underscored that when it comes to regulations and organisation in the country, Serbia is in a sense already a part of the EU.
“We have adopted many laws and regulations which turned Serbia into a just and fair country with equal rights and obligations, and a safe and stable state which attracts foreign investors,” Nikolic said and added that in this sense, the country is already in the EU, and whether it would become a member formally is no longer up to Serbia.

Setting conditions for Serbia to recognise Kosovo's independence would be a sign that the EU does not want Serbia in its lines, Nikolic said and added that this is why Serbia has been working on rebuilding its old friendships at an accelerated pace since the constitution of the new government.
Source : http://www.tanjug.rs/news/76139/nikolic---serbia-turkeys-economic-bridge-to-europe.htm

Voir également : Mauvaise nouvelle pour Athènes : la Turquie et la Serbie signent un plan de coopération militaire

Olli Rehn : la lutte contre le blanchiment d'argent, "une condition sine qua non" pour un plan d'aide à la Chypre grecque

Bruxelles douche les espoirs de Nicosie sur une restructuration de la dette

Le Monde.fr avec AFP | 12.02.2013 à 11h30 • Mis à jour le 12.02.2013 à 16h23

La Commission européenne ne prépare pas de plan de restructuration de la dette chypriote. Le ton du commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, à l'issue de la réunion des ministres des finances de l'Union européenne, est clair.

Par ailleurs, interrogé sur la possibilité que les déposants des banques chypriotes puissent perdre de l'argent dans le cadre d'un renflouement, il a répondu que "l'intention de la Commission est de faire en sorte qu'il y ait un partage équitable du coût d'une restructuration ou d'une liquidation des banques chypriotes". "Nous travaillons à une solution qui assure à la fois la pérennité financière de Chypre et une gestion durable de sa dette", a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée, Vassos Shiarly, le ministre des finances chypriote, demandait la même solidarité européenne à l'égard de son pays que celle qui a été témoignée à la Grèce. "Nous espérons la même solidarité, ce qui n'a pas été le cas jusqu'ici", plaide M. Shiarly dans le Handelsblatt, mardi, soulignant que la restructuration de la dette grecque a beaucoup coûté à Chypre. "Cela a été une catastrophe pour Chypre. Pas seulement parce que cela nous a coûté un quart de notre produit intérieur brut et a détruit notre économie. C'est aussi pour moi une question de principe : les dettes publiques ne doivent pas être effacées. Les Etats doivent trouver les moyens de remplir leurs devoirs", ajoute M. Shiarly.

ESPOIR D'UN "ACCORD SUR UN PROGRAMME D'AIDE"

Pour ce qui est de Nicosie, "nous ne demandons pas de cadeau mais des crédits que nous rembourserons jusqu'au dernier centime", ajoute-t-il, affirmant que le financement de son pays était pour l'instant assuré jusqu'à fin avril. D'ici à juin, date à laquelle son pays devra refinancer pour 1,4 milliard d'euros d'obligations, il espère un "accord sur un programme d'aide".

Interrogé sur les besoins de financement des banques chypriotes, M. Shiarly estime que le chiffre de 10 milliards d'euros avancé par des analystes est surévalué.

Lire : Les options de Bruxelles pour sauver les banques chypriotes (lien abonnés)

Par ailleurs, le ministre a qualifié d'"injustes" les accusations de blanchiment d'argent qui pèsent sur le secteur financier chypriote. "Nous comprenons les susceptibilités des autres pays européens mais nous attendons aussi que les résultats des enquêtes d'institutions internationales comme Moneyval ou le FMI soient acceptés", ajoute-t-il. Cependant, à ce sujet, M. Rehn est clair : la lutte contre le blanchiment d'argent était "une condition sine qua non" pour un plan d'aide à Chypre.
Source : http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/02/12/chypre-demande-la-meme-solidarite-que-pour-la-grece_1830738_3214.html

La Chypre grecque : pire que la Grèce elle-même ?

Decod'Eco
Publié le 12 février 2013

Chypre peut-elle refaire basculer la zone euro dans la crise ?

Cécile Chevré

Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’Institut national des techniques de documentation (INTD). Elle rédige chaque jour la Quotidienne d'Agora, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance.

Le cas chypriote pourrait être beaucoup plus grave que ne le laissent entrevoir ses 0,2% du PIB global de la zone euro.
Voici pourquoi...

Chypre, c'est la Grèce... en pire. Les besoins de refinancement de l'île s'élèvent à 17,5 milliards d'euros, soit près de 100% de son PIB. Avec un fort taux d'endettement (87% de son PIB, ce qui fait d'elle un des pays les plus endettés de la Zone euro) et une économie en récession (-2,4% en 2012 et -4,5% anticipés en 2013), Chypre n'a plus accès aux marchés obligataires depuis plus de deux ans et est donc incapable de se financer elle-même. Or, nombre des dettes accumulées par le pays doivent arriver à échéance dans les trois ans, dont une première tranche de remboursements de 1,5 milliard d'euro due en juin prochain.

Pour faire face à ces obligations, Chypre a fait appel en juin dernier aux sauveurs habituels des pays en détresse : l'Union européenne, la BCE et le FMI. La Troïka a accepté d'aider l'île à hauteur de sept milliards d'euros en échange d'une réforme en profondeur du système de retraite chypriote ainsi que différentes mesures de privatisation et de réduction des dépenses. Seulement voilà, ces sept milliards ne sont pas suffisants. Et ce à cause des banques chypriotes, plombées par les dettes souveraines de leur Etat dont elles sont les principales détentrices et par une crise immobilière semblable à celle que connaît l'Espagne. Aujourd'hui, les besoins de financement de ces banques sont estimés à 10 milliards d'euros. Or,  les discussions avec la Troïka traînent en longueur. Elles sont même au point mort jusqu'aux prochaines élections présidentielles, prévues le 17 février.

