lundi 3 novembre 2014

Stress tests : six banques grecques et chypriotes-grecques trébuchent

Stress tests : les banques italiennes trébuchent, les banques françaises rassurent
Les Echos | Le 26/10 à 10:58, mis à jour à 16:32

+ VIDEO - La Banque centrale européenne a procédé à des tests de résistance sur les établissements bancaires de la zone euro. Les grandes banques françaises ont passé sans encombre ces stress tests, tandis que les établissements italiens sont plus à la peine.

Enfin, le verdict des stress tests est tombé. En tout, 25 banques européennes sur 130 sont dans le viseur de la Banque centrale européenne (BCE) et de l'European Banking Authority (EBA). Parmi elles, on retrouve neuf établissements bancaires italiens, 3 banques grecques, 3 chypriotes, mais également l'allemande Münchener Hypothekenbank, ainsi que la Caisse de refinancement de l'habitat (voir encadré).

Globalement, le besoin en capitaux en capitaux propres est estimé à 24,5 milliards d'euros. Mais cette "photographie" s'arrête au 31 décembre 2013. Une fois que l'on tient compte des opérations de recapitalisation qui se sont déroulées en 2014, il reste treize banques dans cette liste car, entre-temps, douze établissements ont augmenté leurs fonds propres de 15 milliards d'euros depuis le 1er janvier 2014. Dans les treize banques restantes, on retrouve quatre italiennes et aucun établissement français ou allemand.
Lire aussi :

Stress tests : sans faute pour les grandes banques françaises
Christian Noyer : "Les résultats des banques françaises sont excellents"

"En France, les banques ont largement réussi les tests, puisqu'elles affichent un niveau de fonds propres de 9% à fin 2016 ce qui les place parmi les plus solides de la zone euro. Ceci signifie qu'elles ont les moyens d"accompagner les entreprises dans leur développement (...) Je salue cette démonstration de la solidité des banques françaises, qui leur permet d'assurer le financement des entreprises et des ménages et de poursuivre leurs efforts pour soutenir l'investissement et la croissance" ", s'est félicité le ministre de 'Economie, Michel Sapin, dans un communiqué.

Cette annonce a également été saluée par la Banque de France pour qui "les résultats des banques françaises confirment la qualité des actifs et leur capacité de résistance à des chocs sévères".

Un besoin réel de recapitalisation de 9,5 milliards d'euros

Au total, pour les treize banques restantes, le besoin en ressources se monte, in fine, à 9,5 milliards d'euros. Parmi elles, cinq ont été "repêchées" en raison du plan qu'elles ont d'ores et déjà mis en place ou de leurs garanties : la banque belge Dexia, les deux banques grecques Eurobank Ergasias(1,78 milliard d'euros) ainsi que la National bank of Greece (0,93 milliard d'euros), et les établissements slovènes que sont Nova Ljubljanska Banka et Nova Kreditna Banka MariborNova.

Pour les huit dernières banques - l'autrichienne Osterreichische Volkbanken, la portugaise BCP, l'irlandaise TSB, la chypriote Hellenic Bank; et les quatre italiennes Monte Dei Paschi, Banca Carige, Banco Popolare di Vicenza et Banco Popolare di Milano - le montant de la recapitalisation nécessaire pour entrer dans les clous se monte à 6,2 milliards d'euros.

La banque italienne MPS a notamment un besoin de 2,11 milliards d'euros. Sa consoeur, Banca Carige, accuse un déficit de 810 millions, a précisé la BCE. De son côté, le portugais BCP va lui avoir besoin de 1,15 milliard.
Dexia et Axa Banque Europe retoquées

Pour la Belgique, c'est moyennement gagné. Dexia et AXA Bank Europe figurent parmi les banques qui n'ont pas satisfait aux exigences fixées par la BCE dans le cadre des stress tests dans la zone euro. En revanche, les quatre autres grandes banques belges ont réussi le test de santé financière, a rapporté la Banque nationale de Belgique.
Dexia, ancienne banque franco-belge, présente une situation en capital inférieur à la limite fixée. Pour autant, la BNB souligne qu'il a été tenu compte des “spécificités” de la banque en considérant son plan actuel de restructuration, ce dernier approuvé par la commission européenne. Face à cet échec AXA Banque Europe rappelle dans un communiqué avoir anticipé le résultat du scénario “pessimiste” de la BCE et “renforcer” le capital d'AXA Bank Europe. “À la suite d'une augmentation de capital “Tier 1” de 225 millions d'euros en septembre 20.147, AXA Bank Europe, répond aux exigences du Compréhensive Assessment de la BCE”, détaille la banque.
Les résultats d'une banque comme Dexia était attendus. En 2008, elle subit une lourde crise lors de sa recapitalisation. Les gouvernements français, belge et luxembourgeois tentent de la sauver en injectant 6,4 milliards d'euros. Ses deux dirigeants, Pierre Richard et Axel Miller, démissionnent. La Banque ne parviendra pas à se remettre sur pied et sera démantelée en 2012. C'est notamment pour éviter ce type de crise que des systèmes d'évaluation comme les stress tests existent.

L'institution monétaire de Francfort a par ailleurs annoncé que les banques de la zone euro allaient devoir réévaluer leurs actifs à hauteur de 48 milliards d'euros. Cet examen "va doper la confiance publique dans le secteur bancaire. (...) il va aider à réparer les bilans et rendre les banques plus résistantes et robustes. Cela devrait faciliter la distribution du crédit en Europe, ce qui va soutenir la croissance économique", a commenté Vitor Constancio, vice-président de la BCE, cité dans un communiqué.
Mécanisme de supervision unique

La BCE prendra en charge le 4 novembre la supervision directe des 130 banques les plus importantes de la zone euro, étape cruciale de l'Union bancaire et de l'instauration d'un Mécanisme de supervision unique décidés par les pouvoirs publics européens après le déclenchement de la crise des dettes souveraines en 2011.

Avant d'assumer cette nouvelle responsabilité, la BCE avait décidé de lancer en octobre 2013 une revue de la qualité des actifs (Asset quality review) ainsi que des tests de résistance (stress tests) afin de mesurer les risques des banques et leur capacité à résister à d'éventuels chocs économiques.
Les 25 banques de 11 pays de la zone euro qui ont raté l'examen de la BCE

ITALIE : Monte dei Paschi di Siena, Banca Carige, Veneto Banca, Banco Popolare, Banca Popolare di Milano, Banca Popolare di Vicenza, Banca Popolare di Sondrio, Credito Valtellinese, et Banca Popolare dell'Emilia Romagna
GRECE : National Bank of Greece, Eurobank et Piraeus Bank
CHYPRE : Cooperative Central Bank, Hellenic Bank et Bank of Cyprus
BELGIQUE : Dexia et AXA Bank Europe
SLOVENIE : Nova Ljubljanska Banka et Nova Kreditna Banka Maribor
PORTUGAL : Banco Comercial Português (BCP)
AUTRICHE : Österreichischer Volksbanken-Verbund (ÖVA, également connue sous le nom de Volksbank)
IRLANDE : Permanent TSB
ALLEMAGNE : Münchener Hypothekenbank
FRANCE : Crédit de Refinancement de l'Habitat (CRH)
ESPAGNE : Liberbank
Source : http://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/0203889220266-stress-tests-25-banques-europeennes-sur-130-sont-dans-le-viseur-1057559.php

Voir également : Stéphane Déo : "Les Chypriotes ont fait n'importe quoi en laissant leur secteur bancaire atteindre une telle taille."

Jacques Attali : "Ou Chypre devient un pays éthiquement irréprochable. Ou Chypre n’a plus sa place dans la zone euro."

L'indigeste salade chypriote-grecque