Le problème, c'est que personne ne semble réellement disposé à mettre de nouveau la main à la poche. Même la Russie, dont les liens avec l'île sont historiquement et économiquement forts, vient d'annoncer qu'elle hésitait à lui accorder un nouveau prêt, après celui de 2,5 milliards d'euros de 2011.

Le FMI, parce qu'il s'est fixé comme principe de ne pas aider les pays dont la dette dépassait les 120% du PIB et qui ne prévoient pas de mesures permettant de réduire drastiquement cet endettement. Or d'après la plupart des estimations, la dette chypriote devrait dépasser les 138% d'ici 2016. Loin, très loin des exigences du FMI.

Quant à la Zone euro, sa réticence s'explique par deux raisons :

Premièrement, la moitié des capitaux déposés dans les banques chypriotes vient de l'étranger – principalement de la Russie. Recapitaliser directement les banques de l'île reviendrait donc à "sauver" des dépôts à l'origine... disons... sujette à caution. Difficile à faire accepter au contribuable européen.  Le deuxième élément, c'est le refus de l'UE et la Troïka d'aider en général de nouveau les banques chypriotes, la seule solution donc consisterait à faire accepter des pertes aux principaux créanciers de l'île. Or qui sont-ils ? Tout d'abord les banques chypriotes – encore elles. Vu leur état de santé, elles sont incapables de supporter des pertes supplémentaires, qui entraîneraient des faillites en série.

Une faillite du système bancaire que la BCE cherche à éviter à tout prix pour éviter une contagion au reste de la Zone euro – les deux principales banques de l'île détiennent une part importante de la dette grecque, et personne ne tient à ce que l'incendie reprenne en Grèce.

Ce qui est vraiment en jeu

Reste donc les autres créanciers – banques européennes, investisseurs institutionnels... – ceux-là même qui avaient dû accepter une restructuration de la dette grecque il y a quelques mois. Or là encore, ces créanciers espéraient que la BCE n'autoriserait plus de telles manœuvres. Accepter de telles pertes, des haircuts, décrédibiliserait en outre Mario Draghi, le président de la BCE, qui a réussi à calmer les marchés obligataires en promettant que le cas grec ne se reproduirait pas, et que les créanciers de la Zone euro n'auraient pas à encaisser de nouvelles pertes.

Pour cela, en août dernier, il a promis qu'il ferait tout ce qu'il pourrait pour éviter une explosion de la Zone euro et a promis une aide financière substantielle (via des rachats d'obligations souveraines) aux pays qui le demanderaient – en échange de réformes structurelles et d'une politique d'austérité.

Jusqu'à présent aucun pays n'a fait appel à la BCE mais la simple promesse de Draghi – qui revenait à dire que la BCE était prête à imprimer autant que nécessaire pour soutenir la Zone euro – a suffit à calmer les marchés. Les taux d'emprunt des pays du Sud de l'Europe étaient alors repartis à la baisse, l'euro est en hausse face au dollar, et les investisseurs faisaient leur grand retour sur le Vieux Continent alors que les marchés actions européens flirtaient avec leurs plus-hauts d'avant-crise.

Tout ceci repose sur l'engagement pris par Mario Draghi, sur la confiance que marchés, investisseurs et créanciers lui accordent. C'est cette confiance qui est menacée par Chypre. Si la BCE et d'UE ne parviennent pas à se mettre d'accord sur les solutions à apporter à la crise chypriote, Draghi sera déstabilisé.

Si la Troïka laisse le système bancaire de l'île faire faillite, la Zone euro sera déstabilisée (via les obligations grecques détenues par les banques chypriotes). Si les banques problématiques sont nationalisées, l'endettement de Chypre va s'envoler, aggravant encore son problème de refinancement. Si la Troïka décide de restructurer la dette détenue par les créanciers autres que les banques de l'île, alors Draghi verra sa crédibilité remise en cause. Une restructuration de la dette chypriote annoncerait un peu trop celle de l'Espagne, dont les banques ne sont pas dans un meilleur état que celles de Chypre.

Autant dire que Chypre, aussi petite qu'elle soit, pourrait de nouveau faire s'embraser les marchés obligataires
– et ce d'autant plus que les taux obligataires des pays du Sud de l'Europe sont de nouveau en hausse depuis quelques jours alors que les tensions politiques montent en Italie et en Espagne.

[Suivez l'actualité de la Zone euro et surtout, adaptez-y vos investissements en toute connaissance de cause ! Tout est là...]
Source : http://www.atlantico.fr/decryptage/chypre-peut-elle-refaire-basculer-zone-euro-dans-crise-cecile-chevre-636101.html

Autriche : Heinz-Christian Strache (FPÖ) s'oppose au sauvetage des banques chypriotes-grecques

11/02/2013
HC Strache opposé au sauvetage des banques chypriotes par le contribuable autrichien.

Autriche. Le président du FPÖ Heinz-Christian Strache est opposé au sauvetage des banques chypriotes : « Il est connu que dans les banques de Chypre sont blanchis des milliards venant de la criminalité organisée. Et celles-ci doivent maintenant être sauvées avec les milliards des contribuables autrichiens ? » De plus, Chypre pratique le dumping fiscal. Les impôts y sont moins élevés qu’en Autriche.
Source : http://lionelbaland.hautetfort.com/archive/2013/02/11/hc-strache-oppose-au-sauvetage-des-banques-chypriotes-par-le.html

Voir également : Autriche : le FPÖ veut que la Grèce quitte la zone Euro